En direct
Best of
BEST OF DU 1 AU 7 DECEMBRE
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Alertez les bébés
Démographie : la fertilité des femmes décline remarquablement presque partout dans le monde
Publié le 11 novembre 2018
Selon une étude de l'Université de Washington publiée dans le Lancet, le taux de fécondité des femmes a été divisé par deux entre 1950 et 2017 dans le monde.
Alain Parant est démographe, chargé de recherche à l'Institut national d'études démographiques (INED).Il est conseiller scientifique du groupe Futuribles. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Parant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Parant est démographe, chargé de recherche à l'Institut national d'études démographiques (INED).Il est conseiller scientifique du groupe Futuribles. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude de l'Université de Washington publiée dans le Lancet, le taux de fécondité des femmes a été divisé par deux entre 1950 et 2017 dans le monde.

Atlantico : Selon une étude de l'Université de Washington publiée dans le Lancet, le taux de fécondité des femmes a été divisé par deux entre 1950 et 2017 dans le monde. Les chiffres étudiés s'axent-ils plus sur la natalité ou la fécondité ? Quelle est la différence entre les deux ?

Alain Parant : James Gallagher, dans son compte-rendu de l’étude publiée dans The Lancet fait une large place à ce qu’en France on nomme communément indicateur conjoncturel de fécondité (en anglais, total fertility rate), nombre moyen d'enfants que mettrait au monde une femme si elle connaissait durant toute sa vie féconde les conditions de fécondité observées durant une période donnée, généralement une année civile. Cet indicateur, anticipation toutes choses égales par ailleurs de la fécondité du moment, ne met en jeu que la population féminine en âge de procréer (15-49 ans révolus). Il diffère en cela du taux de natalité (généralement exprimé en pour mille) qui rapporte le nombre annuel de naissances à la population totale moyenne d’une année, une population au sein de laquelle les femmes en âge de procréer ne représentent qu’une partie, généralement minoritaire. Dans l’étude de la dynamique des populations, un autre indicateur est souvent mis en avant, le taux net de reproduction en anglais, net reproduction rate) ou rapport du nombre de filles à naître vivantes d’une génération féminine nouveau-née. Si ce rapport est inférieur à 1, les filles sont moins nombreuses que les mères, la population tend à décliner, la tendance pouvant être renforcée par une émigration, ou minorée, sinon surcompensée, par une immigration Si le rapport est supérieur à 1, les filles sont plus nombreuses que les mères, la population est, sous réserve des flux migratoires, potentiellement en croissance.

Quels facteurs peuvent favoriser ou au contraire freiner la fécondité des femmes ?

La fécondité féminine est aujourd’hui, sur tous les continents, plus faible qu’il y a un demi-siècle. Mais, d’une part, le mouvement de baisse ne s’est pas amorcé partout simultanément. D’autre part, il s’est avéré d’ampleur géographiquement très inégale. Enfin, depuis quelques années, un regain plus ou moins important caractérise nombre de pays, indépendamment de leur niveau de développement socio-économique et du niveau  de leur fécondité ; ce regain pouvant s’interpréter comme une récupération de naissances empêchés par les crises des années 1990-2000 ou, plus localement, comme une remontée du sentiment religieux.

Le développement économique et la réduction des risques de décès dans les premiers âges de la vie jouent un rôle premier dans le déclin de la fécondité. Mais un niveau accru d’éducation et d’émancipation des femmes, une intensité forte de la planification familiale, un accès amélioré aux moyens contraceptifs modernes et aux services de santé de la reproduction, …le sentiment plus répandu d’un trop plein d’hommes sur terre, … ont également un effet dépressif sur la fécondité. La situation inverse tend naturellement à freiner le déclin de la fécondité.

À quelles conséquences peut-on s'attendre au vu de ces chiffres ?

La baisse de la fécondité implique à terme une croissance ralentie, puis une baisse du nombre des naissances. Cet effet sur la natalité peut cependant intervenir à terme relativement éloigné. Un exemple : de 1950-1955 à 2010-2015, la fécondité mondiale a été réduite de 50 % (de 5 enfants en moyenne par femme à 2,5) ; le nombre de naissances a pourtant continué d’augmenter, de quelque 40 %. L’explication de ce retard réside dans la très forte croissance de la population féminine en âge de procréer (+180 %), due à la forte natalité antérieure et à la survie améliorée jusqu’aux âges de la reproduction. Quand bien même la fécondité du Niger serait réduite des ¾ de 2010-2015 à 2095-2100 (de 7,4 enfants en moyenne par femme à 2), le nombre de naissances n’en continuerait pas moins d’augmenter jusqu’en 2100 (source : Nations unies, World Population Prospects. The 2017 Revision). Ce qui n’ira pas sans conséquences, pour le Niger (il n’est pas le seul pays dans ce cas) et pour son environnement immédiat ou plus lointain.

La baisse de la fécondité induit également un vieillissement démographique, le processus étant d’autant plus marqué que la baisse de la fécondité est plus rapide et accusée et qu’elle se combine à un recul continu de la mortalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
02.
Méditation : ça ne peut pas faire de mal… eh bien si, et voilà comment
03.
Gilet jaune international : et les pays qui ont le mieux su préserver leurs classes moyennes en Occident (et comment) sont…
04.
Comment repasser d’un désordre injuste à un ordre juste ? Ces petites considérations oubliées par Emmanuel Macron
05.
Ne pas verser le CICE 2018 pour retrouver de l’oxygène budgétaire ? Quel impact sur la trésorerie des TPE-PME ?
06.
Emmanuel Macron sort son chéquier en grinçant des dents… mais qui paiera les impôts de demain ?
07.
Gilets jaunes : comment Bruno Le Maire oublie un peu vite les autres raisons de la baisse de la croissance française
01.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
02.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
03.
Laura Smet se marie sous escorte policière; Laeticia Hallyday aurait caché des maisons; Demi Moore : après les jeunots, une femme; Vexée par sa défaite à DALS, Iris Mittenaere retombe dans les bras de Kev Adams; Ces stars qui revêtent leurs gilets jaunes
04.
Toulouse : un Gilet jaune entre la vie et la mort après un tir de flash-ball en pleine tête
05.
2019, les prévisions choc de Saxo Bank
06.
L'origine de l'agressivité de la tribu des Sentinelles
07.
Où l'on apprend que Macron ne sait pas nager !
01.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
02.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
03.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”
04.
Comment l’extrême-gauche est en train de noyauter le volet revendication des Gilets jaunes
05.
Et après quoi ? 41% des Français affirment qu'ils pourraient voter pour une liste Gilets Jaunes aux européennes et 13% en sont certains
06.
L’existence de l’euro, cause première des "gilets jaunes"
01.
Ce virage de la croissance qui pourrait sauver Emmanuel Macron (tout en restant libéral) s’il osait faire son 1983 à l’envers
02.
Jours de colère : qui du gouvernement ou des Gilets jaunes a marqué le plus de points ce samedi ?
03.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
04.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”
05.
Ce double effet de blast sans lequel Emmanuel Macron ne pourra pas apaiser la France
06.
Peur du grand dérapage : ces appels à la responsabilité qui masquent mal le raidissement des politiques et des électeurs centristes dans les démocraties occidentales
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires