En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 1 heure 4 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 4 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 4 heures 29 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 7 heures 12 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 2 heures 29 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 3 heures 28 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 4 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 4 heures 44 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 5 heures 8 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 6 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 6 heures 48 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 7 heures 30 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Poudre de perlimpinpin

Homéopathie : peut-on vraiment s’en remettre à la justice pour trancher des débats scientifiques ?

Publié le 22 septembre 2018
La faculté de médecine de Lille vient de suspendre son diplôme d’homéopathie. C’est le dernier épisode d’une controverse mettant en lumière la manière d’agir de beaucoup de croyants. Ils cherchent à obtenir par les tribunaux ce que la science leur refuse, afin de cautionner leur idéologie auprès du grand public. Ce qui n’est pas sans poser un sérieux problème quant à la recherche de la vérité et in fine, quant au fonctionnement normal de notre démocratie en interdisant tout débat sur le fond...
Vincent Laget
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Laget est ingénieur ENSAIS, spécialiste informatique, expert en ordonnancement de travaux batch. Il enseigne la zététique depuis près de 20 ans et fait partie du mouvement Science Technologies Actions : https://sciencetechaction.tumblr.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La faculté de médecine de Lille vient de suspendre son diplôme d’homéopathie. C’est le dernier épisode d’une controverse mettant en lumière la manière d’agir de beaucoup de croyants. Ils cherchent à obtenir par les tribunaux ce que la science leur refuse, afin de cautionner leur idéologie auprès du grand public. Ce qui n’est pas sans poser un sérieux problème quant à la recherche de la vérité et in fine, quant au fonctionnement normal de notre démocratie en interdisant tout débat sur le fond...

Tout commence le 18 mars dernier avec la publication dans le Figaro d’une tribune incendiaire[1] de 124 médecins qui réclament publiquement auprès de leur conseil de l’Ordre la sortie de diverses pratiques plus ou moins ésotériques (dont l’homéopathie) du champ de la Médecine. Bien évidemment, cette revendication n’est pas du tout du goût des médecins homéopathes de France et leur syndicat national porte plainte auprès de l’Ordre des médecins. Et c’est ainsi que les médecins signataires de la tribune se retrouvent désormais sous le coup d’une possible sanction disciplinaire[2].

Comment en est-on arrivé là ? Cette poursuite disciplinaire est-elle nécessaire ? N’y a-t-il pas moyen de conclure le débat autrement ? Les médecins n’ont-ils pas le droit de débattre du bienfondé scientifique de telles thérapeutiques ?

Pour s’en faire une idée, comparons la démarche des signataires à celle de leur opposant, le syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF).

Les 124 médecins signataires lancent le débat en s’appuyant sur le respect d’une règle simple : l’efficacité d’un médicament ou d’une thérapeutique doit être démontrée objectivement pour prétendre faire partie de la Médecine. L’homéopathie doit en être exclue parce que, selon eux, elle ne respecte pas cette règle et qu’elle n’a jamais fait la preuve de son efficacité[3].

De son côté, le SNMHF répond en fondant sa plainte sur le caractère non-confraternel des auteurs de la tribune : dire publiquement qu’un collègue médecin homéopathe a une pratique thérapeutique digne d’un charlatan n’est pas convenable et chacun des 124 auteurs de la tribune doit être poursuivi et sanctionné pour l’avoir écrit.

Cette dernière démarche est représentative de cette nouvelle façon de débattre, ou plus exactement de clore le débat en gagnant sur la forme et non sur le fond. Elle doit être bien comprise : le SNMHF ne cherche pas à répondre aux arguments développés par ses collègues signataires de la tribune ; il cherche à les faire taire et à intimider tout autre confrère tenté de se poser la question de l’efficacité objective de l’homéopathie en faisant planer la menace de poursuites disciplinaires systématiques.

Le SNMHF aurait pu faire le choix du débat, et répondre aux 124 signataires en produisant des études scientifiques et des publications montrant l’efficacité thérapeutique de l’homéopathie.

Cette polémique pourrait être amusante si ce comportement n’était pas révélateur d’une dérive inquiétante dans notre pays héritier des Lumières : pour avoir raison, certains croyants n’hésitent plus à faire taire ceux qui pensent différemment d’eux. Ils ferment tout débat en « éliminant » tous ceux qui osent contester leurs préconceptions, que ce soit physiquement, comme avec la tragédie de Charlie Hebdo, ou plus vicieusement en instrumentant la voie judiciaire, principalement (mais pas uniquement) par une habile utilisation de la diffamation.

Pour appuyer notre propos, nous pouvons citer les récents tracas judiciaires dont a fait les frais le sociologue Jean-Paul Kauffman[4]. Ce spécialiste de la sociologie des couples a qualifié d’arnaque les thèses scientifiques sur lesquelles s’est appuyé un « expert » pour sélectionner des couples lors de l’émission de M6 Mariés au premier regard. Tous les couples constitués lors de cette émission se sont séparés depuis, donnant raison au sociologue. Pourtant, il risque d’être condamné à payer 12 000 € et de possibles dommages et intérêts, ainsi que des frais d’avocat. Encore une fois, « l’expert », plutôt que de justifier le bienfondé de sa démarche et de ses méthodes, a préféré poursuivre le sociologue en diffamation...

Il y a bien d’autres cas similaires, comme celui du scientifique Marc Fellous[5], poursuivi (et condamné) en diffamation par Gilles-Éric Séralini, pour avoir demandé à France 2 le droit d’exprimer son avis (en l’occurrence conforme à celui de l’ensemble de la communauté scientifique) sur les OGM. Le plaignant avait été rendu célèbre par le Nouvel Observateur, posant avec des rats déformés par les tumeurs produites dans le cadre de ses travaux sur la nocivité supposée des OGM, aujourd’hui totalement discrédités[6]...

Ou encore la documentariste Sophie Robert[7], poursuivie en diffamation pour avoir tourné un reportage critique sur la psychanalyse.

Chercher la vérité et la dire, comme le disait Jean Jaurès, devient-il aujourd’hui moins important que de gagner la partie, par tous les moyens, y compris les plus vils ? Peut-il y avoir encore une démocratie si certains citoyens arrivent à interdire tout débat ?

Car il ne faut pas s’y tromper : derrière cette controverse sur l’efficacité de l’homéopathie, c’est bien à ces questions fondamentales qu’il convient d’apporter une réponse appropriée...



[3] Pour se faire rapidement une idée sur la question de fond de l’efficacité de l’homéopathie et de l’acupuncture, voir Jean-Jacques AulasDe granules en aiguilles… L’homéopathie et l’acupuncture évaluées, Éditions book-e-book : https://www.book-e-book.com/livres/16-de-granules-en-aiguilles-l-homeopa...

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires