En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Manan VATSYAYANA / AFP
Silence ils tuent
Ortega, Castro, Guevara, Staline : la fabrique (monstrueuse) des héros
Publié le 03 août 2018
Ils furent célébrés et adulés. Et au pouvoir ils firent couler le sang sans aucune retenue.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils furent célébrés et adulés. Et au pouvoir ils firent couler le sang sans aucune retenue.

On tue allègrement au Nicaragua. A la manœuvre l’armée et les groupes paramilitaires de Daniel Ortega. Il y a plus de 30 ans il prit la tête de l’insurrection sandiniste qui renversa Somoza. Un dictateur relativement modéré par comparaison avec ce qu’est devenu Ortega.

Castro et Guevara, une fois arrivés au pouvoir, fusillèrent sans discontinuer à Cuba. Ils avaient par une insurrection idéalisée chassé du pouvoir le dictateur Batista. Un mou : les exécutions étaient rares sous son régime.
 
Staline fut un des plus grands assassins de l’Histoire. Dans sa jeunesse il s’était révolté contre le Tsar Nicolas II. Ce qui lui valut quelques années de Sibérie. Quand il eut assis complètement son pouvoir sur l’Union Soviétique il ne se contenta pas de tuer : il massacra. Il fut aimé. Selon l’expression d’Aragon Staline était «l’homme que nous aimons le plus au monde».
 
Comment se fait-il que les révolutionnaires une fois victorieux se transforment en bourreaux ?  C’est, hélas, assez simple. Dans leur rage destructrice ils finissent par considérer que leurs adversaires sont exclus du genre humain. 
 
Sous la Révolution, la nôtre, Danton, écœuré par les abominables massacres de septembre 1793, eut cette phrase. «Il faut que nous soyons cruels pour que le peuple ne le soit pas». Cette cruauté l’amena à son tour à la guillotine. Comme les révolutionnaires précédemment cités il confondait le peuple avec la populace. 
 
Une histoire charmante circulait sous l’Union Soviétique. Staline meurt et va en enfer. Il y rencontre Nicolas II. «Bonjour Joseph». «Bonjour Nicolas».Curieux le Tsar s’enquiert : «Et comment ça va dans ma bonne Russie ?». «Tout va bien».
 
Le Tsar demande : «Les choses sous toi ont beaucoup changé?». Staline : «Un tout petit peu Nicolas». Le Tsar : «On déporte toujours les opposants en Sibérie?». «Oui» répond Staline. «Et les paysans on les tient toujours sous le fouet?». «Oui Nicolas».
 
Le Tsar : «Les écrivains on les met toujours en prison?». «Bien sûr» rétorque Staline. «Et dis moi, la vodka titre toujours comme de mon temps 43°?». Staline s’indigne : «Ah ça non! Grâce au pouvoir communiste elle fait 45°!». Le Tsar : «Joseph tu crois que ça valait la peine de faire la révolution pour 2°?».
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires