En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 min 1 sec
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 46 min 58 sec
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 2 heures 25 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 18 heures 42 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 39 min 41 sec
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 52 min 56 sec
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 3 heures 13 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 19 heures 2 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 22 heures 44 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 23 heures 6 min
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
A contre-courants

L’Espagne tente de se bricoler une stratégie d’urgence face à un afflux de migrants cet été

Publié le 31 juillet 2018
Cette année l'Espagne est devenue la première porte d'entrée des migrants clandestins en Europe, devant l'Italie. En deux jours, le pays a secouru plus de 1200 migrants en mer et fait désormais appel à l'aide de l'Union Européenne afin de trouver une solution commune à la crise migratoire.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette année l'Espagne est devenue la première porte d'entrée des migrants clandestins en Europe, devant l'Italie. En deux jours, le pays a secouru plus de 1200 migrants en mer et fait désormais appel à l'aide de l'Union Européenne afin de trouver une solution commune à la crise migratoire.

Atlantico : Si les autorités espagnoles ouvrent de nouveaux centres d'hébergement, quelles solutions peuvent-elles mettre en place pour réguler la situation au long terme ? Comment se sont-elles retrouvées dans cette situation ? Le refus italien d'accueillir les migrants en est-il l'explication principale ?

Florent Parmentier : La situation de l'Espagne évolue à la fois grâce à des facteurs internes - l'alternance politique - mais aussi des facteurs externes, liés à la politique italienne. De fait, les nouvelles routes migratoires passent par l'Espagne, traversant le détroit de Gibraltar et Ceuta (ville sous administration espagnole située au nord du Maroc) : ce sont près de 22 000 migrants qui sont arrivés en Espagne en 2017, mais déjà 21 000 entre janvier et juillet 2018, soit presque 40% des arrivées en Europe. Pour autant, le Ministre des affaires étrangères Josep Borrell, ancien Président du Parlement européen, refuse l'idée de subversion migratoire en évoquant la situation de son pays. 

Le plus sûr moyen de régler la situation sur le long terme ne consiste pas seulement à contrôler la frontière extérieure de l'Union européenne, mais aussi à définir des règles communes. Le développement prévisible et souhaitable de la périphérie européenne ne devrait paradoxalement pas réduire les migrations à court terme, et même avoir l'effet inverse dans un premier temps.

 

Le gouvernement espagnol fait désormais appel à l'Union Européenne. Que peut faire l'UE pour réguler la situation en Espagne ? La prise de position espagnole menace-t-elle la stabilité de l'Union Européenne, en d'autres termes s'attend-on à de nouvelles polémiques sur la question migratoire ?  

 
Effectivement, pour l'actuel gouvernement espagnol, les migrants sont un problème européen, ce qui appelle à une réponse européenne. L'expérience de ses élites politiques explique en partie ce prisme : tout comme son Ministre des affaires étrangères qui a eu des fonctions européennes, Pedro Sanchez a également été assistant parlementaire au Parlement européen. Et pour les Espagnols, la fin de la dictature s'est accompagnée de l'intégration européenne, l'attente d'Europe y existe donc toujours, consolidant un cadre national en proie aux fortes identités régionales. L'Espagne souhaite suivre le plan européen, qui reposait sur une conception qui était celle du partage du fardeau .
La position européenne de l'Espagne ne changera pas l'orientation d'autres pays européens, dont les opinions publiques sont très rétives à l'accueil de migrants. Cette position illustrera peut-être davantage la diversité des positions que l'on trouve actuellement en Europe, mais l'Europe n'avait pas trouvé de stabilité sur ce point - on ne peut donc affirmer que l'Espagne déstabilise la position de l'UE. Les polémiques migratoires ne sont en effet pas terminées. 
 

Face à la Hongrie, l'Autriche ou la Pologne qui ont des positions très fermes sur la question de l'immigration, l'Espagne cherche-t-elle à se montrer comme un modèle alternatif ? Est-ce un acte politique ? 

 
Oui, l'Espagne, avec l'affaire de l'Aquarius et son positionnement politique, joue clairement à contre-courant des trois Etats précédemment mentionnés et, dans une moindre mesure, de l'Italie depuis la formation du gouvernement hétéroclite incluant des formations de droite et du mouvement 5 étoiles. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a clairement dit qu'il ne souhaitait pas "une Union européenne dirigée par la France" avec l'argent de l'Allemagne, les sujets de différends avec la Pologne sont multiples, tandis que la jeunesse du chancelier autrichien Sebastian Kurz ne suffit pas à rapprocher les vues avec le Président français. En accueillant Emmanuel Macron à Madrid, son premier déplacement au-delà des Pyrénées depuis son élection, le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez a voulu rehausser son prestige international. 
Dans cette démarche, il y a donc clairement une visée politique européenne, mais aussi à dimension nationale, à un moment où le Parti populaire espagnol se dote avec Pablo Casado d'un leader affirmant son souhait d'effectuer un virage à droite. Le gouvernement espagnol joue donc, assez courageusement, la carte européenne contre le parti de la peur. Accessoirement, cela permet de renvoyer la faute sur l'ancien gouvernement qui n'avait pas anticipé une telle situation. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires