En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 5 heures 41 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 10 heures 14 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 4 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 6 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 9 heures 18 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 10 heures 11 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 1 heure
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 4 heures
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 6 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 8 heures
info atlantico
© Auto
© Auto
Info Atlantico

A qui la faute ? Le sondage qui montre que la conversion idéologique des Français au macronisme fait pschittt

Publié le 23 septembre 2018
Avec la réforme sur le chômage, le gouvernement poursuit-il dans cette voie en se disant que c'est sa pente naturelle ou bien considère-t-il au contraire qu'il faut rééquilibrer parce qu'il a perdu tout un pan de son électorat initial ?
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la réforme sur le chômage, le gouvernement poursuit-il dans cette voie en se disant que c'est sa pente naturelle ou bien considère-t-il au contraire qu'il faut rééquilibrer parce qu'il a perdu tout un pan de son électorat initial ?

Atlantico : 48% des Français considèrent que "compte tenu du nombre élevé de chômeurs, il faut baisser le montant des allocations versées aux chômeurs et raccourcir la période d’indemnisation de manière à inciter les chômeurs à rechercher plus activement du travail" soit 6 points de moins qu'en 2014 et 2 points de moins qu'en 2016. Comment appréhender un tel sondage à l'aune du libéralisme prôné par Emmanuel Macron ? 

Jérôme Fourquet : On est très clairement sur un sujet qui permet de structurer assez fortement le paysage électoral selon un clivage gauche-droite, dont on dit souvent qu'il est dépassé. Lorsque vous regardez l'électorat de Mélenchon ou de Hamon, c'est entre 20 et 30% qui pensent qu'il faut baisser le montant des prestations, contre quasiment la même proportion qui pensent qu'il ne faut pas la baisser dans l'électorat de Fillon. On est donc à fronts renversés. Ce qui intéressant, c'est que l'électorat de Macron, lui, était coupé en deux (54-46), mais lorsqu'on regarde ce que ça donne aujourd'hui sur ceux qui se déclarent "En Marche", critère de la proximité politique, c'est du 69-31. Il y a donc un déplacement du centre de gravité. Cela veut dire que toute une partie de ceux qui pensaient qu'il ne faut pas le baisser sont partis. Il y a une droitisation de la base électorale d'En Marche. Peut-être même que certains n'avaient pas voté pour E. Macron, mais à droite, et qu'inversement certains hollandais ayant voté pour lui rejettent aujourd'hui son libéralisme et ne se disent plus "En Marche". Un delta aussi important entre le vote de 2017 et la proximité politique aujourd'hui n'existe que chez Macron, partout ailleurs il est stable.

C'est la question qui se pose à propos du libéralisme de Macron : est-ce que le gouvernement poursuit dans cette voie en se disant que c'est la pente naturelle, et que son électorat répond présent, ou bien qu'il faut rééquilibrer parce qu'il a perdu tout un pan de son électorat initial ? 

Comment analyser les causes de la forte baisse de la popularité d'Emmanuel Macron, enregistrée depuis cet été 2018, entre le manque de résultats économiques - aussi bien concernant la croissance que le chômage - et les problématiques liées à la personnalité même d'Emmanuel Macron ?

Christophe Boutin : La baisse d’Emmanuel Macron dans les sondages est sans doute à la hauteur de l’espérance suscitée par son apparition sur la scène politique française, et plusieurs éléments permettent de saisir cette évolution.

Le premier est conjoncturel : tous les derniers présidents le la République ont connu une forte baisse un an après leur élection. C’est que l’on n’est plus alors dans le temps électoral, et que l’on commence à voir la réalité de la politique menée par rapport aux promesses de campagne.

Pour autant, si l’on prend les deux derniers présidents, Nicolas Sarkozy et François Hollande, on constatera que leur tassement était du à des motifs différents. Le premier, volontiers clivant, avait déçu son électorat, très enraciné à droite puisqu’il avait réussi à reconquérir des électeurs partis au Front National, en se refusant à mener cette politique sécuritaire dont il s’était fait le représentant musclé quand il était ministre de l’Intérieur, en ne traitant ni les angoisses identitaires ni la question de l’immigration, et en se lançant dans une bien inutile politique d’ouverture. Le second, élu en grande partie sur la détestation de son prédécesseur, allait décevoir son électorat de gauche en se limitant à des réformes sociétales… qui le séparaient définitivement d’un électorat de droite, le tout sous couvert d’une bonhomie peu compatible avec l’image que les Français se font du Chef de l’État de la Cinquième république.

Emmanuel Macron avait promis de réformer la société française, de lui donner un nouvel élan, de briser les vieux cadres en faisant éclater les vieux partis et en remplaçant le plus largement possible un personnel politique démonétisé par les « jeunes pousses » et « premiers de cordée » de la société civile. Et, de fait, ces engagements ont été tenus, y compris par le rythme des réformes – même s’il faut tenir compte ici de leur promotion.

Pour autant, que constatent les Français ? D’abord, comme vous le signalez, un impact des plus ténus en termes de chômage – même si l’on sait maintenant qu’il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi. Une croissance atone, très en dessous de celle de nos principaux partenaires. Ensuite la braderie permanente des « bijoux de famille » pour tenter d’éviter la pure et simple faillite : autoroutes, immobilier (c’était, il est vrai, avant Macron), aéroports, barrages, et jusqu’à la Française des jeux, tout ce qui peut être vendu aux intérêts privés – autrement dit tous ces investissements qu’avaient fait des générations de contribuables français et qui s’avéraient rentables – est bradé dans des conditions pitoyables. C’est encore le racket financier de catégories qui constituaient un socle essentiel de notre société, les « classes moyennes », celles qui, autrefois, étaient l’objectif des « classes populaires » et qui, de nos jours, de déclassement en déclassement, les rejoignent dans une même précarité. Au profit de qui ? Nul ne peut nier que, loin devant les plus pauvres, les plus riches de la « super classe » ont obtenu de substantiels avantages. Sur le plan sociétal et plus seulement économique enfin, c’est le déni des valeurs de la famille ou de la propriété foncière, la haine de l’héritage et la prime au multiculturalisme nomade.

Et lorsque les citoyens se montrent chagrinés par ce dépeçage de leur pays, Emmanuel Macron leur répond qu’il est encore bien bon d’accepter de s’occuper du bien-être de quelques Gaulois réfractaires, n’ayant d’yeux que pour l’Union européenne

C’est d’ailleurs un autre facteur de cette baisse de popularité, que vous évoquez. Il y avait effectivement, les sondages le marquaient bien, l’attente d’un Chef de l’État qui s’impose, avec une certaine autorité. Le style d’Emmanuel Macron, qui cache mal sous une certaine décontraction une volonté affirmée, a donc initialement convenu, et on lui a alors pardonné certaines formules à l’emporte pièce qui ont été peu commentées, ou ont juste fait sourire. Un an après, alors que les résultats ne sont pas là, et que nous avons connu l’évolution évoquée, le même style, inchangé, est perçu de manière différente : le volontarisme devient autoritarisme, l’affranchissement des contraintes mépris de la loi, et la distance est perçue comme arrogante au lieu d’être souveraine. Cette évolution de la perception de l’image, elle-même assez nette dans les sondages, explique donc elle aussi la baisse constatée.

 

En quoi cette conversion idéologique du pays, souhaitée par Emmanuel  Macron peut-elle être "menacée" pour les mêmes raisons ? En quoi la crédibilité des "élites" qui ont pu soutenir presque unanimement Emmanuel Macron peut-elle être affectée par ce manque de résultats, et ce, au delà même des frontières du macronisme ?

Christophe Boutin : Emmanuel Macron a choisi de diriger le pays à l’aide d’un réseau de conseillers qui, de l’Élysée, pilotent des ministères confiés à des zombies et font avaliser les réformes par des parlementaires aux ordres. Qu’en penser ?

Il est clair, tout d’abord, que lorsqu’il s’agit d’imposer un train rapide de réformes indispensables, il faut gagner du temps, resserrer les équipes et éviter les inutiles digressions ou effets de tribune. Clair aussi que, de tous temps, certains ministres, et pas les moindres, sont d’inoffensives potiches qui jouissent des ors de la République en laissant leur administration organiser – sinon décider.

Mais, classiquement, restaient quand même, au gouvernement ou dans les chambres, des « figures » de la majorité présidentielle, des « barons » clairement identifiés. Ici, plus rien. À part Jean-Michel Blanquer, pas une tête ne dépasse dans un gouvernement où les ministres sont plus que jamais aux ordres de l’Élysée et conviés à ne pas faire d’ombre à son hôte. L’effacement, pour ne pas dire la disparition d’un Jean-Yves Le Drian, ministre essentiel de la Défense sous Hollande et fantomatique ministre des Affaires étrangères sous Macron, en est un exemple frappant.

Par ailleurs, s’il y a toujours eu des conseillers influents, le macronisme se caractérise par le remplacement d’une haute administration de tradition nationale – on aurait envie de dire d’esprit colbertiste - de « grands serviteurs de l’État », au profit de jeunes pousses évoluant dans le flou qui existe trop souvent entre public et privé, servant aujourd’hui l’État et la loi avant, le lendemain, de mettre compétences et carnet d’adresse au profit de sociétés privées qui cherchent à échapper à cette même loi, et nourris de « stratégies de communication ». On mesurera la distance.

Enfin, les « winners » de la société civile installés au Parlement, qui devaient révolutionner la politique, accumulent bourdes sur bourdes, mêlant lâchetés et suffisance, et les jeux d’appareil de LaREM sous Ferrand n’ont rien à envier aux plus louches conbinazione des assemblées de toujours.

Pour soutenir la crédibilité de ces « élites » autoproclamées, qui semblent bien n’être que des oligarchies sans scrupules, il faut tout le savoir-faire de la communication, la caisse de résonnance des médias et, parfois même, des lois permettant d’éviter les critiques et des juges prêts à les appliquer sans états d’âme.

Reste que la manœuvre semble devenir un peu visible, et qu,e comme tout se résume à Jupiter, ce peut être tout le « macronisme » qui sera touché par la suspicion et perdra sa crédibilité. Produit récent, quasiment « hors-sol », il court ainsi un risque certain.

Dans quelle mesure les partis, notamment à droite, peuvent se trouver démunis idéologiquement parlant, en l'absence de personnalités, qui, dans le passé, avaient pu incarner une réflexion alternative à celle du "cercle de la raison", comme avait pu le faire Philippe Séguin en son temps ?

Christophe Boutin : Le problème de la droite, mais aussi de la gauche, est d’arriver à briser l’incantation magique qui a permis en d’autre temps à Margaret Tatcher d’imposer ses choix : TINA, « There Is No Alternative ». Face à la politique européenne et à son « toujours plus d’Europe », à l’immigration, à la politique économique d’austérité, à la multiplication des prélèvements directs ou indirects, au démantèlement des services publics, à la mauvaise gestion de la fonction publique – notamment territoriale -, à l’abandon de notre culture, il n’y aurait pas d’autre alternative que celle qui, finalement, est commune du PS à LR à de petites différences près. C’est bien le seul moment où l’on fait preuve d’autorité en France, pour imposer cette idée.

Or il y a toujours des alternatives. Pas d’alternative car la politique française est décidée à Bruxelles, et que nous devons respecter les textes européens ? Le Brexit, l’Italie ou les États membres du groupe de Visegrad démontrent pourtant tous les jours que c’est possible. Pas d’alternative aux décisions de ces juges qui réécrivent la loi votée par les représentants du peuple ? Édouard Balladur avait su en son temps renvoyer les « neuf sages » du Conseil constitutionnel à leur vraie place, et la suprématie de la justice internationale ne repose jamais que sur des traités qui peuvent être dénoncés.

Effectivement, règne en France le « cercle de la raison ». Mais il règne non pas par le débat pluraliste mais par la force. Comme le disait Tocqueville en évoquant les USA, « la majorité trace un cercle formidable autour de la pensée. Au-dedans de ces limites, l'écrivain est libre ; mais malheur à lui s'il ose en sortir ». S’il échappe à la condamnation judiciaire, ce sera en effet la mort civile qui suit la campagne médiatique, l’ostracisme et la misère, une sanction légitime pour qui ose s’opposer au Vrai, au Bien, au Juste et au Beau.

On comprend dès lors les pudeurs de vierges de nombre de politiques, et le décalage qui existe entre leurs propos privés et leurs déclarations publiques. Qui, aujourd’hui à droite, pourrait porter, comme Philippe Seguin le faisait, un discours social qui ne soit pas socialiste et un discours européen qui ne soit pas fédéraliste ?

C’est tout le problème de la politique qui, un jour, doit s’incarner. On peut toujours faire un travail idéologique, vouloir reconstruire, rebâtir, et à droite aujourd’hui, mais à gauche aussi sans doute, nombreux sont ceux qui tentent de le faire, et qui, effectivement, proposent des solutions de qualité. On peut même arriver, malgré les difficultés actuelles, à soulever la chape de plomb pour diffuser ces idées. Mais tant qu’elles ne seront pas incarnées, elles resteront des songes creux d’intellectuels qui ne menaceront pas vraiment le tout-puissant  « cercle de la raison ».

>>> Lire l'analyse du sondage : Les Français adhèrent de moins en moins à la philosophie de la réforme de l’assurance chômage envisagée par le gouvernement <<<

 

 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires