En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Manan VATSYAYANA / AFP
Silence ils tuent
Ortega, Castro, Guevara, Staline : la fabrique (monstrueuse) des héros
Publié le 03 août 2018
Ils furent célébrés et adulés. Et au pouvoir ils firent couler le sang sans aucune retenue.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils furent célébrés et adulés. Et au pouvoir ils firent couler le sang sans aucune retenue.

On tue allègrement au Nicaragua. A la manœuvre l’armée et les groupes paramilitaires de Daniel Ortega. Il y a plus de 30 ans il prit la tête de l’insurrection sandiniste qui renversa Somoza. Un dictateur relativement modéré par comparaison avec ce qu’est devenu Ortega.

Castro et Guevara, une fois arrivés au pouvoir, fusillèrent sans discontinuer à Cuba. Ils avaient par une insurrection idéalisée chassé du pouvoir le dictateur Batista. Un mou : les exécutions étaient rares sous son régime.
 
Staline fut un des plus grands assassins de l’Histoire. Dans sa jeunesse il s’était révolté contre le Tsar Nicolas II. Ce qui lui valut quelques années de Sibérie. Quand il eut assis complètement son pouvoir sur l’Union Soviétique il ne se contenta pas de tuer : il massacra. Il fut aimé. Selon l’expression d’Aragon Staline était «l’homme que nous aimons le plus au monde».
 
Comment se fait-il que les révolutionnaires une fois victorieux se transforment en bourreaux ?  C’est, hélas, assez simple. Dans leur rage destructrice ils finissent par considérer que leurs adversaires sont exclus du genre humain. 
 
Sous la Révolution, la nôtre, Danton, écœuré par les abominables massacres de septembre 1793, eut cette phrase. «Il faut que nous soyons cruels pour que le peuple ne le soit pas». Cette cruauté l’amena à son tour à la guillotine. Comme les révolutionnaires précédemment cités il confondait le peuple avec la populace. 
 
Une histoire charmante circulait sous l’Union Soviétique. Staline meurt et va en enfer. Il y rencontre Nicolas II. «Bonjour Joseph». «Bonjour Nicolas».Curieux le Tsar s’enquiert : «Et comment ça va dans ma bonne Russie ?». «Tout va bien».
 
Le Tsar demande : «Les choses sous toi ont beaucoup changé?». Staline : «Un tout petit peu Nicolas». Le Tsar : «On déporte toujours les opposants en Sibérie?». «Oui» répond Staline. «Et les paysans on les tient toujours sous le fouet?». «Oui Nicolas».
 
Le Tsar : «Les écrivains on les met toujours en prison?». «Bien sûr» rétorque Staline. «Et dis moi, la vodka titre toujours comme de mon temps 43°?». Staline s’indigne : «Ah ça non! Grâce au pouvoir communiste elle fait 45°!». Le Tsar : «Joseph tu crois que ça valait la peine de faire la révolution pour 2°?».
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Les annonces (supposées) d’Emmanuel Macron peuvent-elles produire l’effet waouh recherché sur le pouvoir d’achat des Français
06.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
07.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
03.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires