En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 3 heures 48 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 4 heures 35 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 7 heures 20 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 9 heures 57 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 12 heures 8 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 13 heures 3 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 4 heures 16 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 4 heures 51 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 6 heures 30 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 7 heures 28 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 12 heures 50 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 3 heures
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Dictature de la minorité

Cette dangereuse tentative d’OPA des minorités sur notre démocratie

Publié le 15 septembre 2018
Les phrases, les situations qui semblaient autrefois anodines deviennent des crimes. Nous sommes tous coupables - d’avoir bu un verre, d’avoir blagué sur les femmes, de manger de la viande, d’avoir offensé une minorité quelconque - et les inquisiteurs nous guettent.
Jean-Michel Quatrepoint est journaliste. Après onze ans passés au Monde, il a dirigé les rédactions de l’Agefi, de la Tribune et du Nouvel Economiste. Il a été pendant quinze ans le patron de La Lettre A. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Quatrepoint
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Quatrepoint est journaliste. Après onze ans passés au Monde, il a dirigé les rédactions de l’Agefi, de la Tribune et du Nouvel Economiste. Il a été pendant quinze ans le patron de La Lettre A. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les phrases, les situations qui semblaient autrefois anodines deviennent des crimes. Nous sommes tous coupables - d’avoir bu un verre, d’avoir blagué sur les femmes, de manger de la viande, d’avoir offensé une minorité quelconque - et les inquisiteurs nous guettent.

Atlantico : Votre livre,  "Délivrez-nous du Bien !", écrit avec Natacha Polony et publié aux éditions de l'Observatoire, est avant tout une charge contre certaines grandes évolutions sociétales et ses "nouveaux curés" qui, en érigeant un Bien exclusif, désignent comme coupable toute personne qui ne souscrit pas à leur credo. Pourquoi dénoncer le caractère religieux de cette "nouvelle inquisition" ?

Jean-Michel Quatrepoint : Ce sont des bigots ! Vous êtes sommés d'adhérer au dogme, et si vous n'adhérez pas au dogme, vous êtes excommuniés en vue d'une rééducation. On est bien dans une religion, qui veut vous obliger à penser, dans le cadre des dogmes. Revenons pour l'illustrer sur le problème du féminisme. Bien évidemment, les femmes voulaient être égales en droit aux hommes. Il était même incroyable qu'il ait fallu attendre le Général de Gaulle avant qu'on leur donne le droit de vote. C'était cela le combat réel du féminisme, celui qui demandait les mêmes droits. Nous pensons que les femmes et les hommes doivent être bien évidemment égaux en droit comme d’ailleurs tous les êtres humains, mais il sont différents et complémentaires. L'être humain progresse de ces complémentarités et de ses différences. Il faut accepter la différence. Mais on essaye de nous imposer une seule vision, un seul modèle, et les féministes les plus extrêmes (dans le cadre des genders théories etc.) vont vers l'androgynie. Le vrai féminisme indispensable était pour l'égalité des droits. Historiquement, dans les pays occidentaux, l'objectif est atteint, même s'il reste un certain nombre de domaines dans lesquels il pourrait y avoir des améliorations.

Mais les combats de ces minorités partent toujours d'un bon combat qui un jour obtient des résultats. Le jour où ils obtiennent ces résultats se pose alors la question : "qu'est-ce que nous devenons, en tant qu'association, qu'ONG ?". C'est à ce moment-là que ces groupes, pour pouvoir continuer à exister et même tout simplement à survivre financièrement,poussent le bouchon toujours un peu plus loin. Et là on bascule dans le déséquilibre. De la même façon qu'il y a eu des déséquilibres en défaveur des homosexuels, des femmes et des minorités. Mais ceux-ci sont en passe d’être gommés, et le balancier passe totalement de l'autre côté. On en arrive à des aberrations sur la négation du genre humain, comme dans le cas des spécistes. Prenons le cas des végans : il est très compréhensible que certains souhaitent suivre ce régime. C'est parfaitement leur droit. Mais qu'ils n'empêchent pas les autres de manger de la viande.

Là, on est dans la religion et dans l'excommunication.

Vous rassemblez les différentes parties de ce grand mouvement moralisateur sous une bannière, celle du "minoritarisme", qui considère que le bienfait de la minorité, surtout si elle est opprimée, est supérieur au nécessités de la majorité. Ne faut-il pas y voir avant tout l'affaiblissement de tout idéal commun ?

Bien sûr. L'intérêt de la communauté et de la majorité sont dévalués. Ce n'est pas neutre que ce mouvement vienne des Etats-Unis, puisque les Etats-Unis se sont construits sur la "Tyrannie de la Majorité" décrite par Tocqueville. Pour éviter celle-ci, on développe des groupes de pressions et des minorités, dont l'action conjointe aboutit finalement à faire le progrès social. Mais le néo-libéralismed’aujourd’hui accouche d’une hyperindividualisation, poussée jusqu'à l'absurde. L'individu est au-dessus de tout. Au-dessus du bien commun. Cela peut s’expliquer par rapport à l’affrontement avec le communisme, qui au nom du collectif bafouait les droits individuels. Mais maintenant l'hyperindividualisme bafoue les droits collectifs. Là aussi, le balancier est parti trop loin. La technologie, la civilisation du mobile accompagne tout cela. Quand vous voyez le narcissisme des selfies et ces gens qui ne regardent plus le monde que par leur portable ! Dans ce contexte, on se retrouve avec des minorités activistes, qui en veulent toujours plus et qui souhaitent imposer aux autres leur vision du monde.

L'origine de ce nouveau "Bien" vous ramène systématiquement aux Etats-Unis, où sont presque toutes nées les différences mouvances néo-féministes, antispécistes, antiracistes et autres  telles qu'on les connait aujourd'hui. Comment expliquer le développement rapide et la prospérité de ces théories tout à fait propres au modèle américain en France ?

La France a longtemps eu un modèle qui lui était propre : la République. Avec la séparation de l'Eglise et de l'Etat, on séparait la conscience privée qui était du domaine privé et l'espace public où on devait respecter les croyances des autres sans les afficher. On le voit avec le problème du voile. Les Américains attaquent depuis toujours cette "laïcité" française, qui est assimilée par eux à du racisme ou de l'ostracisme envers les minorités, notamment la minorité musulmane.

Vous déclarez que les combattants du Bien et le "minoritarisme" sont les "idiots-utiles" du néolibéralisme. Vous prenez comme exemple l'explosion du nombre des ONG. Qu'est-ce qui est problématique dans cette évolution qui vous fait dire qu'il ne s'agit que d'un "business idéologique" ?

Les ONG au départ étaient de deux types. Il y avait la conception française qui étaient "médicales' et "humanitaires", et ne s'occupaient pas de politique locale. Les ONG anglo-saxonnes se sont développées, elles, avec une volonté d'ingérence. C'est une arme idéologique. Elles ont pour objectif de se substituer à une partie des actions des Etats.  Elles se situent entre le marché et  les entreprises  d’un côté et lesEtats et organisations  internationales de l’autre. C'est dans cette brèche que les ONG anglo-saxonne se sont engouffrées. Elles sont à la fois un business et une idéologie. C'est ce qui se passe avec George Soros par exemple. Il utilise l'argent qu'il a gagné par la spéculation pour promouvoir l'idée qu'il se fait de l'organisation politique du monde.

Face à ce genre d'adversaires, vous déclarez "Nous sommes les vrais progressistes", clamez-vous à la fin de votre livre. N'est-ce pas difficile d'opposer ce termes à des mouvances qui semble l'avoir accaparé ?

Effectivement, il y a un problème en France, depuis que la gauche a abandonné un certain nombre de combats avec la disparition de la lutte des classes. Celle-ci a été remplacée par la lutte des races, des sexes, et par ce concept dominant/dominé, victime/bourreau. Le bourreau aujourd'hui, pour ces minorités activistes,c’est l'homme blanc hétérosexuel. Les victimes sont tous les autres. Les femmes victimes du patriarcat, les homosexuels victimes pendant longtemps de l'opprobre, les noirs du racisme, l'Islam de l'islamophobie etc.

La gauche, elle, a adopté cette vision multi-culturaliste et a fait un calcul électoral,tout comme les démocrates américains ont joué les minorités contre la majorité. Et la majorité c’était la classe moyenne blanche. Le résultat est qu'Hillary Clinton a été battue et Trump élu. Le résultat en France est que la gauche a explosé en vol. Parce que la majorité existe et ne veut pas se faire laminer. Et surtout elle ne veut pas qu'on considère qu'elle est coupable. Et c'est ici que vient la question de la repentance. Il faut que l'Histoire soit écrite par les historiens et non en fonction de l'air du temps. L'histoire n'est pas univoque. Chaque pays a ses drames, ses succès. Ce n'est ni tout blanc, ni tout noir. L'histoire n'est pas un dogme. Nous demandons à ce qu'on revienne dès lors à des débats raisonnables. Et que la raison l'emporte sur les émotions ou les anathèmes. Ces minorités se sont imposéesaux  politiques qui vont à la pêche aux voix et qui craignent les réseaux sociaux. Elles imposent leur vocabulaire, tel le langage inclusif. Et elles  proclament être pour le progrès. Mais le progrès, c'est de faire progresser toute l'humanité. Pas seulement permettre la GPA, la PMA, etc. Ou de considérer que faire l'amour avec des animaux est égal à l'amour humain. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires