En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Benjamin CREMEL / AFP
Bonnes feuilles
Comment l'affaire Benalla a fait prendre au quinquennat Macron un tournant décisif
Publié le 18 novembre 2018
L'affaire Benalla - du nom de ce collaborateur élyséen ayant violenté des manifestants à Paris, le 1er mai 2018 - a profondément bouleversé la vie politique française et la notion de "nouveau monde". Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher. 1/2.
Journaliste politique, auteur de "La République en panne" (éditions Du Rocher)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Dumazeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste politique, auteur de "La République en panne" (éditions Du Rocher)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Benalla - du nom de ce collaborateur élyséen ayant violenté des manifestants à Paris, le 1er mai 2018 - a profondément bouleversé la vie politique française et la notion de "nouveau monde". Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher. 1/2.

Les jours suivants entraîneront encore leur lot de révélations : armes retrouvées au siège de la République En Marche, Alexandre Benalla au 20 heures de TF1… L’affaire a été promptement résumée, j’en suis conscient. Car tout le monde, en tout cas dans les grandes lignes, la connaît. Qui sort gagnant ? Assurément, cette fois-ci, les contre-pouvoirs. La presse a fait son travail de révélation et de traitement de l’information ; l’Assemblée nationale (tant bien que mal) et le Sénat ont assuré leur rôle de contrepouvoir; la justice a avancé lorsqu’il le fallait. Qui sort perdant ? J’en suis convaincu, la classe politique dans son ensemble. La rengaine du « ils sont comme les autres, tous pourris » a encore de beaux jours devant elle. Car le contrat passé entre les électeurs d’Emmanuel Macron et le chef de l’État a été rompu. Les leçons données sur « l’Ancien Monde » qui serait vérolé par des « affaires », qu’importe d’ailleurs leur nature, se sont écroulées au fil des révélations du mois de juillet. Le chef de l’État devra désormais ouvrir une nouvelle page de son quinquennat. Il a d’ailleurs annoncé une grande « réorganisation » des services de l’Élysée, mais est-ce suffisant aux yeux des Français ? L’empreinte de l’affaire Benalla est également profonde chez les parlementaires de l’opposition, qui ont eu le sentiment, jusqu’au bout, d’avoir été méprisés par la majorité. Et la reprise des auditions au mois de septembre dernier au Sénat s’est faite dans un climat, disons, tendu. Alexandre Benalla, qui a un temps laissé entendre qu’il ne se rendrait pas devant la Commission d’enquête (alors que c'est une obligation légale...) a finalement dit qu’il s’y rendrait, non sans avoir pris le temps d’invectiver de manière violente le président de la Commission des lois du Sénat, le sénateur (LR) Philippe Bas, traité de « petit marquis ». Alexandre Benalla a également ajouté que les sénateurs dans leur ensemble « n’ont aucun droit, et aucun respect pour la République française (sic) » ; quant au Sénat ? « Le Sénat français [...] très sincèrement, je vous le dis très franchement, je n’ai aucun respect pour eux. » Ces propos, qui se passent de commentaires, sont à mettre en parallèle avec ceux tenus à la tribune par le député communiste André Chassaigne, qui avait déclaré que l’affaire Benalla avait « ouvert une plaie qui ne se refermera pas ». Difficile de lui donner tort.

Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires