En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 12 heures 5 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 13 heures 3 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 13 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 18 heures 1 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 19 heures 20 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 12 heures 36 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 13 heures 25 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 17 heures 15 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 18 heures 15 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 19 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 19 heures 21 min
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
A contre-courants

L’Espagne tente de se bricoler une stratégie d’urgence face à un afflux de migrants cet été

Publié le 31 juillet 2018
Cette année l'Espagne est devenue la première porte d'entrée des migrants clandestins en Europe, devant l'Italie. En deux jours, le pays a secouru plus de 1200 migrants en mer et fait désormais appel à l'aide de l'Union Européenne afin de trouver une solution commune à la crise migratoire.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette année l'Espagne est devenue la première porte d'entrée des migrants clandestins en Europe, devant l'Italie. En deux jours, le pays a secouru plus de 1200 migrants en mer et fait désormais appel à l'aide de l'Union Européenne afin de trouver une solution commune à la crise migratoire.

Atlantico : Si les autorités espagnoles ouvrent de nouveaux centres d'hébergement, quelles solutions peuvent-elles mettre en place pour réguler la situation au long terme ? Comment se sont-elles retrouvées dans cette situation ? Le refus italien d'accueillir les migrants en est-il l'explication principale ?

Florent Parmentier : La situation de l'Espagne évolue à la fois grâce à des facteurs internes - l'alternance politique - mais aussi des facteurs externes, liés à la politique italienne. De fait, les nouvelles routes migratoires passent par l'Espagne, traversant le détroit de Gibraltar et Ceuta (ville sous administration espagnole située au nord du Maroc) : ce sont près de 22 000 migrants qui sont arrivés en Espagne en 2017, mais déjà 21 000 entre janvier et juillet 2018, soit presque 40% des arrivées en Europe. Pour autant, le Ministre des affaires étrangères Josep Borrell, ancien Président du Parlement européen, refuse l'idée de subversion migratoire en évoquant la situation de son pays. 

Le plus sûr moyen de régler la situation sur le long terme ne consiste pas seulement à contrôler la frontière extérieure de l'Union européenne, mais aussi à définir des règles communes. Le développement prévisible et souhaitable de la périphérie européenne ne devrait paradoxalement pas réduire les migrations à court terme, et même avoir l'effet inverse dans un premier temps.

 

Le gouvernement espagnol fait désormais appel à l'Union Européenne. Que peut faire l'UE pour réguler la situation en Espagne ? La prise de position espagnole menace-t-elle la stabilité de l'Union Européenne, en d'autres termes s'attend-on à de nouvelles polémiques sur la question migratoire ?  

 
Effectivement, pour l'actuel gouvernement espagnol, les migrants sont un problème européen, ce qui appelle à une réponse européenne. L'expérience de ses élites politiques explique en partie ce prisme : tout comme son Ministre des affaires étrangères qui a eu des fonctions européennes, Pedro Sanchez a également été assistant parlementaire au Parlement européen. Et pour les Espagnols, la fin de la dictature s'est accompagnée de l'intégration européenne, l'attente d'Europe y existe donc toujours, consolidant un cadre national en proie aux fortes identités régionales. L'Espagne souhaite suivre le plan européen, qui reposait sur une conception qui était celle du partage du fardeau .
La position européenne de l'Espagne ne changera pas l'orientation d'autres pays européens, dont les opinions publiques sont très rétives à l'accueil de migrants. Cette position illustrera peut-être davantage la diversité des positions que l'on trouve actuellement en Europe, mais l'Europe n'avait pas trouvé de stabilité sur ce point - on ne peut donc affirmer que l'Espagne déstabilise la position de l'UE. Les polémiques migratoires ne sont en effet pas terminées. 
 

Face à la Hongrie, l'Autriche ou la Pologne qui ont des positions très fermes sur la question de l'immigration, l'Espagne cherche-t-elle à se montrer comme un modèle alternatif ? Est-ce un acte politique ? 

 
Oui, l'Espagne, avec l'affaire de l'Aquarius et son positionnement politique, joue clairement à contre-courant des trois Etats précédemment mentionnés et, dans une moindre mesure, de l'Italie depuis la formation du gouvernement hétéroclite incluant des formations de droite et du mouvement 5 étoiles. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a clairement dit qu'il ne souhaitait pas "une Union européenne dirigée par la France" avec l'argent de l'Allemagne, les sujets de différends avec la Pologne sont multiples, tandis que la jeunesse du chancelier autrichien Sebastian Kurz ne suffit pas à rapprocher les vues avec le Président français. En accueillant Emmanuel Macron à Madrid, son premier déplacement au-delà des Pyrénées depuis son élection, le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez a voulu rehausser son prestige international. 
Dans cette démarche, il y a donc clairement une visée politique européenne, mais aussi à dimension nationale, à un moment où le Parti populaire espagnol se dote avec Pablo Casado d'un leader affirmant son souhait d'effectuer un virage à droite. Le gouvernement espagnol joue donc, assez courageusement, la carte européenne contre le parti de la peur. Accessoirement, cela permet de renvoyer la faute sur l'ancien gouvernement qui n'avait pas anticipé une telle situation. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires