En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

03.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Le DTN suspendu

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 12 heures 51 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 14 heures 21 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 19 heures 19 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 20 heures 22 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 12 heures 39 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 13 heures 39 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 18 heures 46 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 19 heures 24 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 19 heures 54 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 21 heures 1 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 21 heures 30 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 22 heures 4 min
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
Réalité

Justice sociale et politique économique : entre les premiers et les derniers de cordée, combien d’euros ?

Publié le 24 septembre 2018
Les disparités au sein de la société française peuvent paraître abyssales sur le plan financier entre les "premiers" et les "derniers de cordée".
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les disparités au sein de la société française peuvent paraître abyssales sur le plan financier entre les "premiers" et les "derniers de cordée".

En France, entre le premier et le dernier de cordée, il faut compter 10 millions d’euros annuels (hors stock options et avantages divers) pour les patrons les mieux payés (Sodexo ou LVMH), contre 8 484 pour le RSA, ou bien 100 millions pour les footballeurs (126 pour Messi, 94 pour Ronaldo et 82 pour Neymar). Mais nous sommes là aux extrêmes : 1 000 fois plus de revenu entre riches patrons et un pauvre, 10 000 entre grands footballeurs et un pauvre. Mais tous les patrons ne dirigent pas LVMH et tous les joueurs ne sont pas Messi !

Quittons ces extrêmes : allons voir les 10% les plus aisés. Ils gagnent plus de 37 570 euros par an. Comparons-les aux 10% les plus modestes, qui gagnent moins de 11 040 euros. L’écart entre ces deux groupes est de 3,4 : moins sensationnel, plus vrai. Et si on veut mesurer la pauvreté, avec l’Insee, on trouve qu’en 2016 8,8 millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire perçoivent moins de 1 026 euros par mois. Ce chiffre est calculé à partir de 60% du revenu médian (qui divise la population en deux parts égales), soit 20 520 euros annuels. Les pauvres perçoivent près des deux tiers du revenu médian et représentent 14% de la population française. Ce sont 2,8 millions d’enfants, qui vivent dans des familles sous le seuil de pauvreté, 1,4 million de salariés, 1,1 million de chômeurs, 1 million de retraités, 800 000 étudiants, 500 000 actifs indépendants.
 
Ce taux de 14% diminue légèrement aujourd’hui, avec les hausses des minima sociaux. Il y a plus grave qu’ici, avec la Roumanie (25,3%), l’Espagne (22,3%) et la Grèce (21,2%). L’Italie et le Portugal suivent, avec 20,6% et 19%. Il y a mieux, avec la Finlande (11,6%), le Danemark (11,9%), la Norvège (12,2%) et les Pays-Bas (12,7%). Avec un taux de pauvreté à 13,6% (Eurostat), la France se situe parmi les plus bas taux d’Europe, inférieur au 15,9% du Royaume-Uni et au 16,5% d’Allemagne. Et ce taux est le plus faible des pays les plus peuplés d’Europe.
 
On ne peut pas se satisfaire de ces chiffres et de ces comparaisons. Et c’est ici qu’arrive la « cordée » d’Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018, dans son plan contre la pauvreté. « Un premier de cordée, il a une corde et il est rattaché à d’autres, et c’est à dessein que j’ai employé cette formule. Il y a toujours des gens pour ouvrir une voie, il y a des gens plus véloces, il y a des gens qui ont plus de chances, il y a tout un tas de raisons. Mais il en faut ! Et tirer sur la corde pour qu’il monte moins vite n’aidera pas ceux qui restent en bas, c’est faux… Mais… celui qui monte se souvient qu'il a une corde, et cette corde, elle sert à quoi ? A l'assurer : il n'y a personne qui est premier de cordée, si le reste de la société ne suit pas ».
 
Nous sommes dans le Personnalisme d’Emmanuel (tiens !) Mounier et chez le Nobel Amartya Sen, entre philosophie et économie. Les travaux de ce dernier décrivent les rapports complexes qui nous  unissent : pas seulement économiques, psychologiques et moraux aussi, ils fondent le succès des sociétés dans la durée. Avec Sen, rien n’est possible si chacun n’est pas concrètement libre de décider, pour s’épanouir. Il faut d’abord qu’il soit en bonne santé, bien nourri et logé. Il faut qu’il ait ces « capabilités » de base (Sen), pour manifester et accroître ses capacités, notamment financières, mais pas qu’elles. Pour Sen, il faut aider, pour libérer.
 
Du Rocard ? Sa loi RMI précisait : « Lors du dépôt de sa demande, l’intéressé reçoit une information complète sur les droits et obligations de l’allocataire et doit souscrire l’engagement de participer aux activités ou actions d’insertion dont il sera convenu avec lui dans les conditions fixées à l’article L.262-37 ». Mais où sont les vérifications et les sanctions, à côté des incitations ? Et le RMI devient RSA (la  solidarité se veut Active) et le nombre d’allocataires de minima passe en métropole de 2,8 millions de personnes en 1990 à 3,8 en 2016.
 
Après Sen, Mendes France et Rocard, Macron s’engage ainsi dans les capabilités : petit déjeuner, repas à la cantine, gardes, crèches, classes dédoublées, logements à réhabiliter, Parcoursup, formation jusqu’à 18 ans, apprentissage, refonte des allocations chômages et des minimas sociaux… avec des engagements d’insertion. Ne pas enfermer dans l’assistanat et se mettre en position de retrouver une activité productive : oui. Mais dans la cordée, la confiance n’exclut pas la vérification.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires