En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

Les Espagnols se défoncent aux champignons hallucinogènes

02.

Le journalisme au conditionnel

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 30 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 2 heures 26 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 3 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 4 heures 29 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 6 heures 56 sec
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 6 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 18 heures 12 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 55 min 13 sec
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 3 heures 6 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 6 heures 40 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 18 heures 30 min
Bonnes feuilles

La Russie, acteur majeur de la guerre pour l'information

Publié le 11 août 2018
Extrait du livre "La cyberdéfense, politique de l'espace numérique" de Stéphane Taillat, Amaël Cattaruzza et Didier Danet aux éditions Armand Colin. (1/2)
Julien Nocetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Nocetti est chercheur à l'Institut français des relations internationales (Ifri) depuis 2009. Ses recherches actuelles portent sur la diplomatie du numérique et de l'intelligence artificielle, la gouvernance de la cyversécurité et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Extrait du livre "La cyberdéfense, politique de l'espace numérique" de Stéphane Taillat, Amaël Cattaruzza et Didier Danet aux éditions Armand Colin. (1/2)

On connaît l’appétence de la Russie pour le recours aux technologies numériques dans sa diplomatie publique, ou plutôt dans la « guerre de l’information » à laquelle elle se livre avec les Occidentaux. La crise en Ukraine, dès 2014, puis la campagne présidentielle américaine de 2016 ont montré sinon la sophistication, du moins l’étendue des techniques russes de propagande, de désinformation et de manipulation de l’information à des fins stratégiques. Dans une vie politique internationale où l’on assiste depuis quelques années à un « retour » de la géopolitique (Mead, 2014), la rivalité pour le « récit » et les idées pèse fortement dans la balance stratégique. « Post-vérité » aidant, la Russie ambitionne de contribuer au reformatage d’un ordre international en voie accélérée, selon elle, de désoccidentalisation, ou du moins dans lequel la prééminence de l’Occident est remise en question grâce aux potentialités des outils numériques.

Il y a toutefois un versant de la «  guerre informationnelle  » de Moscou, complémentaire, qu’il est fréquent d’occulter, au profit d’une analyse qui, en Occident, met l’accent sur la myriade de censures visant les médias et le Web russes depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012. Or les manœuvres informationnelles russes sont tout aussi largement motivées par des considérations de politique intérieure, que nous replacerons ici dans le cadre de la double volonté du Kremlin de maintenir et renforcer la légitimité du régime – donc de Vladimir Poutine – et d’empêcher tout scénario analogue aux « printemps arabes », qui verrait la population se liguer contre les autorités via une utilisation politique du numérique. Le maître-mot de la politique numérique russe est donc celui de souveraineté, laquelle doit s’appréhender sous le double angle informationnel et économique, le Kremlin souhaitant amoindrir la dépendance du pays à l’égard des principales plateformes américaines. 

Une quête de stabilité à tout prix

La politique numérique de la Russie traduit une crainte sécuritaire vivace, ce qui ne doit guère surprendre. État-nation relativement jeune, la Russie a traversé une transition particulièrement chaotique vers l’économie de marché et le pluralisme politique dans les années 1990, d’où un puissant sentiment d’insécurité, qui trouve en partie son origine dans les interactions complexes entre les autorités politiques et l’écosystème médiatique depuis les années 1980, lorsque les dirigeants soviétiques ouvrirent partiellement l’information aux masses. Au cours de la décennie 2000, alors que la Russie tentait de recouvrer sa pleine souveraineté et luttait contre la « perméabilité » de son voisinage, Vladimir Poutine a commencé à voir en la révolution de l’information – portée par la croissance très rapide de l’accès à l’Internet – un des composants les plus intrusifs de l’expansionnisme américain dans l’espace postsoviétique.

Il est indiscutable que les « printemps arabes » de l’année 2011 ont eu un impact profond et durable chez les élites politiques russes. Après avoir observé le rôle moteur des technologies numériques – microblogs comme Twitter, plateformes de vidéo comme YouTube, réseaux sociaux comme Facebook – dans les mobilisations populaires en Tunisie, en Libye et en Égypte, le Kremlin et les « structures de force » (ministère de l’Intérieur, services de contre-espionnage, etc.) commencèrent à porter une attention soutenue aux usages politiques du numérique. Les révoltes arabes furent suivies, quelques mois plus tard, par une séquence électorale en Russie – élections législatives en décembre 2011 et présidentielle en mars 2012 – qui réactivèrent rapidement l’anxiété des responsables russes envers le « pouvoir des réseaux », craignant un effet boule de neige dans le pays, alors que les manifestations de masse furent largement coordonnées et facilitées par une utilisation très étudiée du numérique (Nocetti, 2012). À cette époque, l’opposition politique trouve un refuge bienvenu en ligne par manque d’espace dans la vie politique traditionnelle. Se développent de nouvelles formes d’activisme via le Web, qu’une personnalité comme l’avocatblogueur Alexeï Navalny a par exemple finement appréhendé, en contraignant les autorités politiques et les milieux économiques à rendre des comptes par un décodage permanent et collaboratif. Une brèche s’est ouverte dans la vie politique russe – que les hautes autorités tenteront de colmater progressivement et de façon sophistiquée sous la présidence de Dmitri Medvedev, et plus brutalement depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en mai 2012. En d’autres termes, Moscou perçoit Internet comme politiquement nuisible puisqu’il permet à n’importe quel citoyen de contourner les médias dits traditionnels, très majoritairement contrôlés par le gouvernement, comme la télévision.

 

 

Depuis le troisième mandat de Vladimir Poutine au Kremlin, l’arsenal législatif à l’encontre d’Internet se renforce. Les parlementaires russes ont depuis lors fait montre d’un activisme législatif certain. Certaines lois adoptées ont trouvé un écho médiatique en Occident, comme celle annonçant la création d’un «  registre unique  » de sites web interdits faisant l’apologie de la pédopornographie, de l’usage de drogues et du suicide (novembre 2012) ou celle réprimant le piratage en ligne, censément protéger les propriétaires de droit d’auteur, qui inquiète fortement l’industrie locale du Web.

L’après Snowden et la « souveraineté de l’information »

Ce sont cependant les révélations d’Edward Snowden, à partir de juin 2013, sur les pratiques de surveillance de la National Security Agency (NSA) qui ont permis aux autorités russes de légitimer leurs propres pratiques et d’imposer de nouvelles législations contraignantes à l’égard de la sphère numérique. L’une des justifications apportées est que les politiques en matière de respect de la vie privée adoptées par les géants du Net (Google, Facebook, Twitter, etc.) menacent la souveraineté numérique de la Russie et, partant, la sécurité nationale. Plusieurs parlementaires (à la Douma et au Conseil de la Fédération) ont alors suggéré que l’ensemble des serveurs sur lesquels sont stockées les données personnelles des citoyens russes devraient être transférés en Russie. Les mêmes ont entamé une campagne médiatique dans le but de placer les grandes plateformes numériques sous juridiction russe – soit en exigeant qu’elles soient accessibles en Russie sous l’extension .ru, soit en les obligeant à être hébergées sur le territoire russe.

Bien que non spécifiques à la Russie, les projets visant à promouvoir les technologies numériques nationales, à créer une messagerie souveraine sécurisée et à rediriger le routage vers le territoire russe sont bien dans l’esprit du temps à Moscou, où réduire la dépendance du pays envers les technologies occidentales, principalement américaines, demeure un objectif significatif. L’affirmation selon laquelle Internet est utilisé par l’Occident pour renverser des régimes dans des pays où l’opposition est trop faible pour mobiliser les masses est ainsi l’approche des dirigeants russes vis-à-vis du numérique. S’y greffe une sorte de malaise sur la vulnérabilité de la culture nationale russe envers les « influences extérieures ».

Les propos de Vladimir Poutine qualifiant, en 2014, Internet de « projet de la CIA » ne sont, dans ce contexte, pas fortuits : ils font consensus chez l’écrasante majorité des élites politiques et sécuritaires du pays. Contrer l’hégémonisme perçu des États-Unis sur Internet constitue ainsi l’alpha et l’oméga d’une politique numérique qui, depuis le mandat de Dmitri Medvedev (2008-2012), vise à « russifier » l’Internet « national ». Le développement de technologies et de services « nationaux » – moteur de recherche, système d’exploitation mobile, alternatives russes à Wikipédia et YouTube, etc. – doit selon cette vision servir à légitimer un discours souverainiste et… à encadrer les usages, via des plateformes non soumises au droit californien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Russie, edward snowden
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires