En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 18 min 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 41 min 51 sec
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 2 heures 37 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 3 heures 48 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 7 heures 2 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 8 heures 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 31 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 55 min 50 sec
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 2 heures 5 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 3 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 4 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 9 heures 12 sec
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 10 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Réchauffement climatique

Une nouvelle étude hyper alarmante montre l’ampleur massive des disparitions d’insectes sur la planète

Publié le 19 octobre 2018
D'après une récente étude publiée dans le PNAS, de l'Académie des Sciences des États-Unis d'Amérique, la disparition des insectes est beaucoup plus répandue que ce croyait jusque-là la communauté scientifique. Cela a des répercussions sur la chaîne alimentaire, puisque les animaux mangeurs d'insectes (grenouilles, lézards…) disparaissent eux aussi.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une récente étude publiée dans le PNAS, de l'Académie des Sciences des États-Unis d'Amérique, la disparition des insectes est beaucoup plus répandue que ce croyait jusque-là la communauté scientifique. Cela a des répercussions sur la chaîne alimentaire, puisque les animaux mangeurs d'insectes (grenouilles, lézards…) disparaissent eux aussi.

Atlantico : Quels sont les risques, directs et indirects, qui pèsent sur la faune mondiale ? Quels sont les risques pour l'espèce humaine ? 

Bruno Partmentier : C’est quand même effrayant de constater qu’une grande quantité d’études faites par des organismes fort différents dans de nombreux pays du monde arrivent à la même conclusion : les insectes disparaissent à toute vitesse, et plus globalement l’ensemble de la biodiversité. Cette étude-ci est assez originale, et fort inquiétante, car elle concerne principalement une forêt vierge protégée à Porto Rico, El Yunque. Dans ce cas précis, on ne peut pas incriminer les pesticides ni l’agriculture intensive, et pourtant les chercheurs ont mesuré que les invertébrés les plus communs sont tous beaucoup moins abondants qu’il y a 35 ans : les mites, papillons, sauterelles, araignées et bien d'autres. Mais aussi tous les animaux qui s’en nourrissent, comme les oiseaux, les grenouilles, les lézards (entre 30 et 50 % de moins).

En Europe la situation est encore pire dans les zones d’agriculture intensive. Chacun a pu constater cet été qu’on peut dorénavant traverser la France sans nettoyer son pare-brise ! Des études récentes concernant la France et l’Allemagne font état de 70 à 85 % de baisse de la biomasse des insectes volants depuis les années 80, mais aussi en conséquence directe des pinsons, tourterelles, merles, pigeons ramier, perdrix, alouettes, moineaux ou hirondelles, ou encore des hérissons et grenouilles.

Les apiculteurs français ont noté une hécatombe sans précédent de leurs ruches l’hiver dernier. Les abeilles domestiques sont les seules qu’on compte régulièrement et dont on peut donc mesurer exactement le déclin, mais il y a de l’ordre de 200 000 espèces d’animaux pollinisateurs qui suivent très probablement le même sort : bourdons, guêpes, papillons, mouches, etc. Or la plupart des plantes que nous mangeons (près de 85 %) ont besoin de cette pollinisation pour vivre : presque tous les fruits (pommes, abricots, cerises, fraises, framboises, etc.), des légumes (courgettes, tomates, salades, etc.), mais aussi les radis, les choux, les navets, les carottes, les oignons, les poireaux, le thym, l’huile de tournesol ou de colza, et même le café et le chocolat ! Sans pollinisateurs, pour faire bref, il ne nous restera plus guère que le blé, le maïs, le riz, et les betteraves, des repas somme toute assez déprimants, et, accessoirement, plus grand-chose à mettre dans nos pots de fleurs.

Et les insectes jouent beaucoup d’autres rôles dans la nature, indépendamment de polliniser les plantes et nourrir les oiseaux. Ils décomposent les déchets, éliminent excréments et cadavres, transportent les éléments nutritifs, aèrent et fertilisent les sols, etc.

Au bout de la chaine, l’homme pourrait bien voir sa vie quotidienne fortement perturbée et son alimentation menacée.

L'étude pointe les changements climatiques comme vecteurs de cette disparition massive. Quels autres facteurs moins directs (disparition des habitats naturels, pollution...) entrent en ligne de compte ?

C’est toute la vie soi-disant « moderne » qui mène à cette catastrophe écologique. Et si les ours des Pyrénées sont défendus par certains écologistes, il est plus difficile pour les punaises, mites et araignées de se trouver des alliés humains influents ! Même les abeilles, nettement plus sympathiques, meurent finalement dans l’indifférence générale.

Naturellement chacun peut comprendre que l’artificialisation des sols, la déforestation, la suppression des haies, l’utilisation massive de pesticides de plus en plus puissants, les labours profonds, et bien d’autres, ont une part très importante dans la baisse de la biodiversité. On envie souvent la « liberté » dont semblent jouir les oiseaux et certains insectes… en fait il n’en est rien. Chacun est affecté à un tout petit territoire qu’il passe sa vie à défendre et à protéger des prédateurs. Chaque fois que ce territoire se réduit, ou que de nouveaux prédateurs arrivent, c’est la catastrophe. Or la mondialisation combinée au réchauffement climatique amène régulièrement de nouveaux prédateurs qui arrivent sans ceux qui les régulaient sur leurs territoires d’origine. C’est ainsi qu’on a vu arriver et se multiplier récemment en France le charançon rouge qui décime les palmiers de la Côte d’Azur, le chancre coloré qui fait de même pour les platanes du Sud-ouest, la pyrale du buis qui détruit nos « jardins à la française », mais aussi le frelon asiatique et le Varroa destructor qui attaquent nos abeilles, sans parler du moustique tigre qui arrive jusqu’au nord de l’hexagone.

Mais le réchauffement climatique pur et dur a également une responsabilité écrasante. Les animaux à sang froid ne peuvent pas réguler leur propre température interne et peuvent donc être très incommodés lorsque la température externe varie trop ou trop vite. Si les poissons de la mer peuvent, dans une certaine proportion, migrer, il n’en est pas de même des insectes qui sont peu mobiles, fragiles et que de faibles variations dans la température et l’humidité peuvent affaiblir. Des épisodes paroxystiques, de plus en plus fréquents et violents, peuvent alors terminer rapidement le job !

Alors que le GIEC vient de lancer un appel particulièrement inquiétant à l'Humanité sur le sujet du réchauffement climatique, l'étude publiée dans le PNAS est-elle de nature à avancer encore davantage la date de péremption de la planète ? La liste des combats à mener semble s'allonger de jour en jour (préservation de la faune, de la flore, limitation de la hausse des températures, lutte contre la montée des eaux). Préserver l'environnement est-il en train de devenir mission impossible ? Est-ce déjà le cas ?

Précisons les termes, ce qui est en jeu n’est pas la survie de la planète, qui en a encore pour 4,5 milliards d’années de vie avant que le soleil n’explose, mais bien son habitabilité pour des hommes de plus en plus nombreux. Mars, où il fait en moyenne -50° et Vénus, où il fait +420°, ne sont pas menacés non plus, mais on ne se voit pas très bien les coloniser !

Les précédents changements climatiques mettaient souvent des siècles à survenir, et à ce moment-là il n’y avait pas encore, ou peu d’hommes. Pourtant on a observé 5 épisodes d’extinction massives d’espèces, comme celle des dinosaures qui fascinent tant nos petits-enfants. Cette fois-ci le changement va à toute vitesse, nous sommes 7,6 milliards, et nous serons bientôt 10, puis 12 milliards, et nous n’avons pas de planète de rechange. L’avenir à court terme s’annonce difficile, avec la multiplication des sécheresses, canicules, inondations, ouragans, incendies, maladies, épidémies, et leur cortège de réfugiés climatiques. Pour ne parler que des incidents les plus récents, quand on se réjouit de pouvoir se baigner dans une Méditerranée chaude en octobre, il faut aussi compter avec le sous-produit de cette chaleur : les déluges qui frappent le sud-est de la France.

Il est navrant de voir que les appels au secours, les avertissements solennels, la démission du Ministre de l’écologie, etc. ne provoquent pas plus de sursaut. Pas ou pas encore ? On peut aussi voir les choses positivement : deux idées fortes finissent pas entrer dans nos têtes, qui n’y étaient pas avant (j’ai pu être diplômé dans les années 70 sans qu’on me les présente) : le climat se détériore à grande vitesse et les ressources naturelles, en particulier la biodiversité, s’épuisent. Gageons, espérons, que des changements radicaux dans nos modes de vie sont encore possibles : nous allons nous déplacer moins et complétement différemment, notre agriculture va changer très profondément, notre alimentation aussi, nous allons améliorer l’isolation de 80 % des bâtiments du pays, etc.

Oui, gardons espoir dans le génie de l’homme : acculés, nous pouvons encore réagir efficacement, si on s’y met vraiment ; quand est-ce qu’on commence ? Peut-on encore regarder ses petits-enfants les yeux dans les yeux sans rien faire pour qu’ils puissent, eux aussi, vivre sur une planète habitable ?

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires