En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© DR
Heures sombres
Le mouvement des Gilets jaunes pose les piliers d’un nouveau 1789 sur base de révolte fiscale
Publié le 27 novembre 2018
Un ras-le-bol fiscal en rappelle un autre.
William Thay, est Président du Millénaire, think tank spécialisé en politiques publiques, travaillant à la refondation idéologique de la droite. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay, est Président du Millénaire, think tank spécialisé en politiques publiques, travaillant à la refondation idéologique de la droite. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un ras-le-bol fiscal en rappelle un autre.

Une nouvelle fois, la France s’anime d’un mouvement social d’une grande ampleur qui se poursuit de façon plus radicale avec la dernière manifestation de samedi dernier, conséquence d’un nouveau mécontentement fiscal général, quelques années après les « pigeons » et autres « bonnets rouges » qui ne manquèrent pas d’agiter le précédent quinquennat. Toutefois, par le profil sociologique de ces gilets jaunes (classes populaires et bourgeoises particulièrement touchées par la hausse des dépenses contraintes), et la transversalité de leurs préférences politiques (de l’extrême gauche à l’extrême droite, et y compris 54% de sympathisants chez LREM), ce mouvement est d’une ampleur toute autre et pourrait atteindre la masse critique pour un renversement du Gouvernement. Il s’agit donc d’une révolte populaire, adossée à des revendications majoritaires, qui pourrait laisser présager d’un nouveau 1789. 

La question fiscale a toujours été un puissant moteur de mobilisation en France. La Révolution Française de 1789 ne s’est produite qu’à la suite de la convocation des États généraux par Louis XVI pour lever un nouvel impôt afin de financer le déficit du Royaume de France et le train de vie de détenteurs de privilèges (les « nobles »). La contestation portait non seulement sur le poids de la fiscalité de l’Ancien Régime mais aussi et surtout sur le fait que ce poids pesait intégralement sur les non-nobles. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle que nous vivons actuellement.

Alors que depuis la crise financière de 2008, suivie de la crise des dettes souveraines, les Français ploient déjà sous le poids d’impôts qui n’ont fait qu’augmenter, l’augmentation supplémentaire des dépenses contraintes que représente la taxe carbone a cristallisé le mouvement des gilets jaunes. D’autant plus que ce sont les ménages déjà les plus contraints, c’est-à-dire les plus pauvres et les habitants des territoires « périphériques », qui sont les plus frappés.  Ainsi, alors que le Gouvernement actuel leur demande encre davantage d’efforts, les manifestants ne comprennent pas pourquoi ce sont toujours à eux de payer davantage alors que les plus riches, eux, voient leur fiscalité se réduire drastiquement avec la flat tax sur le capital, la conversion de l’ISF en IFI, ou encore la fin de l’exit tax.

Ainsi, le poids des dépenses contraintes (logement, énergie, etc.) dans le budget des foyers a bondi d’environ 10% dans les années 60 à 30% en 2017. Selon l’INSEE, les dépenses contraintes atteignent même 71% du budget pour une personne seule dans les 25% les plus pauvres, contre seulement 25% pour les ménages dans les 25% les plus aisés. « En même temps », selon l’OFCE, les 5% des Français les plus aisés captaient 42% des gains des choix fiscaux d’Emmanuel Macron. 


Dans une récente interview, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a souligné que la réduction des inégalités serait un enjeu majeur de ce siècle et que, face à cet enjeu et d’autres, les élites sont déconnectées. Ainsi en 2016, les 10% les plus riches possédaient 37% du revenu en Europe selon un rapport de la World Heath and Income Database. Les chiffres sont encore plus alarmant en terme de projection notamment sur la détention du patrimoine. Au niveau mondial, les 40% du milieu (entre 30% et 70%) vont posséder le même patrimoine que les 0,1% les plus fortunés, si la tendance se confirme à l’horizon 2050, soit environ 25% du patrimoine chacun. Le patrimoine est une donnée plus sensible que celle du revenu in fine, puisque sans politique fiscale adaptée, les privilèges se transmettent de générations en générations exactement comme sous l’Ancien régime. 

Pour établir une nouvelle politique plus juste et efficace et mettre un terme aux privilèges dont bénéficient les élites des grandes métropoles françaises aux dépens des Français de la France « périphérique », un changement de paradigme est nécessaire en France et en Europe, avec un changement de politique monétaire et budgétaire. La Banque centrale européenne doit adopter de nouveaux statuts comprenant la mission d’assurer le plein emploi ainqi qu’une croissance juste et durable ; et les règles budgétaires doivent être amendées pour permettre un choc de la demande et de l’investissement aux pays en ayant besoin. Avec ces différentes marges de manœuvres débloquées et des choix structurels plus favorables, les États-membres pourront résorber les imbalances internes entre privilégiés  tout en ayant en tête les impératifs de la compétition économique mondiale.

En France, il faudra rétablir l’égalité des chances en réformant notre système éducatif dont le caractère inégalitaire est constaté dans tous les rapports PISA. L’école française est trop reproductive des inégalités sociales de départ pour que l’ascenseur social fonctionne. Ensuite, il est urgent de mieux redistribuer l’argent public à plusieurs échelons. D’une part entre les plus riches et les plus pauvres par une refonte globale de notre fiscalité, en rendant l’impôt plus progressif (et ubiquitaire) avec la fusion de l’IR et de la CSG, ainsi qu’en refondant les minimas sociaux en une allocation unique délivrée automatiquement à tous les ayants-droits (pour éviter tant les nombreux non-recours, 36% selon la CNAF, que les abus), ce qui suppose une simplification de l’administration. D’autre part, face au phénomène décrit par Christophe Guilluy de la fracture territoriale de plus en plus importante entre métropoles et territoires « périphériques », une refonte de notre système de péréquation paraît s’imposer afin de mieux prendre en compte les disparités territoriales et une mutation de notre politique « de la ville » en une politique « des territoires » qui s’attache aussi au développement des territoires ruraux et périurbains. 

Ce sont autant de préconisations que le Gouvernement n’adoptera pas puisqu’elles sont à l’opposé idéologiquement de leurs choix politiques. Et pourtant, ce sont les seules qui seraient à même de répondre de manière durable aux attentes de la France des « gilets jaunes ». Si le Président de la République est à contre-courant des politiques publiques à mener en matière fiscale et sur la répartition de l’effort, cela ne suffira probablement pas à provoquer une révolution, d’autant qu’il n’y a pas à la tête des « gilets jaunes » de groupe organisé qui serait prêt à assumer le pouvoir. Cependant, l’entêtement d’Emmanuel Macron pose les bases d’une consommation de la rupture du peuple d’avec les « élites » sur les questions économiques et sociales, rupture qui peut déboucher sur une révolte politique. La France n’est donc pas à l’abri d’une révolte politique similaire à celles qui frappent les démocraties occidentales depuis plusieurs années avec le Brexit et les victoires électorales des Viktor Orban, Matteo Salvini et Luigi Di Maio, et Donald Trump. Il s’agissait en effet à chaque fois d’un sentiment d’impuissance des citoyens qui n’avaient alors que ces choix pour lutter contre le manque de moyens et les contraintes imposées à eux-mêmes et à leur pays. A la différence avec 1789, il n’y aurait donc pas de changement de régime constitutionnel, et pas de soulèvement armé, mais il s’agirait bien d’une révolution politique et culturelle de même ampleur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Pourquoi l’envolée des cours de l’or en dit beaucoup plus sur le défaut de culture économique des marchés que sur l’état de l’économie mondiale
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 27/11/2018 - 13:46
N’oublions pas la demande de justice sociale…
Parmi les gilets jaunes, on trouve de nombreux retraités. Et que nous disent-ils ? qu’ils n’arrivent plus à boucler leur fin de mois, alors qu’ils ont travaillé pendant plus de 42 ans. Il faut mettre d’urgence de l’équité dans le vaste embrouillamini des pensions de retraite. Voici une proposition toute simple, compréhensible et qui peut être d’application immédiate.
Cette mesure à mettre en œuvre au nom de la simple décence, consisterait à plafonner les pensions de retraite à 5 ou 6 fois le montant d’une retraite minimale. Vous seriez alors surpris d’assister à la levée de boucliers de la part des chefs syndicaux...courroies de transmission d'un signal venant d'ailleurs... Car, voyez-vous, les montants de pensions de retraite attribuées au-delà d’un certain seuil, sont vraiment honteux, et les bénéficiaires s’en cachent. Le montant de la retraite minimale, pour quelqu’un qui a travaillé 42 ans, donc rempli son contrat citoyen, bien évidemment, serait ainsi très rapidement revalorisé, soyons en sûrs.