En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 2 heures 54 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 7 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 8 heures 49 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 11 heures 21 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 13 heures 24 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 13 heures 52 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 14 heures 36 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 2 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 3 heures 54 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 10 heures 18 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 13 heures 44 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 14 heures 29 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 14 heures 48 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 15 heures 20 min
La recette fait recette

Tim Burton, ce père Fouettard monomaniaque

Publié le 09 mai 2012
"Dark Shadows", le dernier film de Tim Burton, sort ce mercredi. L'histoire de ce vampire projeté en 1972 après deux siècles passés dans une tombe réunit tous les ingrédients du cocktail Burton. Démonstration.
Clément Bosqué
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué est Agrégé d'anglais, formé à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers. Il dirige un établissement départemental de l'aide sociale à l'enfance. Il est l'auteur de chroniques sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Dark Shadows", le dernier film de Tim Burton, sort ce mercredi. L'histoire de ce vampire projeté en 1972 après deux siècles passés dans une tombe réunit tous les ingrédients du cocktail Burton. Démonstration.

On dira que Tim Burton (1958 -)  montre un monde monstrueux qui n’est pas le nôtre. Qui nous fait peur ou nous amuse parce qu’il nous emmène ailleurs, au royaume doux-amer de nos cauchemars d’enfant. 

Rien de moins sûr ! Revoyez le court-métrage d’animation "Vincent" (réalisé en 1982 alors que Burton fait ses armes chez Disney. 

La voix sinistre de l’acteur Vincent Price[1] raconte en vers l’histoire d’un adolescent aux yeux écarquillés, introverti et pétri de fantasmes... mais – et c’est cela qui est frappant – dont le quotidien et les cauchemars se superposent et se croisent jusqu’à réellement se confondre, comme dans la folie.

Le monde de Burton, n’est-ce pas en réalité le nôtre, parfaitement reconnaissable - ce monde de bonnes intentions, de gentillesse et de douceur, pastel et toxique ?

"Taram et le Chaudron Magique" (1985), des studios Disney, sur lequel il travailla comme jeune animateur, recèle déjà cette horreur caractéristique, douceâtre, mélancolique. Il s’avéra trop étrange et sombre pour être un succès.

"Frankenweenie" (1984) vaudra à Burton d’être mis à la porte de Disney. "Batman returns" (1992) est lui aussi jugé bien trop effrayant pour les enfants.

L’humour de "Beetlejuice" (1988) et "Mars Attacks" (1996), c’est cet humour noir qui permet à Burton de raconter d’horribles histoires sous forme de poèmes délicats dans le livre "La Triste fin du petit enfant huître et autres histoires" (1997). Vos enfants adoreront l’histoire du "garçon qui avait des clous dans les yeux", de "la fille qui se  transformait en lit" ou du "bébé robot", fruit de l’union contre-nature de sa mère avec un micro-onde, dont la naissance provoque l’effroi de ses parents... et semble contenir, en quelques lignes, tout Tim Burton :

 "Il n’était ni mignon, ni chaud,

 Et n’avait pas de peau.

A la place, une fine couche de métal froid.

Des fils et des tubes lui sortaient de la tête.

Il était allongé là, les yeux tout grands,

Ni mort ni vivant." (nous traduisons)

L’horreur véritable, après tout, n’est-ce pas cette combinaison de mignon et d’affreux ?

Pas étonnant que Tim Burton ait senti une si forte proximité avec les univers de Washington Irving (dont il adapte "Sleepy Hollow" en 1999) et surtout d’Edgar Allan Poe, avec ce style "gothique" qui plonge ses racines dans l’esthétique anglaise et allemande des 18e et 19e siècles. Sans compter "l’Ile du Docteur Moreau" de H. G. Wells qui lui inspire son premier film à l’âge de 13 ans ou les histoires de Roald Dahl, souvent si cruelles pour les enfants...

Ce que Burton suggère, finalement, ce n’est pas du tout un monde hypocrite, où le mal se cacherait derrière la douceur des contes pour enfant. Mais au contraire une simultanéité des deux, une identité.

Ces morts ranimés et vivants cadavériques, ces poupées de chiffon douées de vie, ces personnes mutilées, déformées, ces esprit torturés, ces rictus édenté, orbites caves et maquillages outrés sur une pâleur maladive : n'est-ce pas en tout point notre monde ? Un monde où la gentillesse et le mal se confondent, où nos sourires sont des grimaces ?

Cet univers "gothique" devient, au gré des films, facilement identifiable chez Burton, où il devient une "marque de fabrique". Citons comme motifs visuels récurrents du "style Burton" : les yeux exorbités aux pupilles rétrécies (le visage de la mariée des "Noces Funèbres" (2005), comme celui de la muse et épouse de Burton à la ville, la bien réelle Helena Bonham Carter) ; les spirales (regardez-les se déployer partout dans "l'Etrange Noël de M. Jack", 1993) ; les rayures (chez "Beetlejuice") ; les paysages et perspectives architecturales distordues et exagérées ; à quoi s’ajoutent une prédilection pour les comptines et chansons en rimes, qui vous entraînent dans une véritable danse macabre.

Avec pourtant le risque de devenir un maniérisme, c'est-à-dire une forme qui, sous prétexte qu’elle a fait recette, et qu’on peut en escompter d’avance le succès commercial, est utilisée et réutilisée. On pouvait le craindre avec les "Noces Funèbres", qui calquait trop "l'Etrange Noël". Doit-on craindre un Tim Burton en voie de "disneyisation", de "macdoïsation" ?

"Dark Shadows", sorti ce mercredi, reprend les ingrédients du cocktail préféré de Tim, à base d'"épouvantable merveilleux", sur fond de musique de fête (Superfly, Barry White, T-Rex). Il promet d’échapper à cet écueil : au spectateur de s’en assurer.

Et en même temps, quoi de plus naturel, pour un artiste arrivé à maturité, de continuer à creuser son art, de pousser toujours plus systématiquement ce qui n’était au départ que de faibles intuitions ?



[1]  1911-1993. C’est sa voix qu’on entend dans "Thriller" de Michael Jackson.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires