En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 32 min 17 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 13 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 18 heures 56 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 7 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 4 sec
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 25 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 6 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 21 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 23 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

En quoi, depuis son accession au pouvoir, Emmanuel Macron se distingue de ses prédécesseurs

Publié le 17 novembre 2018
Après des débuts contrastés sur le plan politique, Emmanuel Macron reproduit certaines des erreurs de ses prédécesseurs, tout en essayant de s'en dissocier. Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher. 2/2
Journaliste politique, auteur de "La République en panne" (éditions Du Rocher)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Dumazeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste politique, auteur de "La République en panne" (éditions Du Rocher)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des débuts contrastés sur le plan politique, Emmanuel Macron reproduit certaines des erreurs de ses prédécesseurs, tout en essayant de s'en dissocier. Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher. 2/2

Désormais, le Nouveau Monde est bien calme, bien sage, bien aseptisé. Ce constat est également valable pour la présidence de la République. Cela n’a pas commencé sous Emmanuel Macron. Mais désormais, à l’heure du tout éphémère, il semble terriblement difficile d’adapter la Ve République à l’ère du temps. Chaque président souhaite « prendre de la hauteur », être « au-dessus du bruit médiatique », dans un fantasme parfois non assumé d’être le nouveau De Gaulle. Cela ne semble plus possible. Ce Nouveau Monde serait-il donc plus efficace ? Pas sûr. Pas moins efficace non plus. Voilà l’observation principale qui ressort de cette année de pouvoir macronien : la majorité avance d’un seul bloc, unie et, de fait, terriblement redoutable. Les ministres du gouvernement d’Édouard Philippe sortent peu de l’ombre. Ce sont parfois de très bons connaisseurs de leurs dossiers, mais ils ne prennent pas la lumière comme les gouvernements précédents. L’avantage, c’est qu’il est ainsi plus simple de communiquer sur ses actions : lorsque l’on a une majorité absolue aussi forte, les lois sont forcément votées à la quasiunanimité du groupe parlementaire En Marche, le chef de l’État ou le Premier ministre peuvent facilement expliquer de quoi il est question. Mais ce système peut-il durer ? Emmanuel Macron pourra-t-il tenir tout son quinquennat en étant « seul »? Cela semble difficile, sauf si le chef de l’État a l’entière approbation des Français. Or, quelques chiffres, trop peu rappelés, devraient ramener à la réalité ceux qui dans le monde d’Emmanuel Macron se pensent tout puissants (ou pensent détenir la vérité). D’abord, l’abstention lors des élections législatives n’a jamais été aussi forte dans toute l’histoire de la Ve République. Ainsi, 57,36% des Français ne sont pas allés voter au second tour des élections législatives. Soit plus d’un Français sur deux. Le deuxième chiffre, c’est aussi celui de l’abstention au second tour, pour l’élection d’Emmanuel Macron : 25,3% des Français ne se sont pas déplacés. Un des plus forts taux d’abstention depuis l’élection présidentielle de 1969. Au regard de ces deux chiffres, on peut facilement constater que ce n’est pas vraiment un plébiscite macronien comme les néo-députés s’évertuent à le répéter sur les plateaux de télévision. Sont-ils pour autant illégitimes ? Non, car ils ont été élus démocratiquement. Le débat est donc sans fin sur la réelle représentation des Français dans nos institutions, au regard du nombre d’abstentionnistes…

Cette première année du quinquennat Macron contraste évidemment avec ce que nous avons vécu sous François Hollande, mais rappelle furieusement, sans trancher, les premiers moments du quinquennat de Nicolas Sarkozy, qui a été le premier à casser les codes. Macron les emprunte, à sa manière : volonté de dynamisme, contact direct avec les Français, provocations… Il manque cependant à Emmanuel Macron une ligne rouge, un fil conducteur, un mantra. Nicolas Sarkozy était le président du travail; François Hollande, à mon sens, celui de l’égalité ; et Emmanuel Macron ? Je suis personnellement incapable de lui attribuer un qualificatif. La seconde partie de son quinquennat doit impérativement trouver un fil rouge pour tenir une politique cohérente. Si notre image s’est améliorée à l’international, il y a toujours autant urgence à agir sur le territoire national.

Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 18/11/2018 - 08:30
MACRON se distingue par l'abandon de la FRANCE...
et, par voie de conséquence des français... il donne la priorité totale à l'EUROPE et aux étrangers... N'en doutez pas c'est VOLONTAIRE, il faut faire des français un peuple d'esclavage ??? et en ce faisant il protège ses arrière ???