En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© STEPHANE MAHE / POOL / AFP
Sanctions proportionnées ?
Alexandre Benalla : ce que dit vraiment le droit du travail sur son licenciement
Publié le 02 août 2018
Dans le cadre de "l'affaire Benalla" plusieurs anomalies sont à relever dans les mesures disciplinaires qui ont été mises en place envers l'ancien chargé de mission de l'Elysée vis-à-vis du droit.
Avocat spécialiste en Droit du Travail 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-Paule Descamps
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avocat spécialiste en Droit du Travail 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre de "l'affaire Benalla" plusieurs anomalies sont à relever dans les mesures disciplinaires qui ont été mises en place envers l'ancien chargé de mission de l'Elysée vis-à-vis du droit.

Atlantico : Dans le cadre de ce qu'il est dorénavant convenu d'appeler "l'affaire Benalla" plusieurs anomalies sont à relever dans les mesures disciplinaires qui ont été mises en place envers ce dernier vis-à-vis du droit. Quelles sont-elles ?

 
Marie-Paule Descamps : Il importe tout d’abord de préciser le statut de monsieur Benalla qui détermine la procédure applicable.
 
Il semble tenu pour acquis qu’il bénéficiait d’un contrat à durée déterminée en qualité d’agent contractuel de la fonction publique de l'Etat relevant des dispositions du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986.
 
Les faits fautifs ayant été commis le 1er mai, il ne pouvait juridiquement se voir notifier une sanction disciplinaire dès le 3 mai 2018, contrairement à ce qui a été déclaré.
 
S’il a été suspendu avec maintien de sa rémunération, il n’a pu l’être qu’en application de l’article 43 du décret précité ; il s’agit alors non pas d’une sanction disciplinaire mais d’une mesure conservatoire prise à titre provisoire dans l’attente d’une éventuelle sanction à intervenir.  
 
En cas de faute grave commise par un agent non titulaire, qu'il s'agisse d'un manquement à ses obligations professionnelles ou d'une infraction de droit commun, l'auteur de cette faute peut être suspendu. L'agent non titulaire suspendu conserve sa rémunération et les prestations familiales obligatoires. Si, à l'expiration de ce délai, aucune décision n'a été prise par l'autorité précitée, l'intéressé, sauf s'il fait l'objet de poursuites pénales, est rétabli dans ses fonctions.
 
S’il a effectivement été l’objet d’une sanction disciplinaire le 3 mai 2018, il n’a pu l’être qu’en application de l’article 43-2  du même décret, qui prévoit les sanctions suivantes :
 
1° L'avertissement ;
2° Le blâme ;
3° L'exclusion temporaire des fonctions avec retenue de traitement
4° Le licenciement, sans préavis ni indemnité de licenciement.
 
Dans cette dernière hypothèse, la sanction ne peut en aucun cas, être immédiate dès lors que la procédure prévue implique le respect de délais impératifs. (article 44 du Décret)
 
En effet, l'agent a droit à la communication de l'intégralité de son dossier individuel et de tous documents annexes et à se faire assister par les défenseurs de son choix étant précisé que l'administration doit informer l'intéressé de son droit à communication du dossier. 
 
Si le vice de procédure ne fait aucun doute en l’espèce, l’on ne peut que s’interroger, par ailleurs, sur le choix de la sanction dont la proportionnalité peut laisser perplexe.
 
Ce qui a été présenté comme une sanction que certains commentateurs ont qualifié de « déguisée » semble se limiter à une « mise à l’écart » de 15 jours sans perte de rémunération dont l’effectivité n’est pas réellement établie pour des faits de violence unanimement qualifiés de graves y compris par l’intéressé lui-même.
 

L'instauration d'une pseudo-mesure disciplinaire envers Alexandre Benalla ne serait-elle pas une astuce qui permettrait d'éviter de revenir sur les faits du fait du non-cumul des sanctions imposé par le droit du travail ?

 
En effet, un même fait fautif ne peut justifier successivement deux mesures disciplinaires en vertu du principe non bis in idem qui interdit un cumul des sanctions.
 
C’est la raison pour laquelle l’agent qui, pour des faits fautifs, s’est déjà vu infliger une sanction telle qu’une mise à pied disciplinaire, ne peut plus se voir reprocher ces faits.
 
Le cas échéant, il ne peut être sanctionné que pour de nouveaux griefs qui peuvent éventuellement justifier une sanction plus grave telle que le licenciement.
 
Il se trouve qu’en l’espèce, de nouveaux faits fautifs ont été reprochés à Alexandre Benalla qui ont contraint l’autorité hiérarchique à mettre en œuvre, à son encontre, un licenciement pour la détention d’images non autorisées ; il aurait demandé la communication de vidéos détenues par la préfecture de police relatives à la manifestation du 1er mai 2018.
 
A l’issue de la procédure disciplinaire, Monsieur Benalla devrait donc être licencié sans préavis ni indemnité de licenciement conformément aux dispositions de l’article 43-2  précité.
 
Dans ce contexte totalement hors normes, et suite à ses dernières déclarations, il est assez difficile d’imaginer qu’il puisse contester le bien-fondé de son licenciement et envisager le moindre contentieux à ce titre.

 

Au-delà de l'affaire Benalla même, est-ce que le message envoyé aux Français n'est pas inquiétant dans le sens où il donne l'impression d'un deux-poids deux mesures en matière de droit du travail (et de droit tout court) entre le citoyen "lambda" et "les élites"? Est-ce que le message envoyé au final n'est pas celui que "tous les citoyens ne sont pas égaux devant la loi"?

 
En effet, cette affaire totalement inédite ne manque pas d’interroger les Français qui ont suivi avec beaucoup d’intérêt les travaux des commissions d’enquête parlementaires et suscite de multiples questions auxquelles la justice, saisie du volet pénal apportera peut-être des réponses.
 
Sans prendre parti sur le fait qu’il s’agit ou non d’une affaire d’Etat, force est de constater qu’elle dépasse largement le seul cadre juridique en ce que de nombreuses règles de droit n’ont pas été respectées avec des explications parfois contradictoires.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Alliot-Marie : scandale ou acharnement ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires