En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Pourquoi Mourinho n'a pas choisi le PSG

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 5 heures 30 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 8 heures 12 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 11 heures 38 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 14 heures 47 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 15 heures 52 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 7 heures 52 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 8 heures 57 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 11 heures 29 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 11 heures 51 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 16 heures 25 min
© PATRICK KOVARIK, PHILIPPE HUGUEN, LIONEL BONAVENTURE / AFP
© PATRICK KOVARIK, PHILIPPE HUGUEN, LIONEL BONAVENTURE / AFP
Il faut tourner la page

L’ère des politiques zombies : ils sont sur les plateaux télé et se maintiennent dans les sondages mais la probabilité qu’ils se fassent élire est devenue infime. Pourquoi sont-ils encore là ?

Publié le 26 octobre 2018
Nicolas Sarkozy, François Hollande, Marine Le Pen ou bien encore Jean-Luc Mélenchon occupent le terrain politique mais ils n'ont pas de réel avenir.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy, François Hollande, Marine Le Pen ou bien encore Jean-Luc Mélenchon occupent le terrain politique mais ils n'ont pas de réel avenir.

ATLANTICO :  Que ce soit François Hollande qui, selon Le Point, a demandé à ses troupes de "se tenir prêt", Nicolas Sarkozy qui garde une place importante dans le cœur d'une certaine droite comme en atteste les sondages, la scène politique et médiatique est souvent occupée par des politiques qui n'ont plus véritablement d'avenir mais qui s'appuie sur une base militante historique forte. On pourrait dire la même chose de Marine Le Pen qui semble avoir atteint un plafond après sa déroute du débat de l'entre deux tours, ou même de Jean-Luc Mélenchon qui a montré ses limites avec les affaires récentes. Qu'est-ce qui explique que se maintiennent ces "politiques zombies", qui semblent agir comme s'ils avaient un avenir politique mais qui dans les faits ne peuvent plus rassembler suffisamment largement pour prétendre à un avenir politique différent de celui qu'il connaissent aujourd'hui ?

Jean PETAUX : En tout premier lieu il faut souligner que le phénomène n’a rien de nouveau. Les partisans de l’Empereur Napoléon ont d’abord espéré son retour de l’Ile d’Elbe avec ferveur. Ils ont bien fait puisque cette « résurrection politique » est d’ailleurs effectivement advenue. Même après l’exil-déportation à Saint-Hélène, en un lieu d’où, objectivement, tout retour en Europe était exclu, ceux qui étaient restés fidèles à l’Empereur, les Grognards, les « Demi-soldes », ont cru encore à une renaissance. Ils l’ont tellement attendu que dans les esprits de leurs enfants et petits-enfants, le seul nom de Louis-Napoléon Bonaparte (le neveu) évoquait, à lui seul, le rétablissement de l’Empire. Jusqu’à ce que le grand Victor Hugo mette un terme à la confusion et compare l’Empereur, le seul, le vrai à « Napoléon-le-Petit », enterrant ainsi le second sous la légende du Premier.
 
Autre exemple, bien plus récent, qui date de plus de 70 ans. Quand le Général de Gaulle quitte subitement la présidence du Gouvernement provisoire de la République en janvier 1946 et part « traverser le désert » à Colombey-les-Deux-églises, les « barons du gaullisme » (Debré, Soustelle, Chaban, Palewski, Foccart et d’autres) n’ont de cesse d’œuvrer pour le retour du « l’Homme du 18 Juin » alors que la grande majorité des acteurs politiques du moment, qui vont être les dirigeants de la IVè République, sont soulagés de voir le Général se retirer des affaires. Il faudra 12 années et les intrigues du « Plan Résurrection » à compter du 13 mai 1958 pour que de Gaulle retrouve les allées du pouvoir.
 
D’autres plus tard ne connaitront pas cette fortune : impossible pour Giscard de retrouver son fauteuil élyséen ; impossible aussi pour Sarkozy… impossible à dire demain pour Hollande. Pour autant une telle hypothèse n’est pas à exclure, en vertu d’une règle simple en politique : tout est possible même l’impossible. Une des explications qui peut être apportée à ces figures « politiques zombies » comme vous les nommez c’est la nostalgie qu’elles inspirent, la mémoire d’un temps révolu et conçu, relativement, comme meilleur que le présent et surtout préférable à un avenir sans elles.
 
Une autre cause peut être trouvée dans le fait que la personnalité ainsi en « vacances d’un retour au pouvoir » développe des qualités intellectuelles qui plaisent même à ses adversaires. Et quand le même acteur retrouve les ors des palais présidentiels ou ministériels, de nouveau la réalité reprend ses droits : tel « sectaire » redevient « sectaire », tel « clivant » se refait « clivant ». Un des exemples les plus fameux sous la Vè République a été celui d’Alain Peyrefitte. Tout le temps qu’il a été ministre (à l’Information où il était un « commissaire politique » zélé, obtus voire brutal ; à l’Education où il n’a rien vu venir de la crise de Mai 68 ; à la Chancellerie de 1978 à 1981 avec un projet de loi « Sécurité et Liberté » qui fit l’unanimité des humanistes contre lui, il a été détesté de tout ce qui comptait en France d’intellectuels, d’universitaires, de journalistes, d’avocats et même de magistrats. Quand il n’a plus été membre d’un gouvernement il a été choyé et applaudi. Ses analyses ont été presque toujours présentées comme visionnaires, sa trajectoire de Normalien Supérieur vantée et mise en avant. Et les ouvrages qu’il a alors publié (« Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera » ou « Le Mal français » voire « C’était de Gaulle ») ont été salués comme de grands livres par une critique, de droite comme de gauche (surtout de gauche d’ailleurs) unanime et enamourée. Alors que Tout Paris savait qu’il n’avait écrit ni la totalité de « La Chine » ni celle du « Mal français »…).
 
Une dernière variable peut être évoquée. On pourrait la nommer le « modèle Mélenchon ». Les observateurs, les militants, ses amis, ses adversaires, ses concurrents, qui connaissent tel ou tel acteur politique parce qu’il fréquente de longue date les différents terrains du « circuit » n’ignorent rien de ses traits de caractère, de ses foucades, de sa violence symbolique éventuelle (tout comme d’un autre, nul n’ignorait son addiction au sexe par exemple…). Mais un phénomène de cécité psychique collective, une sorte d’illusion généralisée, frappe tout le monde. Pour partie on feint de penser qu’il ou qu’elle a changé. Que ces traits comportementaux ont bien existé mais qu’ils appartiennent à une autre partie de la vie de telle ou telle personnalité politique. D’autant que celle-ci parle bien, parle fort, avec conviction, talent et qu’une partie de l’auditoire veut y croire en récusant du même tout ce qui pourrait porter atteinte justement aux qualités plus espérées d’ailleurs que vérifiées. Donc même si la « vedette politique » semble totalement démonétisée parce qu’elle a révélé, crûment, son « seuil de Peter », qu’elle a montré au monde son absence de nerfs et de courage (tant il est vrai qu’hurler à la face d’un dépositaire de l’autorité n’est en rien courageux si on dispose d’une autorité symboliquement et politiquement supérieure bien que juridiquement infondée), il se trouvera toujours des fidèles, des inconditionnels, pour prendre sa défense. Finalement le « zombie politique » n’existe que grâce au soutien du public qui l’intronise ainsi et entretient la flamme de son hypothétique résurrection. Jusqu’à l’absurde parfois.
 
 
 

Qu'est-ce qui ferait un parfait "politique zombie" ?

Il faut une personnalité qui n’a pas peur de souffrir de la comparaison entre son propos, ses discours, ses choix passés et son nouveau comportement, son nouveau look et ses orientations politiques actuelles ou à venir. François Mitterrand par exemple a été un parfait « zombie politique ». Non qu’il n’a pas présidé jusqu’au bout, au prix d’un effort « quasi surhumain », et qu’il a repoussé la «  faucheuse » loin de lui pendant plus de 11 ans, de 1981 à 1992, mais surtout du fait qu’il a réussi à faire croire qu’il était devenu un marxiste-socialiste pur et dur, alors qu’il était tout juste un social-démocrate ou plus exactement un conservateur-modernisateur. On se souvient des paroles, peut-être apocryphes (mais tellement justes…) de Guy Mollet écoutant la péroraison d’un Mitterrand totalement perché et autoproclamé « grand maître du socialisme » à la tribune du congrès d’Epinay en juin 1981 : « Ne vous inquiétez pas : Mitterrand ne s’est pas converti subitement au socialisme, il a juste appris à le parler ».
 
Voilà le propre d’un politique zombie : parler au plus grand nombre dans une langue jusqu’alors mal maitrisée voire combattue jadis. Le fait qu’il prenne le contrepied de ce qu’il a pu professer, enseigner, défendre (y compris parfois avec véhémence) attestera de sa « renaissance ». George Bush Jr, « born again » (celui qui est né une nouvelle fois après avoir sombré dans l’alcool par exemple) a ainsi multiplié les déclarations pour dire qu’il avait retrouvé Dieu, qu’il avait définitivement cessé de boire, etc. Le zombie est à la fois celui qui (re)vit dans le corps d’une personnalité politique disparue (ou apparemment transfigurée),  tout autant que celui qui va vivre une transmutation dans son propre corps politique symbolique.
 
François Hollande est en excellente position par exemple pour faire un parfait zombie politique. Quand il dit à l’envi : « Je n’aurais pas dû dire pendant la campagne de 2012 que je souhaitais être un président normal. J’aurais dû dire : « un président humain » », il parle la langue du « zombie politique ». Autrement dit il fait croire que, de retour au pouvoir, il ne commettrait plus les mêmes erreurs (y compris langagières) que précédemment. Nicolas Sarkozy aussi ne cessait de répéter, entre son échec de 2012 et sa tentative de  nouvelle candidature en novembre 2016 : « J’ai changé, j’ai énormément appris... » . L’un et l’autre des deux finalistes de 2012 reprennent le même discours : ressortis plus forts de cinq années présidentielles ils n’entameront pas une « nouvelle saison » en commettant les mêmes fautes que celles commises lors de leur premier mandat.  
 

Comment expliquer l'engouement qu'il existe autour des potentielles "résurrections politiques" des "politiques zombies" ?

J’ai, pour partie, déjà répondu : la nostalgie, le relativisme du jugement, l’impossibilité de comparer des situations survenues à des moments historiquement séparés d’aujourd’hui parfois de 25 ou 30 ans et qui tournent toujours en faveur du passé au détriment du présent : « C’était peut-être pas génial sous X…, il avait fait beaucoup de bêtises mais à y regarder de plus près : tout vaut mieux que ce que l’on vit aujourd’hui avec Y ». Sur ce tel raisonnement, moins de dix ans après la chute du Mur de Berlin et le départ groupé et rapide des communistes au pouvoir depuis 1947 – 1948, nombre de sociétés des Pays d’Europe centrale et orientale ont rappelé, par les urnes, les responsables politiques des partis communistes qu’ils avaient chassés dix ans plus tôt. Tellement le libéralisme économique,  nouvellement mis en place consécutivement aux « thérapies de choc »  par exemple, leur semblait irrespirable et sans amélioration immédiate .
 
L’engouement peut aussi s’expliquer par la faible qualité du reste du « casting » présent dans l’offre politique au moment où le « zombie » ressort de sa tombe politique symbolique et en termine avec le franchissement de son « désert politique » (Mitterrand en 1965 ou de Gaulle en 1958 ou Jospin entre 1993 et 1995).
 
Et puis, last but not least, la « résurrection politique » est une configuration appréciée et attendue parce qu’elle relève d’une forme de « pensée magique » et renvoie au mystère du dépassement de la seule condition de simple mortel. Elle porte en elle une telle dose d’improbable, de « come back » inattendu ou de « remontada » inespérée qu’elle connait un succès populaire garanti. Celle ou celui qui renait ainsi de ses « quasi » cendres ne peut être qu’un personnage doué de pouvoirs presque surnaturels. C’est ce qui fait que les Français par exemple vouent une sincère admiration à trois présidents de la République qui, dans des circonstances très différentes à chaque fois, ont triomphé contre toute attente : de Gaulle, Mitterrand et Chirac. Les deux derniers cités, trois fois candidats à l’Elysée, c’est leur troisième tentative qui va s’avérer la bonne. Tout comme Chirac, Mitterrand connait les affres de la cohabitation, pour lui de 1986 à 1988, pour Chirac, bien plus longtemps, de 1997 à 2002. Et dans les deux cas, dans des circonstances extrêmement différentes, voire totalement opposées, mais identiques quant aux résultats : ils sont réélus pour un second mandat tous les deux au terme de leur quatrième candidature.. Si ce n’est pas de la résilience politique ! Et « Mon Général »… Quelle « Résistance » dans tous les sens du mot. Pas une « résistance » lancée comme un slogan bidon par les gauchistes de tous poils et les pseudo- gaullistes en peaux de lapins comme Nicolas Dupont-Aignan, capable de s’allier, pour des motifs de triste évidence, avec la fille de celui dont les amis politiques de l’Algérie française à compter de 1961 ont cherché à tuer le Général de Gaulle à huit reprises au moins jusqu’en… 1964. Une « Résistance », une vraie, conférant à Charles de Gaulle plus qu’un statut de « zombie » une stature insubmersible.  Toujours est-il que l’engouement populaire que suscita le général de Gaulle n’a jamais été démentie (hormis par le « non » au référendum de 1969 qui provoqua sa démission, mais cela c’est aussi une autre histoire) et a trouvé, dans ses obsèques en novembre 1970, une expression ultime renouvelée sans discontinuer depuis lors.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Pourquoi Mourinho n'a pas choisi le PSG

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires