En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© DOMINIQUE FAGET / AFP
Bonnes feuilles
La logique révolutionnaire du féminisme face à la domination masculine
Publié le 15 septembre 2018
Le féminisme dépasse le simple cadre de l'émancipation des femmes. Cette idéologie cherche à transformer le monde face à la domination masculine quitte à en emprunter les codes. Extrait du livre "Libérons-nous du féminisme" de Bérénice Levet, publié aux éditions de l'Observatoire (1/2).
Bérénice Levet est philosophe et essayiste, auteur entre autres de La Théorie du Genre ou le monde rêvé des anges (Livre de Poche, préface de Michel Onfray), le Crépuscule des idoles progressistes (Stock) et vient de paraître : Libérons-nous du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bérénice Levet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bérénice Levet est philosophe et essayiste, auteur entre autres de La Théorie du Genre ou le monde rêvé des anges (Livre de Poche, préface de Michel Onfray), le Crépuscule des idoles progressistes (Stock) et vient de paraître : Libérons-nous du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le féminisme dépasse le simple cadre de l'émancipation des femmes. Cette idéologie cherche à transformer le monde face à la domination masculine quitte à en emprunter les codes. Extrait du livre "Libérons-nous du féminisme" de Bérénice Levet, publié aux éditions de l'Observatoire (1/2).

Le féminisme, une idéologie

 

Il est essentiel de comprendre que le féminisme n’est pas qu’« un mouvement social ayant pour objet l’émancipation de la femme, l’extension de ses droits en vue d’égaliser son statut avec celui de l’homme, tout particulièrement dans les domaines juridique, politique, économique », selon la définition du dictionnaire. Il est porté par un dessein autrement révolutionnaire, il entend faire table rase du passé et précipiter l’avènement d’un monde qui ne ressemblerait en rien au monde dont nous héritons.

Des protestations, des écrits, des actes en faveur des femmes, venant des femmes elles-mêmes mais non moins des hommes, il y en a eu tout au long des siècles. Ce qui est nouveau avec la naissance du féminisme comme mouvement politique, au début du xixe siècle, c’est précisément cette dimension d’idéologie, de « petit livre rouge », de grand récit – où, ainsi que l’a noté Jean-François Lyotard (Cf. Jean-François Lyotard, Le Postmoderne expliqué aux enfants, Éditions Galilée, 1986), c’est le futur à faire advenir qui vient légitimer les revendications et les pratiques.

Le féminisme s’inscrit dans la logique révolutionnaire de la tabula rasa, de la transformation du monde. La Révolution française marque en effet un changement décisif dans les esprits, elle inaugure l’ère du prométhéisme politique, elle introduit l’idée qu’il appartient aux hommes (au sens générique) de changer le monde, de régénérer l’humanité, de hâter la fin de l’histoire. Depuis l’Antiquité, la philosophie, la religion, les moralistes aiguillonnent l’homme dans le sens de la plus vigoureuse maîtrise de soi, du plus strict contrôle de ses bas instincts et de ses passions ; ensemble, ils l’encouragent à « se réformer », ce mot fort prisé au xviie siècle. Mais l’idée, centrale dans le marxisme, d’une autorédemption de l’homme est inconnue jusqu’au xviiie siècle, la conscience de la finitude humaine est vive. Il appartient à Dieu seul de sauver l’homme. On le corrige, on le perfectionne, on l’amende, mais on ne le régénère pas. 

Comme tous les systèmes en « -isme », le féminisme se présente et fonctionne comme une idéologie, au sens qu’Hannah Arendt a attaché à ce mot dans que Les Origines du totalitarisme : « Une idéologie, écrit la philosophe, est très littéralement ce que son nom indique : elle est la logique d’une Idée. »

Cette Idée, à partir de laquelle le féminisme va dévider tout le fil de l’histoire des femmes, est celle de la domination masculine. À partir de cette prémisse tenue pour un axiome, l’idéologie déduit tout le reste, proposant ainsi un récit d’une cohérence qui « ne se rencontre nulle part dans la réalité ». Le réel doit y entrer de gré ou de force. Mais c’est par là qu’il exerce sa séduction, le récit idéologique offre en effet ceci de formidablement réconfortant pour l’esprit humain : il « permet de tout expliquer jusqu’au moindre événement ».

Évidemment cela a un prix, pour pouvoir ainsi tout expliquer, il faut « s’affranchir de toute expérience », « s’émanciper de toute réalité que nous percevons au moyen de nos cinq sens et affirmer l’existence d’une réalité “plus vraie” qui se dissimule derrière les choses que l’on perçoit ». Les apparences sont trompeuses, fatalement trompeuses, mais la pensée avancée est instruite, elle ne s’y laisse pas prendre, elle va nous dessiller. L’« espace urbain » vous paraît, vous apparaît comme un lieu de mixité, également partagé par les hommes et les femmes ; « trompe-l’œil », proteste l’universitaire militant Yves Raibaud : « La ville est faite par les hommes et pour les hommes. » Le démon de l’idéologie est l’abstraction. Le monde réel est remplacé par un monde fictif.

La pensée idéologique « ne peut rien apprendre de nouveau de l’expérience », note Hannah Arendt. Le récit idéologique est un écran tiré entre soi et le réel. Comme Tartuffe, il « met en état de tout voir, sans rien croire ». Il a une assurance prise contre le réel, sa complexité, son imprévisibilité, ses nuances.

Le féminisme prétend ainsi détenir la clé qui ouvrira toutes les portes des comportements des hommes. Il ne parle donc qu’une langue, celle de la domination masculine. Tout doit être retraduit dans les termes de la soumission, de l’oppression. Quelle que soit la nature de leur relation, dès lors qu’un homme et une femme se trouvent en présence, surgit un rapport de force, et un rapport de force immuable, où toujours l’homme est la bête, le prédateur, et la femme, la belle, la proie. 

Extrait du livre "Libérons-nous du féminisme" de Bérénice Levet, publié aux éditions de l'Observatoire

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires