En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Petras Malukas / AFP
Climat de suspicion
Pourquoi le Blockchain déroute tant les entreprises
Publié le 04 août 2018
De nombreuses firmes vont mettre un frein à leurs expérimentations qui visent à introduire la blockchain dans leur modèle de fonctionnement. En quoi cette technologie serait pourtant utile aux entreprises ?
David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Fayon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreuses firmes vont mettre un frein à leurs expérimentations qui visent à introduire la blockchain dans leur modèle de fonctionnement. En quoi cette technologie serait pourtant utile aux entreprises ?

Un article de Bloomberg nous informe que bon nombre d’entreprises vont mettre un frein à leurs expérimentations qui visent à introduire la blockchain dans leur modèle de fonctionnement. En quoi cette technologie serait pourtant utile aux entreprises ? 

 
David Fayon : Déjà beaucoup assimilent à tort la blockchain aux crypto-monnaies de type Bitcoin. C’est un aspect très réducteur même s’il existe plus de 1 800 crypto-monnaies (https://currencio.co) et que même Nabilla (https://www.youtube.com/watch?v=9Eys7uaZOvw) a fait l’apologie du Bitcoin alors que sa cotation était au plus haut. Avec la technologie qui repose sur les chaînes de blocs, les usages sont très divers.
 
Toute la technologie repose sur le jeton (token) et sur trois caractéristiques importantes : la traçabilité, la confiance avec un très haut niveau de sécurité, l’anonymat.
 
La technologie blockchain, décentralisée, supprime les intermédiaires, la preuve (ou le process de signature) étant par ailleurs distribuée et non centralisée. On retrouve les concepts initiaux du réseau Internet à ses débuts avant l’arrivée des GAFA. Ceux-ci ont abouti à une recentralisation du réseau des réseaux et à l’omnipotence numérique de quelques géants.
 
Les transferts d’actifs (et pas seulement pour le seul transfert d’argent où avec des intermédiaires en moins, les frais sont réduits, ce qui constitue par ailleurs une menace pour les banques et surtout les chambres de compensation) concernent aussi les titres de propriété, les votes, etc. 
 
Avec les « contrats intelligents », programmes autonomes qui s’exécutent automatiquement une fois des conditions préalablement définies vérifiées (du type « si » condition « alors » action), il est possible de générer des actions automatiquement. Ce peut être par exemple pour des décisions d’achat ou de vente.
 
Enfin la blockchain est utilisée en tant que registre avec traçabilité et certification. Les applications concernent tous les documents légaux comme certificats de naissance, de mariage, diplômes, actes notariés, etc. La blockchain ne permet cependant pas de dire si un document est vrai mais de prouver son existence selon cette forme à la date de son enregistrement. Nous avons toujours une personne en amont du processus.
 
On peut avoir des applications en s’appuyant par exemple sur la preuve distribuée dans des domaines aussi divers que la logistique, la traçabilité alimentaire, etc. On peut imaginer différentes App sur son smartphone qui vont pulluler. Par exemple si un client veut connaître l’influence dans un restaurant avant d’opérer une réservation, il peut lancer une demande de photo de ce restaurant à l’instant présent auprès des clients présents puis après réception payer une micro-somme à la personne anonyme qui aura rendu ce service en crypto-monnaie. Dans le cas présent, cela nous permet de faire une double utilisation de la blockchain, d’une part pour la demande du client, d’autre part pour la rémunération du service rendu.
 
Des services existants peuvent être améliorés ou optimisés et en même temps de nouveaux produits et services peuvent naître.

 

Comment expliquer alors ce coup de frein mis par les grandes entreprises ? 

 
Nous connaissons une sur-attente pour la blockchain avec, pour les dirigeants, le fait d’avoir des services optimisés ou nouveaux très rapidement avec un retour sur investissement rapidement visible car ils ont des objectifs à court terme pour la majorité d’entre eux. Il existe d’ailleurs un « Hype Cycle pour la blockchain » comme pour toute nouvelle technologie. Le Gartner a conceptualisé ceci et pour celui de l’année 2017 (cf. figure), on voit clairement que la blockchain commence sa « décrue » depuis le pic des attentes observé en 2016 et en 2018, on se situe dans le début d’une phase de désillusion. Mais dans quelques années, avec la plus grande maturité, nous atteindrons un plateau de productivité comme c’est actuellement le cas pour la réalité virtuelle par exemple. Le coup de frein constaté n’est que temporaire.
 
 
Des expérimentations (de type Proof of Concept - PoC) sont menées dans les grandes entreprises mais elles ne donnent pas toujours matière à des industrialisations, lesquelles peuvent être moins nombreuses à certains moment, pour des raisons d’arbitrages. La mise en œuvre de projets reposant sur la blockchain nécessite, au-delà des expérimentations, lors de la phase de généralisation du temps car la conduite du changement est un processus complexe qui nécessite du dialogue en associant les parties prenantes, en donnant la question du sens, en faisant évoluer les tâches et les missions du personnel. Des projets blockchain peuvent amener à des changements des habitudes, par exemple l’exemple du vote pour les réunions d’actionnaires pour Nasdaq Inc. Mais ce qui compte c’est la création de valeur in fine et la vision moyen/long terme qui fait défaut ou lorsqu’elle existe au sein d’une entité dédiée n’a pas toujours les moyens de peser politiquement sur le destin de l’entreprise.
 
Aussi, une logique d’attente prévaut pour certaines entreprises afin que d’autres essuient les plâtres. C’est une question de priorité d’autant que les technologies qui peuvent révolutionner le travail, les offres des entreprises sont légion : cloud, big data, intelligence artificielle, etc. Et qu’il existe matière à innover différemment.
 
 

N’y a-t-il pas eu un « effet de mode » concernant la blockchain qui serait en train de retomber ? 

 
Il est vrai que blockchain a été élu mot numérique 2016 et certains pensent qu’avec l’effet buzz qu’a généré le mot, ce serait une panacée ouvrant la voie à pleins d’usages car les promesses de la blockchain sont importantes. Pour autant, par nature disruptive, cette technologie doit trouver un équilibre dans le changement qu’elle induit avec l’organisation, les personnes, l’environnement, l’offre de l’entreprise et sa stratégie. C’est le propre de la transformation digitale qui n’est pas que technologique et relative à l’innovation mais qui comprend 5 autres leviers. La composante humaine est essentielle.
 
Il reste à former et à évangéliser les dirigeants pour qu’au niveau du comité exécutif des grands groupes il existe une doctrine de la blockchain et de ses usages possibles selon son(ses) domaine(s) d’activité(s) stratégique(s).
 
Pour IBM et Microsoft, ce sont des sujets stratégiques qui font partie de leur diversification. Pour IBM, la blockchain est un domaine à part entière au côté de l’intelligence artificielle avec Watson, du cloud et de sa prochaine frontière, l’ordinateur quantique. IBM et Microsoft qui sont des entreprises hautement profitables peuvent investir beaucoup même si les vraies retombées seront à 5 ans.
 
Dans Blockchain and the Law: The Rule of Code (Harvard University Press, avril 2018), Primavera De Filippi et Aaron Wright indiquent que la blockchain par la possibilité de créer des programmes informatiques autonomes, « contrats intelligents », outre le fait qu’elle permet d’accélérer les paiements, de créer des instruments financiers, d’organiser l'échange de données et d'informations et de faciliter les interactions entre les humains et les machines, permet de nouvelles structures organisationnelles qui favorisent une prise de décision plus démocratique et participative. La loi doit évoluer selon ce nouveau paradigme comme ce fut le cas avec le développement rapide d’Internet. Et cela prend du temps. 
 
Des standards vont s’établir. Plusieurs projets existent avec des consortiums qui se créent comme Hyperledger qui est une plateforme open source sur laquelle plusieurs entreprises pourront trouver intérêt. Même si les usages ne sont pas encore mûrs, la révolution blockchain est bien là, et pour longtemps.
 
La troisième édition du forum Blockchain Agora (http://www.blockchain-agora.com/) par exemple se tiendra le 15 novembre à Télécom ParisTech, signe que le phénomène n’est pas éphémère mais s’inscrit véritablement dans la durée.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
04.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
05.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
La résignation des chômeurs face à la loi d’airain de l’offre et de la demande
01.
"Benghazi ne tombera pas en un jour"
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires