En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 20 min 23 sec
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 46 min 41 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 1 heure 11 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 53 sec
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 1 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 39 min 29 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 46 min 46 sec
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 13 heures 11 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 15 heures 36 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 16 heures 49 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 18 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 19 heures 26 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 20 heures 25 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 21 heures 40 min
© Benjamin CREMEL / AFP
© Benjamin CREMEL / AFP
Bonnes feuilles

Comment l'affaire Benalla a fait prendre au quinquennat Macron un tournant décisif

Publié le 18 novembre 2018
L'affaire Benalla - du nom de ce collaborateur élyséen ayant violenté des manifestants à Paris, le 1er mai 2018 - a profondément bouleversé la vie politique française et la notion de "nouveau monde". Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher. 1/2.
Pierre Dumazeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste politique, auteur de "La République en panne" (éditions Du Rocher)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Benalla - du nom de ce collaborateur élyséen ayant violenté des manifestants à Paris, le 1er mai 2018 - a profondément bouleversé la vie politique française et la notion de "nouveau monde". Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher. 1/2.

Les jours suivants entraîneront encore leur lot de révélations : armes retrouvées au siège de la République En Marche, Alexandre Benalla au 20 heures de TF1… L’affaire a été promptement résumée, j’en suis conscient. Car tout le monde, en tout cas dans les grandes lignes, la connaît. Qui sort gagnant ? Assurément, cette fois-ci, les contre-pouvoirs. La presse a fait son travail de révélation et de traitement de l’information ; l’Assemblée nationale (tant bien que mal) et le Sénat ont assuré leur rôle de contrepouvoir; la justice a avancé lorsqu’il le fallait. Qui sort perdant ? J’en suis convaincu, la classe politique dans son ensemble. La rengaine du « ils sont comme les autres, tous pourris » a encore de beaux jours devant elle. Car le contrat passé entre les électeurs d’Emmanuel Macron et le chef de l’État a été rompu. Les leçons données sur « l’Ancien Monde » qui serait vérolé par des « affaires », qu’importe d’ailleurs leur nature, se sont écroulées au fil des révélations du mois de juillet. Le chef de l’État devra désormais ouvrir une nouvelle page de son quinquennat. Il a d’ailleurs annoncé une grande « réorganisation » des services de l’Élysée, mais est-ce suffisant aux yeux des Français ? L’empreinte de l’affaire Benalla est également profonde chez les parlementaires de l’opposition, qui ont eu le sentiment, jusqu’au bout, d’avoir été méprisés par la majorité. Et la reprise des auditions au mois de septembre dernier au Sénat s’est faite dans un climat, disons, tendu. Alexandre Benalla, qui a un temps laissé entendre qu’il ne se rendrait pas devant la Commission d’enquête (alors que c'est une obligation légale...) a finalement dit qu’il s’y rendrait, non sans avoir pris le temps d’invectiver de manière violente le président de la Commission des lois du Sénat, le sénateur (LR) Philippe Bas, traité de « petit marquis ». Alexandre Benalla a également ajouté que les sénateurs dans leur ensemble « n’ont aucun droit, et aucun respect pour la République française (sic) » ; quant au Sénat ? « Le Sénat français [...] très sincèrement, je vous le dis très franchement, je n’ai aucun respect pour eux. » Ces propos, qui se passent de commentaires, sont à mettre en parallèle avec ceux tenus à la tribune par le député communiste André Chassaigne, qui avait déclaré que l’affaire Benalla avait « ouvert une plaie qui ne se refermera pas ». Difficile de lui donner tort.

Extrait de "La République en panne", de Pierre Dumazeau, aux éditions Du Rocher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires