En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 15 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 16 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 19 heures 17 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 12 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 16 heures 7 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 12 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 15 heures
© John MACDOUGALL / AFP
© John MACDOUGALL / AFP
Résultats électoraux

L’onde de choc venue d’Allemagne : pourquoi l’Europe pourrait pourrir par la Bavière

Publié le 15 octobre 2018
Les Bavarois étaient appelés aux urnes ce dimanche 14 octobre pour élire leur Parlement régional, dans un contexte de bouleversement politique national.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Bavarois étaient appelés aux urnes ce dimanche 14 octobre pour élire leur Parlement régional, dans un contexte de bouleversement politique national.

Atlantico : Comment analyser les résultats ? 

 
Edouard Husson : Les résultats sont en gros conformes aux derniers sondages. La chrétiens-sociaux de la CSU atteignent, au terme du décompte des voix, 37%. Les Verts sont à 17,5%. Ensuite viennent les deux partis qui ont pris le plus de voix aux chrétiens-sociaux: les “Freie Wähler” (“électeurs libres”) et l’AfD, qui sont respectivement à 11,6 et 10,2%. La vraie suprise, c’est que le SPD ne vient qu’après, à 9,7%; le parti perd 11 points, c’est une déroute. Enfin, les libéraux du FDP reviennent au Landtag, ayant franchi de justesse la barre des 5%, à la différence de la Gauche (Die Linke), qui gagne des voix, à 3,2% mais non suffisamment pour entrer au Parlement. Le résultat est fort intéressant pour trois raisons:
- la participation est à 72,4 %, soit 9 points de plus qu’il y a quatre ans. Comme lors de l’élection fédérale il y a un an, les électeurs se mobilisent plus. Dans la journée de dimanche, on a remarqué une plus forte participation dans les villes et certains s’attendaient à une poussée encore plus forte des Verts. Il va falloir regarder la participation au niveau local; mais l’impression est plutôt que la participation, comme en 2017, profite aux partis de droite. La CSU a évité un score encore plus bas grâce à la mobilisation d’abstentionnistes; mais c’est l’AfD qui attire à elle le plus fort taux d’abstentionnistes. 
- le deuxième enseignement, c’est un score historiquement bas de la gauche. Aux dernières élections nationales et régionales, le total SPD + Verts + Die Linke  était de 33 ou 34%. Là on est à 30% ! Contrairement à ce que vont répéter beaucoup d’analystes, les Verts ne font pas un score extraordinaire: par rapport à la dernière élection régionale, ils prennent moins que ce que perd le SPD, environ 9 points. La Gauche monte un peu, mais non de façon spectaculaire. 
- le troisième enseignement, c’est une victoire massive de la droite. AfD + Freie Wähler + FDP + CSU = 63%. Le rapport de force droite/gauche en Bavière, ce soir, est de 2 contre 1. 
 

Comment mesurer l'impact de ces résultats à l'échelon national et que peuvent en être les effets pour Angela Merkel ? 

 
C’est la fin du merkelisme ! Depuis un peu plus d’une décennie, la Chancelière a voulu installer au centre-gauche son parti, la démocratie-chrétienne, traditionnellement au centre-droit. Cela a eu deux conséquences: d’abord, la Chancelière a essentiellement gagné de l’espace politique aux dépens du SPD. Ensuite, elle s’est crue autorisée, elle la femme de l’Est, à ignorer la règle fondamentale de la politique ouest-allemande depuis la création de la République Fédérale: la première mission des chrétiens-démocrates était d’empêcher qu’apparaisse une force politique à leur droite. En sortant de manière abrupte de l’énergie nucléaire ou en ouvrant toutes grandes les frontières à l’immigration, Angela Merkel n’a pas fait la politique de l’électorat traditionnel de la CDU et de la CSU. Les élections de septembre 2017 lui ont envoyé un clair message de rejet de l’électorat. Mais la Chancelière n’a pas voulu en tirer les conséquences. Elle s’est obstinée au pouvoir. Un an plus tard, elle voit s’effondrer ce qui était le pivot secret de son tournant à gauche: elle a pu se le permettre, entre 2005 et 2015 parce que la Bavière restait un bastion solide pour la CDU/CSU: les chrétiens-sociaux bavarois, au-dessus de 45%, apportait un apoint de 3 à 4% aux chrétiens-démocrates dont l’affaiblissement se voyait déjà, dans le reste du pays. Ils permettaient à la Chancelière de rester aux environ de 35% des voix. A partir du moment où eux-mêmes sont tombées de dix points quand la CDU aussi est tombée presque dix points en-dessous dans le reste du pays, la situation n’est plus tenable pour la Chancelière. Je fais le pari qu’elle devra annoncer la date de son départ de la Chancellerie au plus tard lors du congrès de la CDU en décembre 2018. Je suis peut-être même optimiste quant à sa capacité à tenir jusque-là: un SPD à 9% en Bavière est un piètre allié à Berlin. 
 
 

En quoi la situation actuelle devrait-elle nous amener à penser à ce que serait une Allemagne post-Angela Merkel ? 

 
Ce que nous dit aussi le résultat bavarois, c’est que les partis de la Grande Coalition ne sont plus majoritaires: ils ont encore perdu des voix depuis la dernière élection au Bundestag. Avec un SPD à 9% et une CSU à 37%, Madame Merkel s’appuie sur une coalition gouvernementale qui n’est clairement plus majoritaire dans le pays. Ses jours à la tête du gouvernement sont comptés. Evidemment, on peut imaginer, en Bavière, que la CSU tente  de constituer une alliance avec les Verts. Mais ce serait un contresens historique, qui ne ferait que précipiter la désaffection envers les chrétiens-sociaux, le gouvernement fédérale et la Chancelière. Le problème, c’est que faire une alliance clairement conservatrice, même en excluant l’AfD, sera interprété à juste titre comme un désaveu de la Chancelière. Nous allons mesurer très vite, dans les prochains jours si Madame Merkel a encore un tout petit peu d’emprise sur ses troupes ou non. 
 
Commençons à penser l’après-Merkel. Les Verts vont monter tant que le SPD ne se ressaisira pas. Die Linke montera doucement dans tout le pays mais l’union de la gauche pour gouverner est peu probable. Théoriquement, nous avons donc affaire pour longtemps à une Allemagne où la majorité est à droite. J’ai tendance à exclure, en effet, la possibilité d’une coalition CDU-CSU/Verts; seule Angela Merkel aurait pu l’imposer, quand elle était encore en position de force. Pour autant, le retour de la CDU et de la CSU vers la droite ne va pas être facile. L’aile centriste va essayer de freiner le processus. Une guerre des chefs va s’engager. Il est donc probable que le parti de Christian Lindner, le FDP, va monter dans les sondages. Mais tout dépendra de la capacité des chrétiens-démocrates et des libéraux à faire baisser l’influence de l’AfD. Nous devons nous attendre à ce que chrétiens-démocrates et libéraux durcissent le ton et sur l’immigration et sur la bonne gestion de la zone euro. Que cette dernière entre en turbulence ou non à propos de l’Italie, c’en est fait du plan Macron pour l’Europe. 
 

A l'échelle française, quelles sont les enjeux d'une telle réflexion ? 

 
Il faut tout repenser des relations franco-allemandes. Le discours de la Sorbonne aura été le chant du cygne d’une certaine façon d’envisager l’Europe avec, en son coeur, la relation franco-allemande. Au fond, Emmanuel Macron, qui a voulu faire du “merkelisme” la politique de la France au moment où celui-ci entrait en déclin en Allemagne, va se retrouver très isolé. Il aurait dû utiliser le déclin prévisible puis visible de Madame Merkel pour affirmer la volonté française en Europe, proposer un bon accord sur le Brexit, en un mot prendre le leadership de l’Europe. Au lieu de cela, il a sagement attendu l’improbable victoire d’Angela à l’automne 2017 puis il a encore attendu, pendant six longs mois, qu’elle constitue un gouvernement; et l’explosion définitive du merkelisme, à laquelle nous assistons ce soir, coïncide parfaitement avec la crise du macronisme après dix-huit mois au pouvoir. Nous aurons des raisons de penser que le président français va rebondir en général s’il tire en particulier les leçons de la fin du mekelisme, à commencer par la nécessité d’envisager autrement l’Europe. 
 
Les élections bavaroises vont au mieux provoquer un rejet définitif du plan Macron pour l’Europe, au pire faire entrer toute l’Europe en turbulence, à quelques mois des élections européennes. Si vous regardez une carte, vous constatez qu’une zone qui correspond largement à l’ancien Empire des Habsbourg devient petit à petit le bastion d’un nouveau conservatisme européen, qui remet en cause toutes les évidences de l’européisme libéral: la Pologne conteste l’autorité constitutionnelle et juridique de l’Union Européenne; la Hongrie a pris la tête de l’opposition à l’immigrationnisme de Paris, Bruxelles et Berlin; l’Italie commence à défier l’autorité bugétaire européenne. La Bavière est aujourd’hui plus proche de Vienne que de Berlin en termes d’affinités politiques. C’est donc toute la géopolitique de l’Union Européenne qu’Emmanuel Macron va devoir repenser. 
 
Plus fondamentalement, nous assistons à l’effondrement de toute une série de dogmes qui présidaient à l’absence de pensée sur l’Allemagne au sein de notre classe dirigeante: 
- l’Allemagne n’a pas su et ne pourra plus exercer de leadership politique sur l’Europe. 
- l’Allemagne a beau être impressionnante par ses performances industrielles et commerciales, elle est désormais plongée dans une crise politique profonde et qui va durer. 
- La crise politique va se transformer en crise culturelle et sociale, autour de l’intégration des étrangers. Il n’est pas exclu que le pays, divisé politiquement et culturellement, y perde aussi en efficacité économique. 
Dans tous les cas, la bonne entente et la coopération avec Paris vont être de moins en moins prioritaires pour Berlin. La France doit repenser complètement sa manière d’envisager l’organisation et l’équilibre de l’Europe. Elle devrait le faire en fonction de ses intérêts, en bonne entente avec cette Allemagne transformée, et non plus en s’accrochant au passé de la relation franco-allemande. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires