En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Cette très chère Ségolène Royal

07.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 18 min 45 sec
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 4 heures 36 min
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 19 heures 28 min
pépites > Politique
Luanda Leaks
La femme "la plus riche d'Afrique" rattrapée par la justice
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

"L’Abominable", de Dan Simmons: Sur les flancs glacés de l’Everest, une aventure à donner le vertige !

il y a 1 jour 21 min
décryptage > Société
Intrusions à tous les étages

Bestiaire révolutionnaire et autodafés de pacotille

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 4 heures 52 min
pépites > Politique
Présidentielle 2020
Marine Le Pen est d'accord pour travailler avec Nicolas Dupont-Aignan mais sans primaire
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Ménopause", livret d'Alexandra Cismondi, Parodies de chansons et mise en scène d'Alex Goude : Pas de pause pour "Ménopause" qui est prolongé à la Gaité, par Anne-Marie Joire-Noulens

il y a 1 jour 4 min
décryptage > Politique
Coup de froid

Cette très chère Ségolène Royal

il y a 1 jour 47 min
décryptage > Politique
Critique

Pourquoi nous devons sérieusement parler de la Chine

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Meilleur des mondes

Vous connaissiez les OGM, voilà les BGM made in China (les bébés génétiquement modifiés) et là où ça pourrait nous mener

Publié le 27 novembre 2018
Une équipe de scientifiques chinois annonce avoir commencé à développer des embryons génétiquement modifiés. Le début d'une nouvelle forme d'eugénisme scientifique ?
Blanche STREB, pharmacien, auteur de « Bébés sur mesure – Le monde des meilleurs » (Artège, 2018), directrice de la formation et de la recherche d’Alliance VITA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axel Kahn est médecin généticien et essayiste.Depuis 2007, il préside l'Université Paris Descartes.Axel Kahn est l’auteur d’une vingtaine de livres dont plusieurs ont été des bestsellers, notamment Et l’homme dans tout ça ? (NiL, 2000), Comme deux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Blanche Streb
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Blanche STREB, pharmacien, auteur de « Bébés sur mesure – Le monde des meilleurs » (Artège, 2018), directrice de la formation et de la recherche d’Alliance VITA.
Voir la bio
Axel Kahn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axel Kahn est médecin généticien et essayiste.Depuis 2007, il préside l'Université Paris Descartes.Axel Kahn est l’auteur d’une vingtaine de livres dont plusieurs ont été des bestsellers, notamment Et l’homme dans tout ça ? (NiL, 2000), Comme deux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une équipe de scientifiques chinois annonce avoir commencé à développer des embryons génétiquement modifiés. Le début d'une nouvelle forme d'eugénisme scientifique ?

Atlantico : Les premiers bébés génétiquement modifiés sont nés en Chine. Les embryons, nés d'un père atteint du VIH, auraient été « traités » par la technologie CRISPR-cas9. Comment fonctionne cette technologie et comment cette expérience a-t-elle été menée ?

Blanche Streb : Cette annonce tonitruante faite par un scientifique chinois est intervenue à la veille de l'ouverture d’un nouveau Sommet international de l'édition du génome humain qui se tient à Hong Kong, ce 27 novembre. N’ayant fait l’objet d’aucune publication ou confirmation pour l’instant, la prudence reste de mise. Pourtant, cet événement, en mettant toute la communauté internationale devant le fait accompli, a fait l’effet d’un coup de tonnerre et a suscité une vague d’indignation.

CRISPR-Cas9 sont les initiales d’une technique qui permet de modifier l’ADN de n’importe quelle cellule, végétale, animale et bien sûr humaine.

Cette technique est la combinaison de deux éléments - une enzyme qui coupe et un indicateur qui cible la zone à couper - qui agissent comme des « ciseaux moléculaires ». Grâce à elle, modifier l’ADN devient presque aussi simple que faire un copier-coller dans un trai­tement de texte. C’est pour cela qu’en anglais, on parle « d’édition du génome ». Mais précisons bien que ce n’est pas la technique CRISPR-Cas9 – dont les potentialités thérapeutiques sont extraordinaires et prometteuses - qui soulève des préoccupations éthiques majeures, mais c’est bien l’usage qui en est fait. La ligne rouge est simple : c’est son utilisation sur l’embryon humain ou les gamètes, pour faire naître des enfants génétiquement modifiés. Vient-elle d’être franchie ?

Dans l’expérience qui vient d’être révélée, le scientifique chinois explique avoir réalisé des fécondations in vitro pour sept couples dont les hommes étaient séropositifs et les femmes séronégatives. Une seule grossesse en a résulté, aboutissant à la naissance de deux jumelles. L'hypothèse poursuivie par ce scientifique était de « rendre ces bébé résistants au VIH », en désactivant un gène (le gène CCR5 codant pour un récepteur présent sur les lymphocytes, des cellules du système immunitaire que certaines formes de virus VIH infectent en utilisant justement ce récepteur pour entrer).

La folie de cette annonce est que pour soi-disant éviter une maladie, des embryons ont été créés de toute pièce, puis bricolés, en dépit des risques inhérents que la technique fait courir à ces enfants. Dans ce cas précis : l’impérieux besoin de répondre, par la technique, au désir d’enfant à tous prix s’accorde avec l’absence totale de principe de précaution. S’accorde avec l’idée d’en faire des cobayes des techniques qui auront contribué à les faire naitre. S’accorde avec le risque d’atteindre délibérément à leur intégrité physique. Quel paradoxe.

Pourrait-on éradiquer des maladies avec cette technologie, et lesquelles ?

Axel Kahn : Le but n'est pas d'éradiquer des maladies, en l'occurrence ici il s'agit de créer des hommes ou des femmes augmentés. Il n'y a pas beaucoup d'indication d'utilisation de cette méthode pour traiter des maladies génétiques. Pour quelle raison ? C'est que quand un bébé est à risque, quand un embryon est à risque de se développer en un bébé malade, ce que l'on fait dans un premier temps, si on veut soigner l'embryon, c'est après une fécondation in vitro on fait un diagnostic pré-implantatoire. Mais compte tenu des lois de la génétique, une fois qu'on a fait le diagnostic pré-implantatoire, on a sous la main des embryons qui sont sains et des embryons qui sont destinés à être malades, et il est beaucoup plus facile tout de même d'écarter les mauvais, pour ne placer dans les voies génitales de la mère que les bons, plutôt que de traficoter de manière incertaine les mauvais, sans avoir la certitude absolue qu'ils soient guéris. Donc pour traiter une maladie génétique, cette technique n'a pas beaucoup d'intérêt. En revanche, dans l'idée de faire naître des lignages de femmes ou d'hommes ayant des traits génétiques soi-disant améliorateurs, c'est ainsi qu'il faudrait s'y prendre. C'est la raison pour laquelle, si ces petites filles sont bien nées, et si en effet – ça n'est pas encore vérifié – elles portent la modification génétique qui a été introduite au niveau de l'embryon, ce serait les deux premières petites filles génétiquement modifiées, non pas pour guérir une maladie du tout, mais pour leur conférer un trait améliorateur, en l'occurrence une résistance à … par le VIH.

Blanche Streb : C’est ce qu’évoquent fréquemment les rares promoteurs de l’utilisation de ces techniques sur les embryons humains. C’est pourquoi il me semble d’autant plus fondamental de relever qu’ici, il n’est pas même question de « soigner » des embryons malades, ils ne l’étaient pas, mais de les doter d’une résistance à une maladie qu’ils pourraient potentiellement contracter… Nous serions ici déjà dans le cadre d’une « augmentation » et non pas d’une correction....

Les maladies qui seraient éventuellement concernées sont les maladies génétiques qui ne concernent qu’un seul gène. Notons que pour mettre en œuvre cette technique, il est nécessaire de savoir par avance qu’on va concevoir un embryon malade, pour ensuite tenter de le « soigner ». La fécondation in vitro serait donc requise pour « fabriquer » quelqu’un puis la technique serait convoquée à nouveau pour réparer ce qu’elle-même a conçu… drôle de vision de la médecine, qui par ailleurs pour se perfectionner devrait consommer des embryons sains surnuméraires, issus de FIV, comme matière première de tests dans l’optique de peut-être, un jour, tenter de soigner des embryons malades qui n’existeront que parce qu’on les concevra artificiellement et délibérément… 

Sur la perspective d’éradiquer des "mauvais gènes", dont certains peut-être nous protègent contre d’autres maladies, qui peut prévoir avec certitude l’absence de conséquences néfastes ? La biodiversité humaine est peut-être globalement très bénéfique, sur le long terme ? 

La technologie CRISPR-CAS9 pourrait être utilisée sur les gamètes mâles et femelles, ou sur un embryon de 3 à 5 jours. Pour obtenir des embryons génétiquement modifiés, il faut donc passer par l'Assistance Médicale à la Procréation. La procréation naturelle disparaîtra-t-elle bientôt pour préférer des enfants garantis en bonne santé ?

Blanche Streb : Rien ne peut garantir à 100% des enfants en bonne santé, c’est une utopie, cette quête de perfection est une illusion.

Mais en effet, s’observe une augmentation du recours aux techniques d’AMP dans les pays riches, pas seulement pour des questions malheureusement bien réelles d’infertilité croissante, mais pour des questions de sélection des embryons. Ce qui est d’ailleurs en totale contradiction avec l’autre face de la médaille conduisant à fabriquer la vie à tout prix, en dépit de tout principe de précaution, comme évoquée précédemment. Au fond, cela relève de la même tentation de toute-puissance, de mainmise sur l’embryon.

La représentation que nous avons de la procréation humaine est en train de basculer, avec cette idée qu’il faut à tous prix tenter de tout « maitriser » et que la technique, seule garante d’obtenir un « enfant de qualité », deviendrait un passage obligé. On passe lentement du sexe sans bébé au bébé sans sexe…. 

Nous voyons des pressions croissantes en ce sens, pour analyser toujours plus les embryons in vitro, par l’extension du diagnostic pré-implantatoire à de plus en plus d’indications et à de plus en plus de couples (y compris ceux qui réalisent des FIV sans lien avec une quelconque prédisposition familiale connue, mais juste parce que leurs embryons sont disponibles).

Il y  aussi un début de glissement vers un dépistage pré-conceptionnel plus systématique, ce qui soulève aussi de nombreuses questions. Ces nouvelles « mentalités » qui se développent autour de la procréation humaine ne risquent-t-elles d’être terriblement anxiogènes, pour rien ? 

Cette expérience et cette technologie sont mal accueillies, et pas seulement dans le milieu scientifique. Est-ce le fait d'une réticence face au progrès ou certaines craintes pourraient-elles être justifiées ?

Blanche Streb : Les craintes sont évidemment justifiées. Les mises en garde déjà nombreuses. Nous parlons de la possibilité d’intervenir sur la vie humaine à son commencement, d’agir directement sur l’espèce humaine ! Les enjeux sont sanitaires, bioéthiques, anthropologiques, philosophiques, juridiques. Ils ne concernent pas que les scientifiques, mais bien l’humanité toute entière.

Il est important de réaliser qu’il n’existe aucune certitude sur l’efficacité et encore moins sur la sécurité de ces méthodes. Difficile de savoir si toutes les cellules de l’embryon sont bien « corrigées » avant implantation, toutes ne peuvent être analysées, puisque séquencer leur ADN les détruit. Ensuite, CRISPR-Cas9 induit parfois des mutations ou agit à des endroits non désirés (effet hors-cibles). Par ailleurs, comment s’assurer par avance que cette modification n’aura aucun impact collatéral ? Il est impossible de réaliser des essais cliniques préalables, chaque embryon et donc chaque enfant étant toujours un modèle unique, avec un ADN unique.

Il est aussi vertigineux de se dire que ces modifications génétiques seront bien évidemment transmissibles aux générations suivantes, car si le génome d’un embryon humain st modifié, ses propres gamètes le seront également.

Je ne vois pas de réticence face au progrès, mais un questionnement profond: est-ce un progrès, tout simplement ?

Les garde-fous deviennent urgents.

Axel Kahn : Ca n'a Rien à voir ac pogrès en soin, je veux dire que la technique existe, ça fait très longtemps qu'elle est pratiquée tous les jours, dans des centaines de laboratoires à travers le monde, qu'on l'utilise pour les plantes, qu'on l'utilise en expérimentation, qu'on commence à l'utiliser chez des animaux, donc il n'y a pas ici vraiment de nouveauté scientifique. Il s'agit si vous voulez d'une audace, et d'une audace parce qu'on s'adresse à l'homme. Et si c'est mal accueilli, c'est tout simplement que l'idée de modifier le génôme d'un embryon pour faire naître un homme augmenté, cela soulève énormément de questions. Tout d'abord la première question c'est celle de la sécurité génétique. Honnêtement comme on ne l'a jamais fait, si l'équipe chinoise a bien réalisé ce qu'elle dit qu'elle a réalisé, il s'agit d'une expérience sur l'humain de première intention.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Cette très chère Ségolène Royal

07.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 27/11/2018 - 11:23
Cloette, rassurez-vous !
Lorsqu'un nouveauté médicale apparaît, au début, elle est rare et chère !
En 1945, la Pénicilline ne se trouvait qu'au ''marché noir'' !
Les premiers bénéficiaires restent longtemps assez peu nombreux.
Il faut en moyenne trente ans pour évaluer les effets secondaires indésirables.
Ce qui est monstrueux, et, malheureusement, très fréquent, c'est quand ces nouveaux produits et procédés restent disponibles, même alors que les ''milieux dirigeants'' sont informés de leurs inconvénients.
cloette
- 27/11/2018 - 09:57
Il est évident qu'ils
Il est évident qu'ils allaient le faire .Leur raisonnement est : Si on évite des maladies, qu'on augmente le QI ,eh bien pourquoi ne pas le faire? Leur logique est implacable," Si c'est mieux, c'est mieux" . Les notions d'éthique leur échappent totalement car ils n'ont pas le même système de valeurs qu'en Occident . Leur civilisation s'est développée en dehors de celle de l'Occident avec un système de valeurs différent .