En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 2 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 5 heures 26 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 4 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 4 heures 26 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 4 heures 42 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 5 heures 31 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 7 heures 27 min
© CHRISTOF STACHE / AFP
© CHRISTOF STACHE / AFP
Allemagne

Élections en Bavière : y a-t-il encore une coalition pour gouverner vraiment le pays ?

Publié le 15 octobre 2018
Les estimations des télévisions publiques allemandes confirmaient dimanche à 20h la tendance annoncée : une CSU en tête, mais qui subirait une baisse de l’ordre de 10 points de moins qu'à la précédente élection. Au contraire, les Verts approchent les 18%, et l'AfD grimpe à 11%. Le SPD fait un score catastrophique.
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les estimations des télévisions publiques allemandes confirmaient dimanche à 20h la tendance annoncée : une CSU en tête, mais qui subirait une baisse de l’ordre de 10 points de moins qu'à la précédente élection. Au contraire, les Verts approchent les 18%, et l'AfD grimpe à 11%. Le SPD fait un score catastrophique.

Atlantico : Du point de vue purement bavarois, comment devrait dès lors s'organiser le pouvoir dans le Landtag de Munich ? Une coalition CSU-Vert est-elle envisageable ?

 
Jérôme Vaillant : Un premier constat s’impose : les deux formations qui font partie à Berlin de la Grande coalition subissent une grave défaite puisque les Chrétiens-sociaux, le « parti frère » de la CDU, habitués, sauf exception, à avoir la majorité absolue en Bavière, perdent, en effet, un peu plus de dix points par rapport aux élections de 2013 ; quant aux Sociaux-démocrates, ils perdent 11 points et réalisent leur moins bon score jamais obtenu en Bavière ou même dans tout autre Land. La défaite est donc particulièrement cuisante pour le SPD ; celle de la CSU est, quant à elle, tempérée par le fait qu’elle reste effectivement  le premier parti de Bavière et se trouve en position de pouvoir former un gouvernement de coalition avec un seul autre parti – comme elle a déjà dû le faire, d’ailleurs, une première fois en 2008 avec les Libéraux (FDP), sous la conduite de Horst Seehofer. La défaite est également atténuée pour elle par le fait que, appréciée ces dernières semaines à 33-35% dans les sondages, elle devrait finalement dépasser les 37%, ce qui facilitera la formation d’une majorité avec le groupement des Electeurs indépendants. C’est l’option privilégiée le soir-même des élections par les deux formations, favorables à une coalition bourgeoise et conservatrice, ce qui met un terme aux espoirs qu’avaient pu nourrir quelques dirigeants verts en Bavière de devenir un partenaire incontournable pour la CSU malgré de nombreuses incompatibilités programmatiques. Ensemble CSU et Electeurs indépendants auraient 108 sièges sur 200.
 
Le succès des Verts en Bavière n’en est pas moins considérable puisque, avec près de 18% des voix, ils doublent leur résultat de 2013. Ce sont eux les réels vainqueurs de ce scrutin même si ce résultat ne leur permet pas d’accéder au pouvoir. Cette montée en puissance des Verts est un signal très fort pour le niveau fédéral alors que le parti libéral, avec seulement 5% des voix, reste dans l’incertitude : un score inférieur à 5% l’exclurait du Landtag de Munich.
 
Troisième constat qui peut être fait au soir du scrutin bavarois. L’AfD, dont l’entrée au parlement régional de Bavière ne faisait pas de doute, était créditée de 14 à 15% des voix, certains commentateurs le voyait déjà être le véritable challenger de la CSU dont le président Horst Seehofer avait repris les grands thèmes sur l’immigration dans l’espoir de reconquérir l’électorat de droite en Bavière. L’AfD obtiendrait finalement 11% des suffrages, soit moins que le score de 12,6% réalisé lors des élections fédérales du 24 septembre 2017. La participation ayant été plus élevée de quelques points qu’en 2013, ce résultat montre que la montée de la droite populiste en Allemagne n’est pas irrésistible. En réunissant plus de 200.000 personnes à Berlin le 13 octobre la grande manifestation contre le racisme et la xénophobie sur le thème de l’indivisibilité des droits de l’homme a peut-être montré le chemin.
 
 
 

Comment expliquez-vous ces résultats ? Sont-ils surprenants ?

 
Ces résultats ne sont pas vraiment surprenants dans la mesure où les nombreux sondages de ces derniers mois permettaient à quelques points de pourcentage près de s’y attendre. La montée en puissance des Verts s’en dégageaient même si celle-ci ne semble pas avoir retenu l’attention qui se portait davantage sur la crainte de voir l’AfD progresser alors que celle-ci piétinait, sauf vers la fin de la campagne électorale,  dans les sondages portant sur la Bavière. 
 
La débâcle du SPD est, elle, plus forte que prévu, mais elle a presque un caractère anecdotique au plan local vu que le SPD n’arrive plus en Bavière depuis une quinzaine d’années à dépasser le seuil des 20%. Au plan fédéral, c’est cependant un sérieux avertissement pour la direction du SPD et pour sa présidente Andrea Nahles, qui ne parvient pas à tenir sa promesse de rénover le parti et de le rendre plus distinct de la CDU d’Angela Merkel.
 

Le très bon score des Verts ne rend-il pas encore plus envisageable (et cohérent ?) l'option écartée par Angela Merkel d'une coalition "jamaïcaine" ?

 
L’option « jamaïcaine » a déjà été exclue par la CSU qui n’a pas suffisamment de points communs avec les Verts. En cela la CSU, nettement plus conservatrice que son « parti-frère » se distingue de la CDU du Schleswig-Holstein qui dirige le Land depuis 2017 avec les Verts et les Libéraux ou de celle de la Hesse qui est gouvernée par une coalition de la CDU avec les Verts. Les électeurs éliront en Hesse un nouveau Landtag le 28 octobre prochain.
 
La confirmation de la progression des Verts et de la désaffection des électeurs pour les partis de la grande coalition permet au mieux de regretter que la tentative de constituer une coalition « jamaïcaine » de gouvernement au lendemain des élections fédérales de septembre 2017 ait échoué. C’était une tentative intéressante de renouveler les coalitions gouvernementales au niveau fédéral, dans une période d’éparpillement des voix des électeurs un essai pour rassembler les partis et les confronter, avec toutes leurs différences, à la nécessité de gouverner ensemble. A noter que ce n’est d’ailleurs pas Angela Merkel qui a écarté cette possibilité, ce sont les Libéraux qui ont quitté la table des négociations, obligeant la chancelière à chercher son salut dans la solution plus traditionnelle d’une grande coalition.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires