En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

2,6 millions d’enfants mort-nés chaque année

02.

3 questions à...Valérie Pécresse

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 21 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 40 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 30 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 8 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 15 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 13 heures 57 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 15 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 25 sec
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 43 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 32 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 11 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 52 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Nouveau clivage

Progressistes contre nationalistes : le clivage qui pourrait fragiliser la cohésion de La République En Marche

Publié le 07 octobre 2018
On a beaucoup dit que la victoire d’Emmanuel Macron avait fait sauter le clivage droite- gauche. Elle a surtout marginalisé ceux qui occupent ces deux côtés de l’échelle politique, les réduisant à un espace beaucoup plus étroit qu’auparavant.
Vincent de Bernardi est directeur de la communication et des relations institutionnelles de CCI France. Il a été auparavant directeur du service d'information du Gouvernement (SIG), directeur général du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Bernardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Bernardi est directeur de la communication et des relations institutionnelles de CCI France. Il a été auparavant directeur du service d'information du Gouvernement (SIG), directeur général du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On a beaucoup dit que la victoire d’Emmanuel Macron avait fait sauter le clivage droite- gauche. Elle a surtout marginalisé ceux qui occupent ces deux côtés de l’échelle politique, les réduisant à un espace beaucoup plus étroit qu’auparavant.

Pourtant le macronisme reste fortement traversé par ce vieux clivage gauche droite. Dans le portrait-robot dresser par Ipsos pour la Fondation Jean Jaurès, les sympathisants du mouvement En marche se divisent sur bien des sujets. Si le libéralisme économique constitue le ciment idéologique des marcheurs, la cohésion est loin d’apparaître sur les questions de justice sociale, d’immigration ou plus encore sur l’islam.

A quelques mois des élections européennes, et après une année d’exercice du pouvoir, le macronisme apparaît de plus en plus challengé par les Républicains de Laurent Wauquiez et par le Rassemblement National de Marine Le Pen, avec qui il n’a pas réussi à creuser l’écart. Libéraux et europhiles, les soutiens d’Emmanuel Macron devront croire en la capacité du Président à faire de cet enjeu un match entre progressistes et conservateurs nationalistes. Ces dernières semaines, le ton est monté entre les deux camps, donnant à Matteo Salvini et surtout à Viktor Orban le statut de meilleur opposant au modèle d’une Europe à tendance fédéraliste. A droite de l’échiquier politique, il ne fait aucun doute que Marine Le Pen les suivra dans la promotion d’une Europe des nations libres et des identités. La position de Laurent Wauquiez demeure ambigüe après le vote du Parlement européen qui visait à interpeler fermement la Hongrie sur la détérioration des libertés individuelles, la réduction du pluralisme de la presse, les atteintes répétées à l’expression de l’opposition, les menaces sur l’indépendance de la justice. Il a semé le trouble chez une partie de ses électeurs en disant que Viktor Orban avait toute sa place au sein du Parti Populaire européen, formation politique de droite modérée dans laquelle siègent les députés européens LR. Sa position revient à dédouaner le dirigeant hongrois de violation grave à l’Etat de droit, aux valeurs de la France comme de l’Europe.

Ailleurs, les leaders de droite n’ont pas tergiversé et ont même fermement condamné Budapest, y compris le chancelier autrichien qui gouverne avec une coalition d’extrême-droite. Dans une tribune publiée dans la presse nationale, Nathalie Loiseau, la ministre des affaires européennes a souligné l’orientation singulière de Laurent Wauquiez qui choisit de s’aligner sur la droite nationaliste française et européenne. Incontestablement, il s’agit d’un « étrange compagnonnage ». Le politologue Luuk van Middelaar, ex conseiller du président du Conseil européen Hermann Von Rompuy, auteur d’un essai intitulé « Quand l’Europe improvise », analyse le positionnement du premier ministre hongrois et estime qu’il pourrait prendre la tête d’une extrême-droite européenne. Il est le seul à être solidement installé au pouvoir. Il manie avec habileté son côté chrétien-démocrate, rendant hommage à Helmut Kohl, avec une ligne dure anti-immigration qui fait recette en Italie, en Pologne, en France et jusque dans les pays scandinaves. En soutenant Orban, Laurent Wauquiez choisit son camp. Il sait que les questions d’immigration comme celles sur la place et le rôle de l’islam suscitent de fortes inquiétudes chez les Français, y compris chez les sympathisants d’En Marche. L’enquête d’Ipsos pour Le Monde et la Fondation Jean Jaurès sur le profil des « macronistes » le souligne. 37% d’entre eux approuvent l’idée qu’il y a trop d’immigrés en France. Ils sont 44% à estimer que l’Islam représente une menace pour l’occident. C’est là que la stratégie d’Emmanuel Macron apparaît risquée. Pourra-t-il refaire en Europe ce qu’il a réussi à faire en France, c’est-à-dire « casser » les partis politiques de droite comme de gauche, et rassembler autour de lui, les partisans d’une Europe libérale, d’une Europe en marche ? Le contexte a beaucoup évolué, son étoile a pâli et son socle électoral donne des signes de fragilité. Au plan intérieur, plusieurs évènements sont venus entamer la confiance des électeurs.

Si l’affaire Benalla témoigne que les pratiques du vieux monde existent encore dans les allées du pouvoir, les résultats des réformes engagées tardent à venir. Peu d’indicateurs permettent de dire que les choses s’améliorent et le gouvernement semble hésiter même s’il affirme que « le cap est là ». Au plan européen, Emmanuel Macron demeure peu suivi par ses partenaires sur les consultations citoyennes sur l’avenir de l’Union Européenne et le relatif affaiblissement d’Angela Merkel ne pourra vraisemblablement suffire à lui conférer un leadership continental face à Orban et Salvini qu’il a lui-même mis en scène dans ce match pour les élections européennes.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

2,6 millions d’enfants mort-nés chaque année

02.

3 questions à...Valérie Pécresse

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires