En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 34 sec
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 5 heures 25 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 16 heures 52 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 19 heures 52 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 4 heures 36 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 5 heures 11 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 15 heures 57 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 19 heures 11 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 20 heures 24 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 21 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 23 heures 4 min
© CRIS BOURONCLE / AFP
© CRIS BOURONCLE / AFP
Fake Science

Pourquoi il est urgent que la science se rebelle contre les diktats du conformisme

Publié le 18 septembre 2018
Trop de fausses sciences sont apparues du fait d'une certaine soumission à l'idéologie postmoderne.
Marcel Kuntz, Directeur de recherche au CNRS, dernier ouvrage «OGM, la question politique» Presse universitaires de Grenoble 2014
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz, Directeur de recherche au CNRS, dernier ouvrage «OGM, la question politique» Presse universitaires de Grenoble 2014
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trop de fausses sciences sont apparues du fait d'une certaine soumission à l'idéologie postmoderne.

Qu’il faille développer la culture scientifique des politiciens, des journalistes, etc. est devenu un mantra des défenseurs de la science. Or, plus qu’une culture/savoir, c’est bien une culture de la science (culture au sens que lui donne Rémi Brague : « un système de normes, qui visent toutes à assurer la pérennité de l'homme et de l'humain »), comme un des pilier d’une civilisation, qui est manquante. Pourquoi est-ce le cas ?

La croyance, selon laquelle le progrès scientifique produirait mécaniquement un monde meilleur, n’a plus cours, et c’est heureux. Pour autant, la science dans le soupçon permanent, encourage les dérives vers les fausses sciences.

Les diverses catégories de fausses sciences.

Les pseudosciences (comme l’astrologie) ne méritent pas ici de commentaires.  La deuxième catégorie, l’alterscience, définie par l’historien Alexandre Moatti, existe de longue date : des personnes formées à la science mobilisent leurs connaissances en faveur de théories alternatives fumeuses. Les théoriciens anti-vaccins constituent un exemple actuel. La troisième catégorie, que j’ai appelée « science parallèle », est la plus récente. L’industrie du tabac y a eu recours. L’écologie politique en fait grand usage : copier l’apparence d’une démarche scientifique, mais avec des conclusions préétablies, notamment pour l’évaluation des risques, avec des « experts » médiatisés, auto-proclamés « lanceurs d’alerte », et sympathisants du projet politique.  Les lecteurs de la tribune « L’étrange silence médiatique réservé aux 3 contre-expertises réalisées sur les pauvres rats du Professeur S. » identifieront dans cette étude réfutée un cas d’école de « science parallèle »…

Pourquoi ces fausses sciences ne sont-elles pas publiquement rejetées par les scientifiques « normaux » ?

Une première réponse tient au mode de financement de la recherche, qui a organisé la compétition de tous contre tous pour des ressources limitées. Des financements par appels d’offres sont légitimes afin de soutenir les politiques de recherche et favoriser l’émulation.  Leur abus enchaîne les chercheurs dans l’utilitarisme (consacrer du temps à dénoncer les fausses sciences devient contreproductif pour une carrière) et dans le conformisme : il devient de bon ton d’évoquer les thèmes à la mode dans tout projet de recherche (développement durable, lutte contre le changement climatique, …). La conformité avec l’air du temps, plutôt que la pensée out of the box, favorise l’obtention des sacro-saints budgets de recherche.  

Un autre facteur, le « précautionnisme », a créé un véritable business scientifique pour évaluer toutes les molécules possibles et imaginables, souvent par des protocoles expérimentaux choisis pour favoriser l’identification d’un effet toxique théorique (le danger) sans considération pour l’exposition au danger qui définit le risque dans la vraie vie (risque = danger x exposition au danger). Les services de communication pensent promouvoir leur institut de recherche en communiquant aux médias des études (inutilement) anxiogènes, en conformité avec la doxa catastrophiste du moment.

La déconstruction postmoderne des idéaux des Lumières.

Héritier de quelques grands noms du 19ème siècle ou du début du vingtième, tels que Nietzsche ou Spengler, le postmodernisme a installé dans le monde occidental à partir des années 60 une critique générale des institutions et de l'identité culturelle occidentales, déclarées coupables de tous les crimes de l’Histoire. La science moderne est coupable aussi : n’a-t-elle pas généré la bombe atomique, les pesticides et autres polluants ? Les bénéfices sont oubliés, voire rejetés  par certaines « élites » et par certains projets politiques. Les scientifiques ne peuvent échapper au soupçon, aux diktats du politiquement correct, et sont priés eux aussi de pratiquer l’autoflagellation et la repentance. La position dominante du postmodernisme au cœur du pouvoir dans les institutions scientifiques est illustrée par leurs recours à l’écriture inclusive, pourtant rejetée par l’Académie Française.

Déclinée par la sociologie des sciences, l’idéologie postmoderne affirme que la science n’est qu’une « construction sociale » parmi d’autres, celle d’une « communauté » partageant les mêmes présupposés. Relativisme oblige, tout autre discours « communautaire » possède la même valeur que celui des scientifiques reconnus. La science est pourtant, comme la philosophie des Lumières, « un projet aristocratique à mille lieues des démagogies ambiantes »

Mais aujourd’hui le fait se dissout dans l’opinion et la démarche scientifique dans la bien-pensance. Les revues de divers organismes de recherche participent de ce dévoiement de la parole scientifique en publiant à côté des explications scientifiques, des opinions basées sur la « science parallèle » des militants. Ainsi le Journal du CNRS, à la suite des fausses conclusions de l’étude - évoquée ci-dessus, exhibant des rats aux tumeurs monstrueuses - choisit de ne « pas prendre position », se contentant « d’orchestrer les différents points de vue ».

« Syndrome de Stockholm »

La vogue d’une science qui devrait devenir « citoyenne » (un de ces « mots qui tuent »), voire même accepter les « parties prenantes » (c’est-à-dire, en réalité, les activistes défendant une cause) au cœur des laboratoires s’impose comme impératif moral. Atteint d’un « Syndrome de Stockholm », l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) lors de partenariats douteux n’hésite pas à accoler son logo à côté de ceux d’activistes qui soutiennent la destruction de ses expérimentations sur les OGM. Ses dirigeants reçoivent les « Faucheurs » dans leur bureau. L’esprit de soumission va jusqu’à inviter José Bové (qui doit sa notoriété à des actions violentes, perpétrées notamment contre des expérimentations scientifiques publiques, dont celles de l’INRA) à faire une conférence dans un cadre officiel de l’INRA, en présence de son PDG.

Désormais ballotée par les effets de mode, la recherche scientifique n’a plus droit au temps long et doit être soumise aux aléas de l’actualité et à l’influence de minorités agissantes. Il est urgent d’encourager la science à sortir du conformisme ambiant. Dans son intérêt et dans le nôtre à tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires