En direct
Best of
Best Of
En direct
© Brendan Smialowski / AFP
Brexit
Pourquoi l’accord sur le Brexit n’est en fait pas l’accord sur le Brexit
Publié le 14 novembre 2018
Un accord entre les négociateurs européens et britanniques aurait été trouvé sur la question de la frontière irlandaise, et serait actuellement sur le bureau de Theresa May avant une possible présentation ce 14 novembre.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un accord entre les négociateurs européens et britanniques aurait été trouvé sur la question de la frontière irlandaise, et serait actuellement sur le bureau de Theresa May avant une possible présentation ce 14 novembre.

Atlantico : Comment évaluer l'avancée des discussions sur le Brexit ? 

Rémi Bourgeot : La dramaturgie des dernières semaines s’est concentrée sur la question de l’accord de sortie. En réalité, la plupart de ces questions étaient censées avoir été réglées en grande partie en décembre 2017, notamment sur la question de la facture de sortie, mais demeuraient un certain nombre de détails en particulier sur la question de la frontière irlandaise. La partie européenne souhaite des garanties permettant l’absence de frontière en l’Irlande du nord et la République d’Irlande quelque soit le type d’accord qui sera négocié entre l’UE et le Royaume-Uni. Pourtant, au vu de la façon dont fonctionnent les accords commerciaux en Europe et de par le monde et des moyens technologiques actuels, dans tous les cas, le rétablissement d’une frontière n’est guère nécessaire en Irlande, en plus d’être effectivement redoutable sur le plan politique et économique au niveau local.

Le fait de s’accorder sur le principe d’un accord de sortie, s’il est soutenu à Londres, permet d’éviter une sortie désordonnée en mars prochain, qui aurait des conséquences désastreuses pour le Royaume-Uni du fait de l’incertitude et de l’impréparation des entreprises et des administrations à ce scénario inattendu, mais aussi pour les partenaires européens du Royaume-Uni. Il faut garder à l’esprit que Londres est le premier centre financier de l’UE et de la zone euro, sans pour autant faire partie de la seconde ni plus bientôt de la première.

Une fois que cette perspective sera définitivement écartée, les deux parties dans ces négociations se sont déjà entendues sur une période de transition au cours de laquelle les règles actuelles vont continuer à s’appliquer et dont il est, de plus, entendu qu’elle peut être étendue.

Quelles seront les prochaines étapes à franchir ? En quoi l'accord de ce jour n'est-il finalement qu'une étape ?

Le cœur des négociations devra se recentrer sur la relation commerciale future, en suivant une vision large plutôt qu’un encastrement improbable de conditions sine qua non. Cela a déjà été largement évoqué, mais il est surprenant que des détails en réalité assez simples aient autant dominé les négociations pour l’instant. Il est apparu qu’un certain nombre de participants de ces négociations, des deux côtés, n’avaient pas une expérience approfondie des négociations commerciales ni conscience du caractère quelque peu artisanal, ou en tous cas contingent, des systèmes commerciaux qui sont négociés en général, notamment à la périphérie européenne. La vision mathématique de ces négociations, au lieu de les rendre plus précises, les a plutôt enfermées dans un jeu théâtral qui fait l’impasse sur le cœur économique et social du sujet.

Une fois écartée le spectre d’une sortie sans accord, le débat doit se recentrer sur la relation commerciale, en ayant à l’esprit les tendances économiques européennes dans lesquelles elles doivent s’inscrire. Il s’agit notamment d’éviter que le Royaume-Uni n’accroisse son offre de services financiers offshore et la compétition fiscale avec ses partenaires européennes. Pour sortir de cette logique, il convient d’envisager un système qui repose sur un certain équilibre commercial, à l’heure où l’UE et la zone euro en particulier ont le plus grand mal à aborder en leur sein la question d’un rééquilibrage vers le haut des modèles de production, au moyen d’un début de coordination macroéconomique notamment.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires