En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Permis de conduire
6 points de perdus pour les refus de priorité aux piétons : derrière les préoccupations sur la sécurité routière, l’avènement de l’ère de l’arbitraire pour les automobilistes français
Publié le 20 septembre 2018
Les refus de priorité aux piétons seront plus fortement sanctionnés à l'avenir. Les automobilistes subissent de plus en plus de règles contraignantes faisant planer la menace de pertes de points.
Jean-Baptiste Iosca est un avocat spécialisé des infractions routières et expert du code de la route. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Iosca
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Iosca est un avocat spécialisé des infractions routières et expert du code de la route. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les refus de priorité aux piétons seront plus fortement sanctionnés à l'avenir. Les automobilistes subissent de plus en plus de règles contraignantes faisant planer la menace de pertes de points.

Atlantico : Un décret instaurant notamment un durcissement des sanctions pour les "refus de priorité" aux piétons et élargissant le recours aux éthylotests antidémarrage (EAD) vient d’être publié. Quelle est la limite de ces règles imposées aux automobilistes ?

 
Maître Jean-Baptiste Iosca : Le retrait de 6 points est totalement disproportionné : c'est l'équivalent d’un excès de vitesse de plus de 50 km/h, d’une conduite en état alcoolique délictuelle (0,40 mg/l d’air expiré ou 0,80 g/l de sang) ou d’une conduite sous l’empire de stupéfiants. 
 
On laisse donc place à l'arbitraire : un excès de vitesse de plus de 50 km/h est basé sur une vitesse enregistrée par un appareil homologué, un taux d’alcool supérieur au taux légal est révélé par un éthylomètre soumis à une réglementation stricte ; pour un refus de priorité, c’est à l’appréciation de l’agent... ;
 
Egalement, le fait qu'il n'y pas d'arrestation constitue une aubaine pour la contestation : ces refus de priorité seront constatés (en grande majorité) par des vidéos surveillance. Dès lors, il sera très facile de les contester sur la base de l’article L. 121-3 du code de la route. Le conducteur sera impossible à identifier formellement sur la vidéo, il sera donc relaxé par le Tribunal de Police et ne perdra pas ses points ;
 
La généralisation des éthylotests anti démarrage (EAD) est dans la loi depuis 7 ans : la loi LOPPSI  du 14 mars 2011 a créé une nouvelle sanction judiciaire pour l’auteur d’une conduite en état alcoolique : l’obligation (pour l’avenir) de conduire un véhicule équipé d'un éthylotest anti démarrage. La loi « Taubira » du 15 août 2014 a repris cette mesure. Autrement dit, cette mesure existe depuis plus de 7 ans dans les textes mais n’a jamais été mise en œuvre.
 
De plus, elle est inapplicable : aucun garage ne propose la pose d’éthylotests anti démarrage, leur installation est très complexe mêlant électronique et mécanique (le tableau de bord et le moteur).
 

Quel est le bilan d'autres mesures instaurées de la même manière, contre l'avis des associations d'automobilistes ?

 
Après deux mois à 80 km/h sur les routes secondaires, le bilan est notamment une explosion du nombre de flashs. Les caisses de l’Etat se remplissent comme prévu. Mais qui peut sérieusement croire que les excès de vitesse entre 1 et 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée sont responsables des morts sur les routes ? Aucune étude sérieuse ne le démontre, évidemment. Et les Français ne sont pas dupes non plus.
 
Le paradoxe, c'est que si le nombre de flashs explose, c’est que le nombre d’infractions routières explose en même temps. Or, on nous annonce que la mortalité baisse très légèrement depuis le passage à 80 km/h sur les routes secondaires. Des routes plus dangereuses avec moins de morts ? Cela ne répond à aucune logique ;
 
Dans le même temps, c'est une erreur de cible : on cible les petits excès de vitesse car ce sont les seules infractions (avec les feux rouges) que l’on peut contester massivement avec des radars ; pratique et rentable !
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires