En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 5 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 41 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 12 heures 14 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 37 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 11 heures 3 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 heures 23 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 12 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 12 heures 14 min
© BFM Business
© BFM Business
Atlantico Business

Carlos Ghosn : la fin d’un empereur de l’industrie automobile. Renault s’effondre en Bourse

Publié le 19 novembre 2018
La justice japonaise fait tomber Carlos Ghosn pour malversation sur la rémunération, le titre Renault chute en Bourse.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La justice japonaise fait tomber Carlos Ghosn pour malversation sur la rémunération, le titre Renault chute en Bourse.

Selon le quotidien japonais Asahi, informations confirmées par la direction de Nissan, le président du groupe Renault Nissan a été arrêté à Tokyo pour violation de la réglementation financière japonaise. En termes plus clairs, Carlos Ghosn est soupçonné d’avoir sous-évalué sa rémunération et surtout d’avoir utilisé de l’argent du groupe à des fins personnelles. La direction de Nissan a fait savoir que le conseil d’administration allait statuer sur son départ de la présidence du groupe. C’est toute la gouvernance de l’alliance Renault- Nissan qui est remise en question.

Cette affaire a fait l’effet d’une bombe sur les marchés financiers où le titre Renault a chuté de plus de 15% revenant à un plus bas depuis 3 ans. Au Japon, l’action Nissan s’est effondrée.

Cette affaire tombe au plus mauvais moment pour le groupe Renault-Nissan qui commençait à susciter quelques inquiétudes quant à la solidité de sa stratégie.

Le talent de Carlos Ghosn n’est pas en cause. Sur la planète toute entière, le monde des affaires reconnaît que Carlos Ghosn est sans doute l’un des patrons d’entreprise les plus emblématiques, parce que l’un des plus performants.

Tout le monde se souvient que c’est lui qui a sauvé Nissan de la faillite il y a près de 20 ans, en redressant cette maison ancestrale pour en faire une entreprise vedette dans le monde de l’automobile. Tout le monde reconnaît que c’est lui qui , au pouvoir chez Renault depuis 13 ans, a mené une stratégie gagnante en développant le low cost et en tissant des liens gagnant-gagnant avec Nissan, pour en faire au final le premier constructeur mondial avec plus de 10 millions de véhicules vendus par an. Un groupe que l'on disait prêt à aborder la révolution digitale et l’autonomie.

Or, l’alliance Renault-Nissan (à laquelle il faut ajouter Mitsubishi) est un groupe très particulier. C’est une alliance de sociétés juridiquement indépendantes, avec des participations croisées entre Renault et Nissan, mais techniquement très liées. L’alliance formait un système industriel qui parvenait à dégager des synergies sur les fabrications, le commercial et la recherche.

Mais le vrai pivot de cette Alliance, le centre de gravité, c’était Carlos Ghosn, qui s’était ainsi taillé un pouvoir qui agaçait à la fois les concurrents et les gouvernements. Carlos Ghosn dirige 120 000 salariés et 38 usines à travers le monde.

La France, qui détient encore près de 15 % du capital de Renault, avait du mal à supporter la sur puissance de Carlos Ghosn, la façon qu‘il avait de défier l’Etat, le manque de transparence de sa gestion du groupe, tout en reconnaissant que les résultats étaient au rendez-vous. Alors, si les rapports avec le pouvoir français étaient tendus, à Bercy comme à l’Elysée on supportait « puisque ça marche ». 

L’année dernière, devant l‘émotion suscitée dans les syndicats et auprès des actionnaires face à la rémunération de Carlos Ghosn, le pouvoir politique français a fait pression pour obtenir une baisse de rémunération.

En février 2018 très précisément, le gouvernement français (présent à 15 % au capital du constructeur automobile) avait autorisé la reconduction de son mandat de président pour quatre années supplémentaires, soit jusqu’en 2022. Mais à condition d’accepter de réviser à la baisse son confortable salaire qui était officiellement de 6 millions d’euros pour sa seule fonction de président de Renault. Ce qui a provoqué un bras de fer entre Carlos Ghosn et Bercy.

En avril 2016, déjà, l’assemblée générale des actionnaires de Renault avait voté contre le montant du salaire de Carlos Ghosn. Mais le PDG était passé en force, provoquant la colère d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie : "Quand des gouvernances sont défaillantes parce qu’elles pensent que tout est permis et qu’il n’y a plus de comportement en responsabilité et en éthique, on est obligé de rouvrir des sujets comme celui de la loi".

Sous la menace d’une loi, Carlos Ghosn accepte finalement une baisse de 30 %. "J’ai dit très clairement à Monsieur Ghosn que nous ne pouvions pas voter pour un dirigeant qui avait des rémunérations aussi élevées" a expliqué Bruno Le Maire, successeur d'Emmanuel Macron à Bercy.

En réalité, Bercy n’a de contrôle que sur la partie française de son salaire. Mais quand on regarde en détail, c’est vrai, cette baisse apparente dissimule bien autre chose et notamment des stock options sur des actions qui ont beaucoup monté. Le 16 décembre 2017, par exemple, Carlos Ghosn a dégagé une plus-value de 6 millions d’euros sur l'exercice de stock-options. En 2020, il pourra même bénéficier de 8 millions supplémentaires s'il revend les 100 000 actions gratuites obtenues en 2016. Une rémunération en stock-options qui s'ajoute donc à son salaire de PDG.

Maintenant, il faut aussi ajouter le salaire qu’il percevait comme président de Nissan et de Mitsubishi, soit au total près de 15 millions d’euros selon les analystes et sans doute beaucoup plus, selon la justice japonaise et même la direction de Nissan où l’enquête a été menée depuis de longs mois.

De l’avis de beaucoup d’experts, Carlos Ghosn ne pourra pas survivre à cette affaire et à Tokyo, comme à Paris, il sera contraint de ne pas terminer son mandat.

Cela étant, cette chute en plein vol arrive à un moment très compliqué pour trois raisons

1ère raison : l‘équilibre de cette alliance mondiale tenait à l’autorité et au savoir faire de Carlos Ghosn. Or, dans ce groupe très complexe, la succession n’a pas été préparée. Renault et Nissan possèdent des compétences en interne, mais sont-elles préparées à prendre le relais d’un groupe très complexe ? Nul ne le sait.

2e raison : l’alliance Renault-Nissan structurait le secteur au niveau mondial. Le groupe, par exemple, avait pris de l’avance dans les relations que le secteur pouvait avoir avec les GAFA sur la mise au point de la voiture électrique. Il avait réussi à challenger l’industrie allemande qui détenait des positions dominantes.

3e raison : l’industrie automobile était arrivée en haut de cycle. Il fallait trouver des relais de croissance. Carlos Ghosn s’était donné pour mission de préparer l’alliance à affronter le prochain cycle portant sur la mobilité, l’électrique et la maturité des marchés chinois.

Le conseil d’administration de Nissan a demandé le départ de Carlos Ghosn. Le conseil d’administration de Renault et le gouvernement français ne pourront pas rester très longtemps sans réagir.

Pour revoir l’histoire de Renault et la saga produite par JMS prod,

Voir la vidéo

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 20/11/2018 - 19:11
pas net
complot ?
ajm
- 20/11/2018 - 16:47
Étrange.
Cette histoire est étrange. Les rémunérations de PDG sont décidées par le conseil d'administration après propositions du comité des rémunérations au sein de ce conseil. Le PV du cinseil est remis pour application au DRH du groupe. Par ailleurs, la DRH communique à l'administration fiscale l'intégralité de ces rémunérations qui doivent évidemment concorder à ce que declare le PDG. Ce dernier , en liaison avec la DRH, utilise toujours des experts en fiscalité ad hoc. Comment imaginer une fraude grossière sans la complicité de la DRH du groupe? Peut-être s'agit-il d'un schéma d'optimisation considéré par les experts comme légal mais qui est opportunément et curieusement remis en cause par l'administration fiscale nipponne ?Il faut se souvenir que les pratiques de rémunérations dans ce pays à une certaine époque comportaient généralement pour les dirigeants la mise à disposition d'enveloppes pour frais très importantes et non imposables qui compensaient en partie la maigreur des rémunérations officielles (ce qui n'est pas le cas ici !). Pour les multinationales implantées en Asie l'utilisation de HK ( où l'IRPP est très faible) comme lieu de paiement était ( et est encore) courante.
Podoclaste
- 20/11/2018 - 13:59
C'est trop bête
Juste au moment où l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi allait devenir définitive, juste après la reprise économique des deux japonaises, on nous sort une histoire de 2011-2015, dont personne n'avait entendu parler avant, qui fait suite à une enquête interne de Nissan, que les deux hommes (Greg Perry est dans la même charrette) auraient manigancé dans leur coin sans jamais éveiller de soupçons ? Pour quelques millions d'euros alors que Ghosn en a beaucoup, beaucoup plus rien qu'en actions ? Et l'accord Renault-Google, je suppose, ne joue aucun rôle ? Tout ça dans l'empire de la contrefaçon... Pardon, du soleil levant.
Non, Ghosn est tout ce qu'on veut mais ce n'est pas Tapie ni Le Floch Prigent. Ne confondons pas.