En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 40 min 29 sec
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 1 heure 39 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 4 heures 43 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 5 heures 57 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 6 heures 59 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 7 heures 15 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 7 heures 36 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 1 heure 34 sec
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 4 heures 31 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 5 heures 10 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 7 heures 5 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 7 heures 24 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 19 heures 25 min
© AFP
© AFP
Comment parle-t-on ?

Ce délitement de la société française qui s’exprime au travers de notre vocabulaire quotidien

Publié le 04 novembre 2018
La dégradation du vocabulaire dans nos sociétés contemporaines, devient de plus en plus préoccupante
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dégradation du vocabulaire dans nos sociétés contemporaines, devient de plus en plus préoccupante

A l’occasion d’un déjeuner dominical, que l’on qualifiera de mondain, regroupant des personnes de sensibilités politiques différentes, quelque part dans nos campagnes, l’un des participants, défenseur d’une vision très traditionnaliste de la nation française et s’attristant de son déclin, emploie dans la conservation un terme, ce « type », qui n’a rien de traditionnaliste, ce que l’auteur de ces lignes ne manqua point de lui signaler, le mettant en face de ses propres contradictions. Au-delà de l’anecdote piquante, le sujet de la dégradation du vocabulaire dans nos sociétés contemporaines, qui ne constitue pas une nouveauté, de nombreux linguistes s’en inquiétant depuis plusieurs décennies, devient de plus en plus préoccupant, la situation s’étant considérablement détériorée ces dernières années, à l’heure d’internet, du téléphone portable et de la télé-réalité.

Un des exemples les plus frappants concerne notre manière de désigner les autres êtres humains, quel que soit leur sexe, avec l’emploi désormais courant et généralisé, comme nous venons de le voir, à l’ensemble des classes sociales, de deux termes, anciennement familiers, voire péjoratifs, « type » et « fille », pour parler d’un homme ou d’une femme, que nos ancêtres bien élevés auraient évité d’utiliser en réunion. En effet, selon la définition du dictionnaire Le Petit Robert de 1984, dans son acception actuelle apparue à la fin du XIX° siècle, le mot « type » fait référence à un « individu quelconque », tout un programme ! Concernant l’emploi du mot « fille », il paraît infantilisant et foncièrement sexiste.

Or, les mots que l’on utilise constituent un témoignage marquant de la considération que nous apportons à l’autre et de la perte de sociabilité qui en découle. Dans une société égalitaire et respectueuse d’autrui, l’utilisation de termes péjoratifs pour parler de ses semblables devrait être totalement proscrite. Cependant, s’il est de bon ton de s’apitoyer sur le phénomène, il convient de s’interroger sur son origine, pour pouvoir espérer endiguer une tendance inquiétante.

Un premier facteur explicatif est l’individualisme forcené, triomphant dans un monde dominé par l’idéologie néolibérale. Notre société se présente, de plus en plus, comme un assemblage d’individus autocentrés, qui ne respectent plus les autres, et partagent de moins en moins de valeurs en commun, d’où l’affaiblissement constaté de l’attachement à la Nation. Il s’ensuit que la perception de « l’autre », mis à distance, est dénuée d’une quelconque attention. D’une certaine manière, ce « type » signifie tout simplement cet « inconnu » qui ne m’intéresse pas.

Un deuxième facteur explicatif tient au triomphe de la vulgarité et de la grossièreté dans notre société, consécutive de la massification culturelle propagée par la télévision. Le vocabulaire qui s’impose à tous est celui des masses et non des intellectuels de la rive gauche ou de la bourgeoisie traditionnelle de l’ouest parisien, contrairement à auparavant. Il est très difficile d’échapper à ce processus de nivellement par le bas, à moins de vivre en vase clos. Dans ce cadre, on peut légitimement se demander si l’emploi du terme cette « fille » ne renvoie pas, au moins inconsciemment, chez certains hommes à l’abréviation de l’expression « fille de joie ».

Que faire, là est la question ? Face à des évolutions qui paraissent difficiles à contrecarrer, votre serviteur ne prétendant pas être exempt de reproches en la matière, il est malheureusement coutumier à notre époque de tout simplement « baisser les bras », comme ces parents qui démissionnent devant les caprices répétés de leurs enfants. Cependant, nous devons nous affranchir de ces tendances infantilisantes et reprendre en main notre façon de nous exprimer. Efforçons-nous de bannir ces deux termes de notre vocabulaire du quotidien et reprenons en permanence, comme le faisaient les enseignants du passé, les personnes de notre entourage qui les prononcent, jusqu’à ce qu’ils finissent par revenir à un vocabulaire plus respectueux d’autrui. Il est quand même plus agréable de parler de Monsieur « Dupont » que de « ce type » !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires