En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© MAURO PIMENTEL / AFP
On rit ou on pleure ?
Brésil : Une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle !
Publié le 29 octobre 2018
On peut voir le verre à moitié plein. On peut également le voir à moitié vide. Au Brésil, c’est les deux à la fois…
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On peut voir le verre à moitié plein. On peut également le voir à moitié vide. Au Brésil, c’est les deux à la fois…

Commençons par la bonne nouvelle : le candidat de la gauche, Fernando Haddad a été battu. Continuons avec la mauvaise : Jair Bolsonaro a été élu. Ses partisans sont en liesse. Les électeurs de Haddad sont en pleurs. Et avec eux, Libération (qui parle d’ « Apocalypse now ») et le Monde.

Pendant plus de treize ans la gauche – en l’occurrence le Parti des travailleurs – a régné sans partage sur le Brésil. À cette époque bénie entre toutes, le gratin des gauches européennes se rendait au forum social de Porto Alegre pour y célébrer la fin imminente et désirée du capitalisme.

Aveugles qu’ils étaient, ces fervents pèlerins n’avaient d’yeux que pour l’envoûtant carnaval de Rio. Ils refusaient de voir que le Brésil était gangrené par la violence et la corruption. On tuait là-bas dans les favelas et on tuait sans relâche. À telle enseigne qu’au Brésil le produit industriel brut (PIB) avait été remplacé par le PCB (produit criminel brut).

De cette période, Fernando Haddad est l’héritier. Il paye pour Lula, icône de la gauche française, emprisonné pour corruption. Il paye pour sa dauphine, Dilma Rousseff, destituée pour les mêmes raisons. Au Brésil la criminalité était une plaie bien plus saignante que le chômage et la pauvreté. Elle touchait avant tout les petites gens des favelas. Les riches, eux, habitaient les beaux quartiers et avaient des gardes du corps.

Ce sont ces petites gens, révoltés et écœurés, qui ont élu Jair Bolsonaro. Ce dernier n’est pas de ceux que nous inviterions à notre table. Il brûle d’amour pour la dictature militaire des années 80. Une période particulièrement sanglante avec son lot de torturés et de disparus. Une phrase de lui : « On n’aurait pas dû se contenter de torturer, on aurait dû tuer ! » 

En dépit de ça – ou peut-être grâce à ça – Bolsonaro est devenu président du Brésil. Du retour à l’ordre il a fait son credo. Il a promis de modifier la législation sur les armes « pour que les braves gens puissent faire justice eux-mêmes ». Les Brésiliens dans leur majorité n’attendaient que ça.

Un cycle s’achève. Pendant longtemps le vent de l’Histoire a soufflé à gauche. Aujourd’hui il souffle dans le sens inverse. Et comme il souffle en tempête, ça fera des dégâts.

Mais n’oublions pas que Bolsonaro ne vient pas de nulle part. Il a des parents. Son père s’appelle Lula. Et sa mère Dilma Rousseff. N’oublions pas non plus qu’en France nous avons aussi nos favelas…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
03.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
04.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait salle à cause du réchauffement climatique
07.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
01.
La petite fiancée de l'Amérique
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires