En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 19 min 42 sec
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 51 min 44 sec
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 3 heures 21 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 4 heures 28 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 5 heures 32 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 7 heures 33 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 31 min 41 sec
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 5 heures 6 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 5 heures 53 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 12 heures 58 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Leader charismatique ?

Macron sauveur de l’Europe progressiste ? Le doute s’installe chez ses alliés à l’étranger

Publié le 09 septembre 2018
L'image du chef de l'Etat est écornée dans la presse étrangère, principalement chez nos voisins européens. Emmanuel Macron est passé du sauveur de l'Europe en 2017 à une pluie de critiques aujourd'hui.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'image du chef de l'Etat est écornée dans la presse étrangère, principalement chez nos voisins européens. Emmanuel Macron est passé du sauveur de l'Europe en 2017 à une pluie de critiques aujourd'hui.

Atlantico : "Le président qui brûle avec son propre feu d'artifice " pour Die Welt, "le roi soleil devient normal (...) le président français est déjà presque comme Merkel : faible et insipide" pour le Tageszeitung , "Salvini est un policitien extraordinaire, Macron ne l'est pas, du moins, pas encore" pour le Spectator. Emmanuel Macron perd peu à peu son aura auprès de la presse étrangère, essuyant les critiques logiques d'opposants, mais fait nouveau, c'est désormais la presse, comme Die Welt, qui fustige aujourd’hui le président français. Comment expliquer un tel virage, passant d'un Emmanuel Macron "sauveur de l'Europe" en 2017 aux critiques d'aujourd'hui ? 

 
Christophe Bouillaud : Premièrement, ne négligeons pas la mécanique de la presse de masse elle-même pour faire nouvelle, pour attirer l’attention des lecteurs : tout d’abord, elle surestime un personnage public  – première occasion de faire nouvelle-, ensuite, elle retourne entièrement le discours en abaissant plus bas que terre le même personnage – seconde occasion de faire nouvelle. Et ainsi de suite. En devenant Président de la République, il était inévitable de ce point de vue qu’il y ait un ressac de  l’image d’Emmanuel Macron dans les médias, qu’ils soient français ou étrangers. 
 
Deuxièmement, il y a la difficulté constatable par tous à faire aboutir les projets de plus grande intégration proposé par Emmanuel Macron. Cela correspond tout d’abord au fait que ces projets ne correspondent pas exactement à ce que veulent la majorité des dirigeants européens actuels. Il est de plus en plus évident au fil des mois que la « relance européenne » que souhaiterait E. Macron», sur le modèle de ce qui s’est fait dans les années 1950 avec le Marché commun ou dans les années 1980-90 avec le Marché Unique et l’Union économique et monétaire, n’a aucun soutien structuré et dynamique derrière lui. Même la gauche socialiste et social-démocrate du PSE se révèle ambigüe et désunie sur ce projet – d’autant plus qu’elle se trouve amputée du Labour britannique et qu’elle est reléguée dans l’opposition dans de nombreux pays. Ne parlons pas des libéraux de l’ALDE plus divisés que ne le laisserait croire les déclarations de leur chef parlementaire, Guy Verhofstadt, ou des conservateurs du PPE, totalement divisés sur le fédéralisme.
 
A cela s’ajoute troisièmement la montée en puissance d’oppositions de plus en plus visible à ces projets que ce soit au niveau de certains Etats ou dans les électorats. De ce point de vue, tout ne dépend évidemment pas d’Emmanuel Macron : par exemple, en Allemagne, l’ouverture migratoire de l’automne 2015 a d’évidence eu toute une série de conséquences politiques dont les récentes manifestations de Chemnitz sont les derniers avatars. Dans l’Union européenne de 2018, il faut bien constater que prêcher plus d’intégration européenne devant les électeurs n’est pas vraiment la clé du succès électoral. 
 
Enfin, quatrièmement,  il y a le fait que sur l’immigration, qui occupe actuellement le devant de la scène européenne, la position d’Emmanuel Macron est perçue comme parfaitement hypocrite. En politique intérieure, il soutient un Ministre de l’Intérieur, G. Collomb, qui fait le job pour limiter l’immigration, légale ou illégale d’ailleurs – Salvini, l’actuel Ministre de l’Intérieur italien en disait même du bien dans sa propre campagne électorale -, et il demande en même temps à d’autres pays de prendre leur lot d’immigrants. Cette incohérence d’une France qui se veut elle-même désormais fermée à l’immigration et veut que d’autres pays prennent des immigrés sur leur sol,   est bien connue des autres Européens, en particulier des Italiens. La politiste Sofia Ventura le faisait remarquer dans une récente tribune publiée dans le Monde. En plus, la France comme pays, bien au-delà de la seule personnalité d’Emmanuel Macron, ne bénéficie nullement de l’image d’un pays qui aurait réussi l’intégration de ses immigrés. Notre modèle «républicain » ne fait rêver personne. Pour une part de la droite et l’extrême droite européennes, la France est même devenue l’image même de ce qu’il ne faut pas faire. Autrement dit, sur ce point précis, les gouvernants français donnent aux autres l’impression d’alcooliques fort malades de cirrhose en cure de désintoxication qui proposeraient aux autres dirigeants de boire une bonne rasade d’alcool fort pour rétablir un juste équilibre de la maladie du foie en Europe.  Cette hypocrisie n’est pas jouable longtemps. 
 
 

Au-delà de la presse, ce sentiment de défiance des pro-européens en Europe à l'égard d'Emmanuel Macron est-il perceptible ? Dans quelle mesure cette fracture pourrait-elle s'avérer dangereuse pour le président français ? 

 
Pour l’instant, Emmanuel Macron reste pris en compte dans le jeu européen. Par contre, il est très dépendant de ce qui peut se passer au sein du PPE. Normalement, le PPE va désigner son candidat à la Présidence de la Commission, et, comme le PPE arrivera en tête du nombre d’élus européens selon toute probabilité, c’est ce candidat qui sera nommé président de la nouvelle Commission européenne. Et, de fait, il faudra bien reconduire une grande coalition au sein du Parlement européen où le PSE et l’ALDE joueront les utilités. E. Macron, en essayant de perturber ce mécanisme, risque de faire basculer vraiment le PPE dans une alliance avec les partis situés à sa droite. Autrement dit, en voulant politiser le débat entre lui-même et un axe Salvini-Orban, E. Macron prend le risque de précipiter une crise au moment de la formation de la future Commission. Or, à mon avis, personne parmi les dirigeants européens – en dehors des deux boutefeux déjà cités – n’envisage une Commission qui ne ferait pas place à toutes les sensibilités politiques. Comme chaque pays nomme son propre Commissaire, un pays dirigé par les gauches comme le Portugal par exemple aurait quelque difficulté à proposer un nom pour une Commission soutenue au Parlement européen seulement par la droite et une partie des extrêmes-droites. Les institutions européennes marchent au consensus, et la tentative d’E. Macron de cliver ne peut que compliquer encore les choses dans le cadre ces institutions-là. Evidemment, cette absence de réalisme peut finir par énerver A. Merkel et la CDU, qui tiennent les deux bouts du consensus à créer obligatoirement pour avoir une Commission fonctionnelle.
 

Quels sont les risques de voir ce phénomène se propager à la France, et conduire à un reflux des soutiens "européistes" à Emmanuel Macron ?

 
Pour ce qui est de la France, cela m’étonnerait que les électeurs européistes se détachent d’Emmanuel Macron. En effet, il y a fort à parier que la campagne de LREM les appellera à constituer un rempart contre la montée des extrémismes de droite et de gauche. Le but affiché sera d’arriver en tête en termes de suffrages – même si d’ores et déjà, selon les sondages disponibles, on peut deviner que la somme des résultats des partis qualifiés d’extrémistes dépassera le score de LREM. Les conséquences négatives qu’on fera présager à ces électeurs européistes s’ils ne votent pas LREM seront telles que cela devrait les dissuader d’exprimer leur insatisfaction. De plus, il est probable que les velléités d’indépendance du centre-droit rallié à E. Macron rentrent rapidement dans le rang, et que le PS soit toujours dans l’état de choc post-traumatique qui le marque depuis plus d’un an. 
 
On peut même considérer que  l’acceptation publique par E. Macron de la querelle publique que lui cherchent Salvini et Orban fait partie d’une stratégie de stabilisation de l’électorat macroniste et de conquête d’un électorat modéré de gauche ou de droite effrayé par la fameuse montée des populismes. Le populisme semble en effet avoir désormais à peu près tenir la même place que le communisme autrefois – ce qu’il faut craindre à tout prix – dans la rhétorique des partisans du statu quo.  Il ne reste plus à LREM que mettre un bouclier ou un mur dans son logo. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires