En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© PATRICK HERTZOG / AFP
Dans quel état j'erre ?
Le progressisme tente de se donner une nouvelle définition mais peine à le faire
Publié le 20 octobre 2018
La République en Marche, la Fondation Jean Jaurès et la Fondapol organisent ce samedi une conférence intitulée : "Progressisme, mais encore ?". Au cours de cette conférence, des thèmes comme la dignité, l'émancipation , l'engagement, la transmission, ou la responsabilité seront abordés. Ils auraient tout aussi bien pu être traités lors de colloques libéraux ou conservateurs.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La République en Marche, la Fondation Jean Jaurès et la Fondapol organisent ce samedi une conférence intitulée : "Progressisme, mais encore ?". Au cours de cette conférence, des thèmes comme la dignité, l'émancipation , l'engagement, la transmission, ou la responsabilité seront abordés. Ils auraient tout aussi bien pu être traités lors de colloques libéraux ou conservateurs.

Atlantico : La République en Marche, la Fondation Jean Jaurès et la Fondapol organisent ce samedi 20 octobre une conférence sur le thème : "Progressisme, mais encore ?" Au cours de cette conférence, des thèmes comme la dignité, l'émancipation , l'engagement, la transmission, ou la responsabilité, en plus de plusieurs sujets concernant la méthode seront abordés, tout comme ils auraient pu être traités lors de colloques libéraux ou conservateurs. Comment expliquer cette difficulté à proposer un contenu exclusif, aussi bien sur la forme que sur le fond ? 

Eric Deschavanne : Assez simplement ! D'abord parce le progressisme en politique tend à se confondre avec le volontarisme, avec l'optimisme de la volonté : le progressiste, c'est celui qui croit le progrès possible, de sorte que tout candidat, même s'il ne se revendique pas progressiste, est nécessairement pour le progrès. Ensuite, parce que celui qui proclame qu'il est pour le progrès a bien souvent les mêmes objectifs politiques que ceux qu'il baptise "conservateurs", lesquels n'ont que le tort à leurs yeux d'exprimer réserves et scepticisme à propos de l'efficacité des réformes proposées. 

Dès lors que vous avez à peu près les mêmes critères d'amélioration du sort de vos concitoyens, mieux éduquer les enfants, mieux protéger la santé, accroître la prospérité par la croissance économique, l'augmentation des salaires, la diminution du chômage et la baisse des impôts, etc., il est difficile de se présenter aux élections en disant qu'on est contre le progrès ! Il existe bien entendu des vrais adversaires du progrès, les partisans de la décroissance par exemple, dont la position se fonde sur des considérations morales et idéologiques, mais ils sont voués à une certaine marginalité politique.

Que peut révéler cette focalisation sur les questions de méthode ? Le progressisme n'est il plus qu'une forme ? 

Le "progressisme" comme étiquette politique n'a guère plus de sens aujourd'hui que celle de "réactionnaire", car tout le monde en réalité partage la même conception de la "société juste" : une société démocratique assurant au moyen d'un marché libre et d'un Etat social le maximum de liberté, d'égalité et de bien-être. Les divergences de principes et de modèles n'existent qu'à la marge, contrairement à ce qu'on a connu dans des situations historiques antérieures, après la Révolution française, quand partisans de l'Ancien Régime et révolutionnaires s'opposaient, ou dans les années 30 du 20e siècle, lors du conflit idéologique opposant fascistes, communistes et libéraux. J'ajoute que l'arrière-fond philosophique, l'opposition entre partisans d'une nature humaine intangible et partisans de la perfectibilité humaine, tend lui aussi à s'estomper. Dans la société de l'innovation permanente, il est possible d'être conservateur et nostalgique, mais il devient difficile de croire à la permanence de la condition humaine.

Comment peut s'inscrire ce progressisme dans le spectre politique actuel ? 

Paradoxalement, il me semble que le progressisme auto-proclamé exprime aujourd'hui une inquiétude face à la montée des populismes. Le macronisme en est l'illustration. L'appelation "progressiste" a permis à Emmanuel Macron de s'émanciper du clivage droite-gauche et d'éviter d'assumer l'étiquette  "libéral", ce qui est toujours difficile en France; il s'agit donc a priori d'un positionnement tactique. Sur le fond, toutefois, son progressisme désigne une volonté de relancer un réformisme libéral destiné à redonner du lustre à la France et à l'Europe, face au scepticisme qui monte, et qu'exprime le populisme, à l'égard du libéralisme économique et de la construction européenne.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires