En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
L'ombre des "éléphants" du PS plane sur le nouveau président de la République.
Stratégie

François Hollande saura-t-il s'affranchir du Parti socialiste ?

Publié le 10 mai 2012
Ancien premier secrétaire du parti, François Hollande n'a jamais développé de courant "hollandais" et s'est longtemps contenté d'asseoir son leadership sur sa capacité à assurer la synthèse entre différentes lignes. Comment composer avec les personnalités incontournables du PS avec lesquelles il a parfois nourri des relations complexes et tendues ?
Audrey Pulvar est journaliste. Elle présente le 6-7h de France Inter et est chroniqueuse pour l'émission On n'est pas couchés.Maurice Ulrich est journaliste et éditorialiste politique pour le quotidien L'Humanité.Jean-François Kahn est un...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Audrey Pulvar, Maurice Ulrich, Jean-François Kahn, Guillaume Roquette
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Audrey Pulvar est journaliste. Elle présente le 6-7h de France Inter et est chroniqueuse pour l'émission On n'est pas couchés.Maurice Ulrich est journaliste et éditorialiste politique pour le quotidien L'Humanité.Jean-François Kahn est un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien premier secrétaire du parti, François Hollande n'a jamais développé de courant "hollandais" et s'est longtemps contenté d'asseoir son leadership sur sa capacité à assurer la synthèse entre différentes lignes. Comment composer avec les personnalités incontournables du PS avec lesquelles il a parfois nourri des relations complexes et tendues ?

Atlantico : Pendant ses dix ans à la tête du Parti socialiste, François Hollande a noué de nombreuses inimitié avec quelques uns des cadres majeurs du parti. Des personnalités avec lesquelles il va dorénavant devoir composer pour diriger la France. N'ayant jamais développé son courant au sein du parti, y-a-t-il pour le nouveau président un risque d'être l'otage du PS ?

Jean-François Kahn : Nicolas Sarkozy a perdu l’élection présidentielle. 52% des voix en faveur de François Hollande, mais aussi les votes blancs, répondaient surtout à un référendum contre Nicolas Sarkozy : ce n’est pas en réalité pas une victoire de la gauche ! 52% de votes pour le candidat socialiste, c’est finalement très peu.

Avec la crise économique et le rejet envers sa personne, Nicolas Sarkozy s’en sort plutôt bien… Si un candidat de gauche avait le même bilan : chômage, déficit, dette, déficit commercial, délinquance, immigration augmentée… Il aurait littéralement été écrabouillé ! Même Jospin, avait un meilleur bilan, ne faisait que 16% en 2002. C’est bien la preuve que la France, aujourd’hui, ne veut pas réellement de la gauche.

Sans le gel des voix de Marine Le Pen et le léger report des voix de François Bayrou en faveur de François Hollande, la situation aurait pu être inversée. La droite, sous l’impulsion de deux admirateurs de Maurras, en ayant un discours digne des tendances des années 1930, réalise en réalité un score exceptionnel ! Les querelles entre socialistes ? En comparaison de cette problématique beaucoup plus grave, on s’en fout !

Guillaume Roquette : François Hollande est dans une situation très favorable par rapport au parti socialiste. Il a une légitimité incroyable : il est le premier socialiste depuis François Mitterrand à accéder à l’Elysée. Il a été largement sous-estimé par les leaders du parti et a su prouver de façon éclatante qu’il était le meilleur. L’idée de base, c’est qu’il devait faire la synthèse pour ne faire de l’ombre à aucun courant, et finalement il les a tous eu car il a été le plus malin. Je pense que c’est une position très favorable qui lui permet d’être assez libre, d’un point de vue tactique.

D’un point de vue idéologique, il est très libre par rapport à l’aile gauche du parti, l’axe Aubry/Hamon, dans la mesure où le faible score de Jean-Luc Mélenchon au premier tour montre qu’il n’y a pas de volonté de gauchisation du discours socialiste. C’est un atout.
Si on reprend les grands candidats à la primaire, il a emmené avec lui Manuel Valls, qui ne représente plus un risque. Quant à Montebourg, il est tout seul : il n’a voulu d’alliance avec personne et son discours est le même que celui de Mélenchon. Comme pour Aubry, le score limité du leader du Front de gauche relativise son importance politique. Ensuite, il y a les grands féodaux des fédérations, mais ils sont relativement affaiblis par les affaires, ce qui fait que François Hollande a vraiment un Parti socialiste à sa main. Et apparemment, Martine Aubry ne veut pas rester premier secrétaire. Il y aura donc un changement, et ça sera lui le faiseur de roi. Il va être dans une position favorable pour avoir un état major qui lui est dévoué.

Maurice Ulrich : Je crois qu’il est désormais exclu qu’il soit l’otage des principaux courants du PS. Il est président de la République, et va nommer le Premier ministre qui constituera le gouvernement avec son accord. Les socialistes sont désormais tous presque « dépendants » de lui, et l’on imagine mal ses « petits soldats » faire leur « cuisine » au sein du gouvernement sans son aval.

La situation d’un président de la République est d’ailleurs très différente de celle d’un chef de Parti, même s’il a l’esprit de synthèse. Nicolas Sarkozy, quoi qu’en aient pensé certains membres de la majorité sur la fin, n’a jamais cessé de tenir les membres de son gouvernement. Je ne dis pas que la gouvernance de François Hollande sera la même, mais les statuts lui assurent la place de chef d’orchestre.

Il constituera d’ailleurs son gouvernement en prenant en considération les différentes sensibilités qui se sont exprimées lors des primaires, et veillera certainement à préserver cet équilibre, mais ne sera pas l’otage de ces différents courants. Ce seront les membres du gouvernement qui seront les acteurs de la politique qu’il définira.

Audrey Pulvar : Les sujets d’inquiétude pour lui ne sont pas là. François Hollande a quand même passé dix ans à la tête du Parti socialiste en réussissant à plusieurs reprises - il était connu pour ça - la synthèse. Certains ont parlé de synthèse molle, je ne sais pas si c’est une synthèse molle mais en tout cas, elle a vécu. Il a eu le mérite de réussir, en dépit des foucades des uns et des autres, à réaliser cette synthèse, à faire en sorte que les congrès, à part le congrès de Reims bien sûr, débouchent sur quelque chose de constructif même après la tempête du référendum de 2005. Et puis, surtout, il a prouvé avec cette campagne qu’il était capable de se détacher de tout ça puisqu'il a bien laissé le parti à Martine Aubry. Cette dernière a pris des décisions, comme par exemple l’accord avec Europe Ecologie Les Verts, alors que François Hollande dit lui-même qu’il ne se sentait pas lié par cet accord, que ça concerne le parti, pas lui. Il a quand même eu un mode de fonctionnement très autonome dans cette campagne. On a bien vu que pendant des semaines, aussi bien dans son entourage que parmi ses partenaires politiques, on lui reprochait de ne pas être assez à gauche, de ne pas faire assez de propositions, de s’en tenir à son programme et de n’avoir pas fait de propositions à part les 75 % tout au long de sa campagne. Lui, manifestement, avait décidé de cette stratégie-là et s’y est tenu en dépit de tous les conseils, tous les avis.

Et puis François Hollande a quand même réussi avec les primaires à fédérer autour de lui tous les candidats. Il n’y a pas eu une voix discordante. Déjà entre premier et le second tour de la primaire, je crois qu’il a été rejoint par quasiment tout le monde. Une fois élu, on se souvient de l’image de François Hollande et Martine Aubry à Solférino. Ils ont tous fait campagne pour lui, même Ségolène Royal qui avait des motifs de lui en vouloir, notamment pour sa campagne de 2007. Or, cela n'a pas toujours été le cas. En 2002, tout le monde n’était pas d’accord avec la façon dont Lionel Jospin menait sa campagne et certains l’ont dit très ouvertement. Quant à 2007, très clairement, une bonne partie du parti socialiste et des ténors socialistes n’ont pas fait campagne pour Ségolène Royal.

 

Plusieurs facteurs expliquent la victoire de François Hollande : il y a à mon avis le principe de la primaire qui a fonctionné, il y a le fait que lui-même a réussi, à titre personnel, à fédérer des gens autour lui qui sont pourtant de galaxies et de conceptions de la gauche assez éloignées parfois, mais surtout il y a l'enjeu. Je pense que tous ces gens, à un moment, se sont dit "on en a un peu marre de perdre, la machine à perdre, ça va bien". En 1995, on n’attendait pas Lionel Jospin, il a quand même fait un bon résultat, il n’a pas à en rougir. 2002, ça a été un traumatisme et 2007, la débandade. 1981, c’était il y a 31 ans, je pense qu’à un moment, ils ont grandi et heureusement pour les électeurs de gauche.

Je pense donc que l’état d’esprit actuel est vraiment à l’unité. Ceux qui ne sont pas d’accord, s'ils sont dans l'équipe gouvernementale, la quitteront et vont certainement se marginaliser au sein de la majorité. Par contre, je suis moins sûre du résultat des législatives. S’il y a des écueils pour François Hollande, ils sont plutôt là qu’au sein de sa propre "tribu". Y aura-t-il alliance locale ou pas entre le FN et l'UMP, quelle droite aura-t-il à combattre, le Front de gauche fera-t-il un score assez important pour avoir des députés à l'Assemblée ? François Hollande, s’il n’a pas une majorité socialiste forte, une majorité non pas absolue mais qui lui permette en tout cas de peser fortement sur le débat, peut être que quand il va falloir lui voter la confiance sur certains dossiers, les députés Front de gauche rechigneront un peu.

Son principal problème est plutôt là qu’au sein de sa propre équipe qui est, pour l’instant, happée par le côté magique de la victoire et face à beaucoup de rancœur.

Le choix du Premier ministre est-il crucial pour désamorcer ces complications ?

Jean-François Kahn : Faire un gouvernement, c’est facile. Ce qui est compliqué, c’est de faire en sorte qu’il ait la confiance du peuple. Si François Hollande dirige avec les socialistes, les écologistes et les radicaux de gauche, il ne représentera que 32% de l’électorat français.

Le Premier ministre doit être socialiste, vu qu’ils ont remporté le scrutin. Un choix en faveur de François Bayrou, par exemple, serait scandaleux et antidémocratique. Jean-Marc Ayrault est un bon choix : d’ailleurs, il parle allemand !

Il faut s’élargir, mais pas comme l’a fait Nicolas Sarkozy en débauchant trois ou quatre personnes dans le camp adverse. Si la gauche a gagné, ou plutôt si Sarkozy a perdu, c’est parce que des centristes, des libéraux de progrès, des chiraquiens, des frontistes ou encore des gaullistes ont rallié l’électorat socialiste. C’est avec ces gens-là qu’il va falloir gouverner. Y compris des gens qui ont pu travailler avec Nicolas Sarkozy d’ailleurs.

Maurice Ulrich : Jean-Marc Ayrault est président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, et de fait sait fédérer au-delà des courants socialistes. Il n’est peut-être pas une personnalité politique aussi connue et médiatique que Martine Aubry, mais reste de grande qualité au sein du Parti socialiste.

Le choix d’Ayrault lui permettrait de disposer de quelqu’un de compétent, sur lequel compter. Evidemment, ni Manuel Valls ni Arnaud Montebourg ne pourraient être Premier ministre, alors qu’ils étaient rivaux aux primaires sur le terrain des idées. Reste Martine Aubry, qui bien qu’étant aussi sa rivale, dispose de toutes les qualités requises pour occuper ce poste, en sachant qu’elle est arrivée en seconde position des primaires.

Quoi qu’il en soit, le Premier ministre est le garant de la mise œuvre d’une politique voulue par le Président. Dans ce cadre, les relations seraient certainement plus simple pour François Hollande de choisir Jean-Marc Ayrault que Martine Aubry.

Guillaume Roquette : Encore une fois, Martine Aubry n’a plus un rôle central dans le dispositif. Ca parait relativement logique de choisir Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre, alors même que d’un point de vue purement institutionnel, s'il devient premier ministre, on sera quand même dans une situation incroyable où ni le président, ni le Premier ministre n’auront la moindre expérience ministérielle. D’un point de vue de l’efficacité, de la connaissance du pouvoir, Jean-Marc Ayrault n’est pas le meilleur choix. S’il choisi Ayrault, ça sera pour une raison politique : avoir quelqu’un en dehors des courants.

Audrey Pulvar : Je ne suis pas dans l’esprit de François Hollande mais j’ai cru comprendre qu’il désignait très clairement Jean-Marc Ayrault. Évidemment, il n’a pas dit son nom mais dans l’une des dernières émissions qu’il a faites avec David Pujadas, où il était interviewé, on lui a demandé à un moment quel serait le Premier ministre idéal. Est-ce que par exemple cela pourrait être Martine Aubry, l'a-t-on questionné. François Hollande esquive avec un demi sourire puis répond qu’il faut quelqu'un qui s’entende bien avec le président (la victoire apaise beaucoup de plaies mais on sait bien que Martine Aubry et François Hollande ne sont pas forcément les meilleurs amis du monde) et il ajoute qu'il faut quelqu'un qui ait l’expérience des rapports avec les députés, qui ait de bonnes relation avec les députés. Moi je pense immédiatement à Jean-Marc Ayrault : entre les deux, celui qui correspond le mieux à ce portrait, c’est Jean-Marc Ayrault. D’autant plus que pour les législatives du mois prochain, il a besoin d’un Premier ministre qui fédère la majorité, les députés socialistes actuels. Mais après, rien n’est impossible, on parle de Manuel Valls, tout peut arriver.

François Hollande doit-il faire en sorte de faire exploser le Parti socialiste afin de réduire son emprise potentielle sur la direction de la France ?

Guillaume Roquette : Je le sens trop affaibli pour qu’il y ait cette nécessité. Le rapport de force est trop en faveur de François Hollande pour que ça se passe comme ça. Imaginez Martine Aubry, qui a eu des propos assez durs sur Hollande, qui a été battue à la primaire et qui voit aujourd’hui son concurrent élu… ça vous calme !

Maurice Ulrich : Ce n’est plus son problème. Il n’a pas intérêt à ce que les courants s’affrontent ou disparaissent. Ce qui est fort probable, c’est qu’il soit amené à faire taire certaines divergences ou différences à partir du moment où elles rentreraient en contradiction avec la politique gouvernementale.

Pour le Parti socialiste, les moments de synthèse se résument aux moments d’élections ou de conquête du pouvoir. Le Parti socialiste a donc un art consommé de la différence voire de l’affrontement entre courants, qui va de paire avec un art consommé de la synthèse au moment où il le faut. En d’autres termes, ils sont toujours capables de se réconcilier quand ils en ont besoin.

Jean-François Kahn : Il l’a déjà fait : il a été élu contre Martine Aubry, la patronne du parti. Il s’est présenté contre Dominique Strauss-Kahn, celui que l’appareil du parti avait choisi. Depuis, il a dit des choses, sur l’immigration par exemple, que jamais la gauche n’avait évoqué. Le tout sans que personne ne proteste.

La question en réalité, c’est de savoir jusqu’où il pourra aller dans son démarquage vis-à-vis de la gauche.

Audrey Pulvar : J’ai la sensation que le Parti socialiste n’est plus un problème pour François Hollande. D’ailleurs, il l’a dit clairement dans la campagne. Il estime que le PS, c’est l’affaire de Martine Aubry. Je ne pense pas, ou en tout cas ce ne sera pas fait aussi ostensiblement que Nicolas Sarkozy. A mon avis, François Hollande se mêlera moins de la vie du parti, de qui dirige le parti et comment. Il laisse le PS à ses propres problèmes, il laisse la première secrétaire - qui peut-être changera si elle rentre au gouvernement- gérer les problèmes du parti et il fait son gouvernement, il fait sa politique. Et justement, avoir un Premier ministre comme Jean-Marc Ayrault, qui a de bons rapports avec les députés, cela permet de contourner le parti. J’ai tendance à dire que Jean-Marc Ayrault, c’est le Fillon de gauche. Je ne connais pas personnellement Jean-Marc Ayrault mais j'ai le sentiment que, comme François Fillon, c'est quelqu'un qui est un moine soldat, qui va s’occuper des dossiers et sera fidèle au Président. Et puis j’ ai la sensation que les choses sont plus fluides entre lui et François Hollande qu’entre François Hollande et Martine Aubry.

 

Propos recueillis par Franck Michel et Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

06.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ACL
- 10/05/2012 - 15:04
Les frères Kahn
Ils délirent, mais ça fait vendre.
bacal
- 10/05/2012 - 09:38
Jean-François Kahn
Et celui-ci qui se prend pour le Pique de la Mirandole du commentaire politique ! Dire qu'il a été soutien du traître Bayrou ! Braillard avec sa voix de fausset, on peut aussi le dégager.
Trois commentateurs de gauche et extrême gauche pour un pauvre isolé de droite, le combat n'est pas loyal: vous auriez pu inviter Laurent Geofrin (?) du NO, Serge Moati et Yves Calvi à la rescousse pour rétablir l'équilibre.
bacal
- 10/05/2012 - 09:33
Audrey Pulvar
Qu'est-ce qu'elle a affaire ici cette "madone" des plateaux télé ? Est-ce en raison de ses qualités professionnelles ou de celles qui lui valent d'être la maitresse de "Monte-Boure" ? Nous pourrions en faire l'économie et lui réserver les colonnes de Médiapart, ou de Libé.