En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Santé
Pourquoi il ne faut pas se laisser paniquer par les études qui disent que les kilos en trop ou en moins peuvent coûter jusqu’à 4 années de vie
Publié le 05 novembre 2018
Une étude publiée dans la prestigieuse revue "The Lancet" menée auprès d'un échantillon de 2 millions de personnes au Royaume-Uni est parvenue à estimer qu'un IMC trop haut ou trop bas pouvait coûter jusqu'à quatre ans de vie.
Patrick Tounian est professeur de pédiatrie, chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatrique de l'hôpital Armand-Trousseau à Paris. Docteur en sciences, il dirige les formations " Obésité de l'enfant et de l'adolescent " et " Nutrition de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Tounian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Tounian est professeur de pédiatrie, chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatrique de l'hôpital Armand-Trousseau à Paris. Docteur en sciences, il dirige les formations " Obésité de l'enfant et de l'adolescent " et " Nutrition de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée dans la prestigieuse revue "The Lancet" menée auprès d'un échantillon de 2 millions de personnes au Royaume-Uni est parvenue à estimer qu'un IMC trop haut ou trop bas pouvait coûter jusqu'à quatre ans de vie.

Atlantico : Comment peut-on expliquer ces résultats ?

 
Patrick Tounian : Cette étude vient confirmer ce que l'on pensait ainsi que les résultats d'autres études. Un IMC trop élevé (à partir de 30) vient multiplier les risques de maladies cardio-vasculaires et de cancer (colon chez les hommes et hormono dépendant chez les femmes). C'est un risque réel mais quand même faible même s'il est augmenté statistiquement. Quatre ans de vie vers 80 ans, ce n'est pas monstrueux. Il est donc important de relativiser.
 
Le lien entre IMC et mortalité est une courbe en "U", donc qui augmente à chaque extrémité à la fois pour l'obésité et la maigreur.
 
La maigreur est souvent associée avec la maladie et la maigreur est aussi associée à partir d'un certain âge à un risque augmenté d'infections, ce qui augmente également la mortalité, surtout à partir d'un certain âge.
 
 

Pour autant même si l'on voit qu'il y a cet écart de quatre ans de perdu, est-ce qu'il faut pour autant essayer de tendre à l'exemplarité sur l'IMC ?

 
Chez la personne âgée il est important de combattre la dénutrition. La dénutrition chez la personne âgée est quelque chose qui augmente la morbidité mais également la maladie. Il faut veiller à cela.
L'obésité elle est associée à un faible risque de mortalité augmentée mais également à la qualité de vie. On peut ne pas mourir mais avoir un diabète avec complication qui aura un impact sur sa manière de vivre.
Il ne faut pas pour autant faire de paranoïa. Autant avec un surpoids modéré et en l'absence d'autres facteurs de risques (diabète, tabagisme), on peut tolérer un surpoids. Par contre si l'on présente d'autres facteurs de risques, la diminution du poids fait partie des éléments à améliorer.
 
 

N'y a-t-il pas justement un problème avec cette étude qui se limite au référentiel de l'IMC?

 
L'IMC est un très mauvais indice pour évaluer la maigreur mais un bon indice pour évaluer l'obésité. Mais pour évaluer la mortalité c'est un référentiel limité car il y a beaucoup d'autres facteurs qui entrent en compte. L'IMC en soi n'est pas suffisant il faut regarder tous les autres risques de développer des maladies cardio-vasculaires, les antécédents de cancer, risque de diabète le tabagisme…  
Et au-delà du simple critère de la mortalité, il est important d'inclure le fait que l'obésité ou la maigreur vont venir limiter la qualité de vie.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires