En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© JEAN-CLAUDE DELMAS / AFP
Bonnes feuilles
Comment Valéry Giscard d'Estaing a réussi à casser les codes monarchiques de la présidence tout en entretenant un étrange et complexe rapport à l'histoire de France
Publié le 11 novembre 2018
De Louis XVIII à la victoire de François Fillon lors de la Primaire de 2016, à travers l’avènement du général de Gaulle en 1958 ou bien encore avec l’indépendance de l’Algérie en 1962, Jérôme Besnard revient sur deux cents ans de déchirements, de réconciliations et d’unions des conservateurs en France dans le cadre de son dernier ouvrage, "La droite imaginaire, de Chateaubriand à François Fillon" publié aux éditions du Cerf. Il revient notamment sur l'histoire, l'identité intellectuelle, artistique et culturelle partagées par cette famille politique. Extrait 2/2
Jérôme Besnard est conseiller national LR - Élu de Mont-St-Aignan. Né en 1979, il a travaillé pour différents médias (Le Figaro, Valeurs Actuelles, Le Monde, la chaîne Histoire). Il est l’auteur notamment d’un essai sur le philosophe Pierre Boutang et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Besnard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Besnard est conseiller national LR - Élu de Mont-St-Aignan. Né en 1979, il a travaillé pour différents médias (Le Figaro, Valeurs Actuelles, Le Monde, la chaîne Histoire). Il est l’auteur notamment d’un essai sur le philosophe Pierre Boutang et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De Louis XVIII à la victoire de François Fillon lors de la Primaire de 2016, à travers l’avènement du général de Gaulle en 1958 ou bien encore avec l’indépendance de l’Algérie en 1962, Jérôme Besnard revient sur deux cents ans de déchirements, de réconciliations et d’unions des conservateurs en France dans le cadre de son dernier ouvrage, "La droite imaginaire, de Chateaubriand à François Fillon" publié aux éditions du Cerf. Il revient notamment sur l'histoire, l'identité intellectuelle, artistique et culturelle partagées par cette famille politique. Extrait 2/2

Au‑delà de sa mise en pratique du libéralisme avancé, l’homme appelle un jugement plus nuancé. C’est ce qui explique qu’un vrai conservateur comme l’ancien ministre de la Défense Charles Millon reste envers et contre tout fidèle à l’homme qui l’a lancé en politique à la fin des années 1970, comme lui était resté fidèle le député‑maire monarchiste de Charenton, Alain Griotteray : « Je suis giscardien parce que Giscard est le plus intelligent, comme j’étais gaulliste parce que le Général donnait de la grandeur à tous ses gestes. » 

Étrange et complexe rapport à l’histoire de France que celui de Giscard, préoccupé de ses châteaux, capable d’expliquer dans Le Point, en juillet 2015, que les islamistes de l’État islamique ayant détruit les ruines de Palmyre sont des parents idéologiques des révolutionnaires de 1789 martelant les armoiries et les fleurs de lys des manoirs et des églises, fier d’avoir épousé une descendante de Charles X par une des filles du duc de Berry et d’Amy Brown. Avec le comte de Paris ce sera toujours l’incompréhension : Giscard lui refuse les marques de respect qu’adressait régulièrement de Gaulle au chef de la Maison de France. Dans le même temps, Giscard casse les codes monarchiques de la présidence, en commençant par la photo officielle où il a abandonné l’habit et le collier de grand‑maître de la Légion d’honneur : « Avec Giscard, la subversion des codes n’est pas le simple caprice d’un homme épris d’innovation, elle traduit un changement de perspective, un glissement du centre de gravité. Plus de signe d’apparat, ni de décoration apparente, le nouveau président plastronne en costume de ville. La verticalité a pris congé de l’image présidentielle qui se donne à voir dans les grandes largeurs du format télévisuel. La République descend de la cimaise pour se répandre sur les écrans. » Aristocrate de cœur et de tempérament, Giscard est évidemment de la veine de Tocqueville et non de celles de Bonald ou de Chateaubriand. Cette filiation tocquevillienne, il la revendiquera notamment le 5 décembre 1980 à Valognes, lors de la remise du Prix Tocqueville au sociologue David Riesman.

Extrait de "La droite imaginaire, de Chateaubriand à François Fillon", de Jérôme Besnard, publié aux éditions du Cerf.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires