En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 3 heures 23 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 3 heures 49 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 5 heures 18 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 6 heures 36 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 8 heures 56 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 11 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 3 heures 24 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 4 heures 35 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 5 heures 55 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 8 heures 19 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 10 heures 31 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 12 heures 37 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 13 heures 17 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 15 heures 9 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Triste constat

Développement : une politique pour le reste du monde digne de l’ancien monde

Publié le 13 septembre 2018
"La politique du gouvernement en faveur des pays du nouveau monde reste marquée par les habitudes de l’ancien monde".
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"La politique du gouvernement en faveur des pays du nouveau monde reste marquée par les habitudes de l’ancien monde".

A l’occasion de la Conférence des Ambassadeurs, la stratégie en matière de politique de développement de la France a été esquissée : plus de moyens, plus de partenarial avec la société civile, et surtout une action renforcée de l’Agence Française de Développement (AFD). 

Disons-le sans ambages : au-delà d’objectifs généreux que l’on peut partager, la politique du gouvernement en faveur des pays du nouveau monde reste marquée par les habitudes de l’ancien monde.
 
Premièrement, elle acte la continuité de la politique du chiffre, écartant une approche qualitative du développement. Le projet de budget pour 2019, en cours de finalisation, prévoit 1 milliard d’euros d’engagements supplémentaires dès 2019. Elle accompagne les propositions inflationnistes du rapport du député Berville : création de nouveaux dispositifs (Fonds dédié à l’innovation et à l’expérimentation, programmes d’expertise ou liés aux diasporas) et augmentation des moyens (soutien des ambassades aux initiatives locales et de la société civile, action humanitaire et de stabilisation). En un mot, c’est bien une politique du « toujours plus », alors que la priorité, compte tenu de l’état des finances publiques et de l’inefficacité constatée de cette politique, est d’évidence une politique du « mieux ». De surcroît, cette politique amplifie le risque financier élevé qui pèse sur les Etats confrontés à un mur de dette contractée pour financer des projets souvent sans rentabilité effective. Aussi, l’exposition aux risques financiers de l’AFD, dont le bilan s’élève désormais à 40 milliards d’euros fin 2017 (et 12 milliards de hors-bilan) n’est pas suffisamment considérée.  
 
Deuxièmement, une politique aveugle aux tendances, sans vision. La France s’obstine dans sa posture naïve à l’égard de la Chine, dont l’action en Afrique est innervée par ses objectifs de puissance. Le pacte chinafricain (investissements dans les infrastructures physiques et numériques) risque ainsi d’accélérer la fin de la France en Afrique. La Chine apporte aux Gouvernements africains des solutions d’investissement accéléré et leur permet de se détourner des critères de démocratie et de bonne gouvernance. Dans un tel contexte, la marginalisation de la France est inéluctable. Pire : alors que la question migratoire est au centre des préoccupations des français et qu’elle fracture l’Europe, la stratégie présentée n’en dit rien ou presque, pas plus d’ailleurs que sur la place de nos entreprises. La Chine, elle, mobilise ses géants BATX au service d’une stratégie économique de long terme en Afrique. 
 
Troisièmement, une gouvernance dysfonctionnelle. La montée en puissance de l’AFD traduit une approche erronée de notre politique extérieure : on augmente les moyens de l’AFD quand ceux du Quai d’Orsay diminuent. Pourtant, la Cour des comptes critiquait dès 2012 le déficit de tutelle politique sur l’AFD. Contre toute logique, et au mépris des prérogatives du Ministère des affaires étrangères qui est pourtant son administration de tutelle, c’est l’AFD qui s’affirme.
 
Alors que faire ? Qu’il soit permis ici de tracer deux pistes. 
 
Tout d’abord, réduire et prioriser nos interventions : assumer une politique qualitative, abandonner l’objectif de 0,7 % du PIB qui ne relève d’aucune rationalité, réduire nos interventions et les concentrer là où elles sont utiles. La réorientation de notre APD passe notamment par la réduction de nos contributions multilatérales en se désengageant des organisations ne relevant pas d’une géographie prioritaire et aux petits fonds multilatéraux non stratégiques et en imposant la baisse des charges des organisations multilatérales, notamment salariales et de pensions. Les interventions bilatérales (dons-projets, subventions aux ONG) doivent être réduites, plus transparentes, et mieux priorisées. 
 
Ensuite, encourager l’initiative privée. C’est largement aux entreprises de gagner la bataille du développement. Aux startups technologiques, pour abaisser significativement le coût du développement qu’il s’agisse de l’accès à l’eau (désalinisation), à l’énergie (solaire) ou des questions de santé. Aux grands groupes de trouver des solutions pour les pays se développent par leur formation, leurs infrastructures... Pour les entreprises françaises, il s’agit de trouver des relais de croissance et de capitaliser véritablement sur les dynamiques de la Francophonie économique.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires