En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© AFP
Comment parle-t-on ?
Ce délitement de la société française qui s’exprime au travers de notre vocabulaire quotidien
Publié le 04 novembre 2018
La dégradation du vocabulaire dans nos sociétés contemporaines, devient de plus en plus préoccupante
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dégradation du vocabulaire dans nos sociétés contemporaines, devient de plus en plus préoccupante

A l’occasion d’un déjeuner dominical, que l’on qualifiera de mondain, regroupant des personnes de sensibilités politiques différentes, quelque part dans nos campagnes, l’un des participants, défenseur d’une vision très traditionnaliste de la nation française et s’attristant de son déclin, emploie dans la conservation un terme, ce « type », qui n’a rien de traditionnaliste, ce que l’auteur de ces lignes ne manqua point de lui signaler, le mettant en face de ses propres contradictions. Au-delà de l’anecdote piquante, le sujet de la dégradation du vocabulaire dans nos sociétés contemporaines, qui ne constitue pas une nouveauté, de nombreux linguistes s’en inquiétant depuis plusieurs décennies, devient de plus en plus préoccupant, la situation s’étant considérablement détériorée ces dernières années, à l’heure d’internet, du téléphone portable et de la télé-réalité.

Un des exemples les plus frappants concerne notre manière de désigner les autres êtres humains, quel que soit leur sexe, avec l’emploi désormais courant et généralisé, comme nous venons de le voir, à l’ensemble des classes sociales, de deux termes, anciennement familiers, voire péjoratifs, « type » et « fille », pour parler d’un homme ou d’une femme, que nos ancêtres bien élevés auraient évité d’utiliser en réunion. En effet, selon la définition du dictionnaire Le Petit Robert de 1984, dans son acception actuelle apparue à la fin du XIX° siècle, le mot « type » fait référence à un « individu quelconque », tout un programme ! Concernant l’emploi du mot « fille », il paraît infantilisant et foncièrement sexiste.

Or, les mots que l’on utilise constituent un témoignage marquant de la considération que nous apportons à l’autre et de la perte de sociabilité qui en découle. Dans une société égalitaire et respectueuse d’autrui, l’utilisation de termes péjoratifs pour parler de ses semblables devrait être totalement proscrite. Cependant, s’il est de bon ton de s’apitoyer sur le phénomène, il convient de s’interroger sur son origine, pour pouvoir espérer endiguer une tendance inquiétante.

Un premier facteur explicatif est l’individualisme forcené, triomphant dans un monde dominé par l’idéologie néolibérale. Notre société se présente, de plus en plus, comme un assemblage d’individus autocentrés, qui ne respectent plus les autres, et partagent de moins en moins de valeurs en commun, d’où l’affaiblissement constaté de l’attachement à la Nation. Il s’ensuit que la perception de « l’autre », mis à distance, est dénuée d’une quelconque attention. D’une certaine manière, ce « type » signifie tout simplement cet « inconnu » qui ne m’intéresse pas.

Un deuxième facteur explicatif tient au triomphe de la vulgarité et de la grossièreté dans notre société, consécutive de la massification culturelle propagée par la télévision. Le vocabulaire qui s’impose à tous est celui des masses et non des intellectuels de la rive gauche ou de la bourgeoisie traditionnelle de l’ouest parisien, contrairement à auparavant. Il est très difficile d’échapper à ce processus de nivellement par le bas, à moins de vivre en vase clos. Dans ce cadre, on peut légitimement se demander si l’emploi du terme cette « fille » ne renvoie pas, au moins inconsciemment, chez certains hommes à l’abréviation de l’expression « fille de joie ».

Que faire, là est la question ? Face à des évolutions qui paraissent difficiles à contrecarrer, votre serviteur ne prétendant pas être exempt de reproches en la matière, il est malheureusement coutumier à notre époque de tout simplement « baisser les bras », comme ces parents qui démissionnent devant les caprices répétés de leurs enfants. Cependant, nous devons nous affranchir de ces tendances infantilisantes et reprendre en main notre façon de nous exprimer. Efforçons-nous de bannir ces deux termes de notre vocabulaire du quotidien et reprenons en permanence, comme le faisaient les enseignants du passé, les personnes de notre entourage qui les prononcent, jusqu’à ce qu’ils finissent par revenir à un vocabulaire plus respectueux d’autrui. Il est quand même plus agréable de parler de Monsieur « Dupont » que de « ce type » !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires