En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 19 min 36 sec
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 1 heure 26 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 6 heures 14 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 6 heures 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 7 heures 44 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 8 heures 27 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 1 heure 7 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 1 heure 46 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 2 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 8 heures 53 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Opération médiatique

Alexandre Benalla au 20h de TF1 : une façon de ramener ce sujet à une affaire d'homme, et non une affaire d'Etat

Publié le 28 juillet 2018
Alexandre Benalla était ce vendredi invité dans le 20h de TF1. "Je ne considère pas avoir commis d'acte répréhensible par la loi, je considère juste avoir été confronté à des gens qui sont des casseurs", a-t-il dit.
Gaël Nofri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Nofri est historien et essayiste, ainsi que conseiller municipal et métropolitain de la Ville de Nice.  Son dernier ouvrage paru est "Une histoire des révolutions en France" (éditions du Cerf, juin 2018).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Benalla était ce vendredi invité dans le 20h de TF1. "Je ne considère pas avoir commis d'acte répréhensible par la loi, je considère juste avoir été confronté à des gens qui sont des casseurs", a-t-il dit.

Atlantico : Alexandre Benalla s’est longuement expliqué sur TF1 vendredi soir, à la suite de l’affaire qui ébranle toute la classe politique en ce moment. Il a estimé que les faits qui lui sont reprochés ne sont pas répréhensibles : êtes-vous de son avis ? L’affaire Benalla est-elle imputable à Benalla lui-même, ou à Emmanuel Macron en ce qu’elle révèle une facette sombre de l’Elysée ?

Gaël Nofri : Juridiquement, Alexandre Benalla a une stratégie de défense consistant à dire qu'il a aidé des policiers victimes d'agressions causées par des casseurs violents. C'est sa défense et il appartiendra à la justice de dire ce qu'il en est. L'espèce d'enquête hystérique et cathodique que mène le pays sur les faits du 1er mai reprochés à Alexandre Benalla a quelque chose de totalement disproportionné: ce n'est pas là que doit se porter le débat politique qui doit nous intéresser. Ce sont des faits qui sont incontestablement propres à ce Monsieur, je ne vois là ni débat politique ni matière à fantasmer sur une responsabilité du Chef de l'Etat en la matière.

Si on ne positionne pas le débat là où il doit être, on en arrive au genre de masturbation intellectuelle à heures de grande écoute à laquelle on a pu assister ce soir: des coups ou des gestes vigoureux ? 6.000 ou 10.000 euros de salaire ? Proche ou collaborateur du Président ? Présent dans les déplacements du Chef de l'Etat ou organisateur d'événements à l'Elysée... si c'est pour de telles subtilités sémantiques que la vie institutionnelle française est bloquée depuis 10 jours, il y a de quoi s'inquiéter !

La vraie question que pose en réalité cette histoire est comment en est-on arrivé là ? Comment le comportement personnel, répréhensible, d'un homme a-t-il pu prendre un tel écho dans le pays et paralyser à ce point un pouvoir qui passait, chez beaucoup, comme l'un des plus solidement établis qu'ait eu la France depuis Nicolas Sarkozy au moins.

La réalité, c'est que beaucoup n'ont pas voulu voir combien ce pouvoir est, non pas faible, mais fragile. Fragile parce que les attentes qu'a fait naître l'élection du Président Macron sont à la fois de formidables moteurs d'espoir mais aussi de grandes causes de frustrations : le nouveau monde, plus jeune, voulu plus proche de la société civile et présenté comme plus moral, que l'on nous avait vendu se révèle à l'usage ne pas être la recette miracle espérée. Au contraire, il s'avère une source de fragilités, d'inexpérience, d'amateurisme et surtout de désillusions. Non d'ailleurs que l'ancien monde soit meilleur que le nouveau, mais parce qu'en réalité il y a un monde tel qu'il est et c'est lui qu'il convient de chercher à améliorer, non à nier en ventant les mérites d'un nouveau produit miracle, ou devrait-on dire, d'un produit forcément miracle parce que nouveau.

A travers cette affaire, est-ce bien après Macron que tout le monde en a, comme l’a affirmé ce soir Benalla ?

"Que tout le monde en a", l'expression semble forte. Elle a un aspect "victime immolée" qui ne rend pas compte de la faute personnelle de ce Monsieur Benalla. En revanche, à travers l'affaire, ce qui interroge évidemment c'est l'entourage présidentiel, l'ossature de ce nouveau monde promis... C'est évidemment la fonction de Monsieur Benalla au coeur du Cabinet du Président de la République qui rend son cas si épidermique. Sur ce point d'ailleurs tout le monde se retrouve : Alexandre Benalla, l'opposition qui essaie de donner corps à une "affaire Macron" et le Chef de l'Etat lui même qui a recruté Benalla. Le Président Macron ne s'en est d'ailleurs pas caché en se désignant lui même comme "le seul responsable".

Ce choix du Chef de l'Etat est d'ailleurs à souligner. Rappelons nous que le Président de la République vient de renoncer, du fait de cette affaire, à la réforme constitutionnelle qu'il ambitionnait. Cette réforme devait aboutir à une présidentialisation du régime et un encadrement important des pouvoirs du Parlement et de l'opposition. A ce titre ces déboires représentent une opportunité qu'a su saisir l'opposition et une chance pour le maintien du complexe équilibre institutionnel porté par la Ve République. Pour autant, le fait qu'Emmanuel Macron ait choisi, au même moment, de tout assumer, de façon aussi claire, devant des députés de La République En Marche prostrés et apeurés depuis le début de l'affaire, n'est pas anodin. La faiblesse et les failles d'une partie du personnel politique qui s'est inscrit dans le sillage de l'élection présidentielle de 2017 obligent et obligeront le Président de la République a repenser l'action gouvernementale et politique qu'il a vocation à impulser.

A ce titre il y aura nécessairement un avant et un après l'affaire Benalla en cela que les paradigmes qui ont fait le succès électorale du macronisme de 2017 sont morts et pour les quatre ans qui viennent il faudra bien pour le Chef de l'État construire une nouvelle dynamique. Celle-ci ne pourra s'appuyer que sur ce qui a tenu dans la crise, sur ce qu'il a mis en avant dans la crise, c'est dire lui et sa détermination à être chef... le Président Macron n'a plus d'autres choix que de s'émanciper du candidat Macron.

Cette interview sur TF1 vous semble-t-elle appropriée ? Est-ce sain qu’un homme mis en cause par la justice attire autant à lui les projecteurs, au point d’enchaîner les interviews dans les grands médias ?

Cette surexposition médiatique, alors même que la Justice enquête, peut apparaître choquante, cependant cela reste son choix de défense et il est libre de le faire. On peut toutefois parier que cela ne manquera évidemment pas de relancer les suspicions quant aux éventuels commanditaires de cette opération médiatique. Réels ou fantasmés, ces doutes alimentent de nouveau une machine à scandales, des médias d'information en continu et des réseaux sociaux déjà en surchauffe.

Mais là est peut être aussi l'intérêt de l'interview: ramener cette affaire à une affaire d'homme. Car ce n'est qu'une affaire d'homme et ceux qui veulent y voir une affaire d'État font à mon sens une erreur d'interprétation majeure. C'est parce que ce n'est justement qu'une affaire d'homme que la dimension prise par cette affaire révèle quelque chose de préoccupant.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires