En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
Territoires
Derrière la collectivité européenne d’Alsace, l’échec déjà consommé des grandes régions voulues par François Hollande
Publié le 31 octobre 2018
La "collectivité européenne d'Alsace" sera lancée en 2021. Le projet de François Hollande de la nouvelle région Grand-Est est menacé.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La "collectivité européenne d'Alsace" sera lancée en 2021. Le projet de François Hollande de la nouvelle région Grand-Est est menacé.

Atlantico : La création d'une "collectivité européenne d'Alsace" qui doit voir le jour en 2021 semble remettre très rapidement en cause la nouvelle région Grand-Est conçue sous François Hollande pour optimiser l'influence des territoires. S'agit-il du signe d'un échec politique très net de la réforme des régions ?

 
Laurent Chalard : S’il est encore trop tôt pour dire que ce qui vient de se passer en Alsace constitue un échec politique de la réforme des régions, puisque, pour l’instant, l’appartenance de la « collectivité européenne d’Alsace » à la région Grand Est n’est pas remise en cause, il n’en demeure pas moins que c’est l’un des premiers signes d’un mécontentement de territoires vis-à-vis d’une réforme territoriale imposée d’en haut, en l’occurrence par le gouvernement de Manuel Valls à l’époque, sans aucune consultation de leurs populations et de leurs élites résidentes. En effet, passés les premiers mouvements de contestation sans suite, de nombreux dirigeants politiques hexagonaux avaient fait contre mauvaise fortune, bon cœur, se disant que les nouvelles entités administratives allaient peut-être effectivement permettre une meilleure gestion de leur territoire et de réaliser des économies d’échelle, arguments avancés pour faire passer la réforme. Or, après quelques années de fonctionnement, manifestement, ce n’est pas le cas, de nombreux élus se rendant compte que les grandes régions sont des méga-bureaucraties sans identité, qui ont du mal à gérer des territoires aussi grands aux intérêts, bien souvent, divergents, sans compter que lorsque les fusions sont déséquilibrées, l’ancienne région la plus puissante a tendance à damner le pion à celle qui l’est moins. Dans ce cadre, il n’apparaît guère surprenant que la remise en cause de la réforme territoriale parte de l’Alsace, ancienne région à l’identité marquée, qui s’était déjà fortement opposée à son regroupement avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. L’obtention de la capitale régionale à Strasbourg n’a pas été suffisante pour faire disparaître l’attachement identitaire, d’autant que l’Alsace s’est vue adjoindre deux régions pauvres en crise, ce qui constituait plutôt un cadeau empoisonné. De par ses compétences très étendues, il est évident que la « collectivité européenne d’Alsace » va mettre à mal la cohésion de la région Grand Est.
 

D'autres réformes territoriales telles que celle de l'Alsace sont-elles à envisager ? Si oui, lesquelles ?

 
Si, pour l’instant, à notre connaissance, aucune autre démarche officielle n’a été engagée dans ce sens en-dehors du cas très particulier de la fusion envisagée entre les Yvelines et les Hauts-de-Seine qui relève d’un autre contexte, il est évident que l’expérience alsacienne va être suivie de prêt et va donner des idées à d’autres départements qui ne se sentent pas très bien dans leur nouvelle entité administrative. Dans la même région Grand Est, au périmètre bancal, on peut tout à fait imaginer, à son autre extrémité géographique, la constitution d’une collectivité de « Champagne », regroupant les départements de la Marne et de l’Aube, plus tournés vers l’Ile de France, et donc Paris, que vers Strasbourg. Ce mouvement pourrait aussi toucher d’autres régions comme par exemple les départements du Poitou (Deux-Sèvres et Vienne), dont l’intégration dans la région Nouvelle-Aquitaine est un non-sens géographique (le seuil du Poitou constitue la frontière entre bassins parisien et aquitain), étant globalement plus tournés vers le Val de Loire que vers l’Aquitaine. Il en va de même avec les anciens départements du Limousin, qui pourraient bien proposer de ne former qu’un département sur l’ancien périmètre de la région. Au-delà de la création d’une nouvelle collectivité issue de la fusion de plusieurs départements, on peut penser que certains départements vont envisager de rejoindre une autre région s’ils s’y sentent marginalisés, ce qui pourrait pleinement être le cas du Gard au sein de la région Occitanie, au caractère rhodanien affirmé, ou de l’Oise dans les Hauts-de-France, dont les problématiques quotidiennes relèvent du fonctionnement d’une métropole parisienne élargie et non de la métropole lilloise.
 

Pour quelles raisons ces grandes régions sont-elles considérées comme inadaptées ? Ces structures n'étaient-elles pas trop déconnectées de la façon dont les habitants se référaient à leurs territoires ? Qui pouvait croire que les Nîmois allait se rendre à Toulouse par exemple ?

 
La réponse est dans la question ! En effet, le principal reproche fait au périmètre des nouvelles régions est leur taille, beaucoup trop importante, ne correspondant, sauf exceptions (Normandie ou Bretagne), à aucune identité territoriale historique, comme en témoignent le nom de certaines qui n’évoque pas grand-chose (Hauts de France, Grand Est). Mise en place dans la précipitation, sans consultation au préalable d’experts, la réforme des régions n’a pas reposé sur un argument rationnel, mais sur la combinaison de critères variables selon les territoires : politiques (l’objectif était à l’époque de conserver le maximum de régions au parti socialiste, pari plutôt réussi d’ailleurs), économiques (des régions centrées autour d’une métropole phare), identitaires (recréation de la Normandie). Par ailleurs, le fait d’avoir regroupé les régions dans leur entier, sans envisager d’interchanger certains départements, était peut-être une solution de facilité (ne pas se fatiguer pour des élus aux connaissances limitées en géographie) mais s’avérait être une aberration totale !
A l’arrivée, si certaines régions ont des périmètres qui fonctionnent relativement bien (la Normandie), par contre, pour d’autres, il existe une déconnexion certaine par rapport au mode de fonctionnement de ces territoires, le Grand Est en constituant une caricature. En gros, c’est une région qui semble avoir été pensée comme si tout ce qui se situait à l’est de Paris était identique !
Le plus surprenant, finalement, n’est pas l’émergence d’un mécontentement aujourd’hui que l’absence de contestation plus massive au moment de la réforme, nos concitoyens ne semblant pas bien avoir pris la mesure des conséquences de ces regroupements territoriaux, ayant, il est vrai, d’autres préoccupations plus importantes, en particulier financières.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires