En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

05.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 2 heures 25 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 5 heures 6 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 8 heures 41 sec
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 9 heures 46 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 23 heures 46 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 1 jour 50 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 7 heures 16 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 7 heures 30 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 8 heures 49 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 9 heures 33 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 10 heures 23 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 1 jour 13 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 1 jour 1 heure
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Bonnes feuilles

Quand le genre devient un système de différenciation sociale au service de rapports de domination

Publié le 15 septembre 2018
Pour les militantes féministes radicales toute différenciation devrait être considérée comme une forme déguisée et perverse d’oppression. Les hommes blancs hétérosexuels deviennent alors des bourreaux et l’existence même d’un fait majoritaire devient un scandale à stopper de toute urgence. Extrait du livre "Délivrez-nous du Bien !" de Natacha Polony et Jean-Michel Quatrepoint, publié aux éditions de l'Observatoire (1/2).
Natacha Polony
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natacha Polony est directrice de la rédaction de Marianne et essayiste. Elle a publié Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon) et Changer la vie (éditions de L'Observatoire, 2017).
Voir la bio
Jean-Michel Quatrepoint
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Quatrepoint est journaliste. Après onze ans passés au Monde, il a dirigé les rédactions de l’Agefi, de la Tribune et du Nouvel Economiste. Il a été pendant quinze ans le patron de La Lettre A. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour les militantes féministes radicales toute différenciation devrait être considérée comme une forme déguisée et perverse d’oppression. Les hommes blancs hétérosexuels deviennent alors des bourreaux et l’existence même d’un fait majoritaire devient un scandale à stopper de toute urgence. Extrait du livre "Délivrez-nous du Bien !" de Natacha Polony et Jean-Michel Quatrepoint, publié aux éditions de l'Observatoire (1/2).

Queer signifie « tordu », « étrange », et s’oppose à straight, « ce qui est droit ». Comme souvent, ce qui était une insulte a été repris comme un étendard par ceux qu’elle visait. Et l’émergence de ce concept, c’est l’étape suivante : dans une perspective politique, « le genre, écrit la psychologue et universitaire Patricia Mercader, n’est plus seulement défini comme le versant psychosocial de la différence des sexes, mais comme un système de différenciation sociale au service de rapports de domination  » (Patricia Mercadier, « Le genre, la psychanalyse, la “nature” », in Hommes, femmes, la construction de la différence, sous la direction de Françoise Héritier, Le Pommier, 2005).

En clair, cela signifie que toute différenciation doit être considérée, pour les militantes féministes radicales, comme une forme déguisée et perverse d’oppression. Un esprit un peu éveillé pourrait faire remarquer que les mêmes féministes radicales organisent pourtant des « ateliers non mixtes », pratique dont la France a découvert l’existence en 2017, au moment où un festival « afro-féministe militant » a importé cette pratique, une fois encore venue des États-Unis. Précision pour le néophyte – et toujours pour lui éviter le futur camp de rééducation dirigé par Caroline De Haas et Christiane Taubira : la différenciation n’est autorisée que pour la victime, le dominé, qui doit pouvoir se définir lui-même. Si l’autre, par son regard, l’assigne à une identité, c’est au contraire une ignoble domination. D’où cet autre concept que le lecteur attentif de l’actualité a dû rencontrer dans les inévitables réunions « en nonmixité » qui se fixent désormais sur chaque mouvement social, « Nuit debout », l’occupation de la faculté de Tolbiac ou les manifestations de cheminots en colère : « cis ». Un cis-genre, un cis-homme, un cis-Blanc, un cis-hétéro, c’est quelqu’un qui se sent à l’aise dans l’identité que lui assigne la société. Bref, c’est un dominant ou un complice de dominant. 

Où l’on comprend comment s’opère la « convergence des luttes » contre « toutes les formes de domination ». Le féminisme américain, façonné par les études de genre, a calqué son combat sur celui des minorités sexuelles. D’un combat politique d’émancipation et de lutte pour l’égalité, le féminisme est devenu, à l’instar du mouvement homosexuel, un combat culturel pour l’effacement de toute idée de norme ou de fait majoritaire. Les femmes – 49,6 % de l’humanité – sont une minorité et une minorité est forcément opprimée. Entendons-nous bien : il ne s’agit nullement de nier ou de minorer les violences faites aux femmes, pas plus que celles faites aux minorités sexuelles, ethniques ou autres. Le racisme existe, le sexisme et le machisme aussi. Quant aux préjugés homophobes, ils sont pléthore. Et la vie de certains homosexuels, notamment en dehors du centre des grandes métropoles, est encore trop souvent un cauchemar. Mais faut-il, pour y mettre fin, transformer tous les hommes blancs hétérosexuels en bourreaux et faire de l’existence même d’un fait majoritaire un scandale à stopper d’urgence ?

Dans son livre, Comment l’amour empoisonne les femmes, la journaliste Peggy Sastre, l’une des rédactrices de la désormais fameuse « tribune des 100 femmes », écrit : « Selon une étude publiée en 2014 par Guy Madison, Ulrika Aas, John Wallert et Michael A. Woodley, [une explication de l’orientation idéologique du féminisme] serait que les féministes ne sont pas représentatives de la population féminine, et ce selon deux critères majeurs : l’orientation sexuelle et le caractère dominant. Par exemple, il note que si environ 5,5 % de la population féminine générale n’est pas exclusivement hétérosexuelle, le pourcentage s’élève à près de 45 % chez les militantes féministes. » (Peggy Sastre, Comment l’amour empoisonne les femmes. Du surinvestissement sentimental et des moyens d’y remédier, Anne Carrière Éditions, 2018). Certes, l’étude citée se fonde elle-même sur une autre étude américaine, dont les chiffres donneraient plutôt 37 % de non-hétérosexuelles parmi les femmes qui se disent féministes, mais la donnée recoupe l’évolution des études universitaires sur le féminisme. Judith Butler et nombre de ses épigones font l’amalgame entre le combat féministe et la lutte pour la reconnaissance des minorités sexuelles. Quel est le problème ? Disons que c’est toute la limite des sciences humaines que de mêler sujet et objet. Le chercheur choisit un sujet parce qu’il l’intéresse, et cet intérêt a tendance à orienter sa façon de regarder l’objet de son étude. Pour le dire autrement, déléguer la réflexion sur les rapports hommes-femmes essentiellement à des lesbiennes, c’est un peu comme confier la critique gastronomique à des anorexiques ou à des végans : cela détermine légèrement le propos.

Extrait du livre "Délivrez-nous du Bien !" de Natacha Polony et Jean-Michel Quatrepoint, publié aux éditions de l'Observatoire

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires