En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© NICOLAS TUCAT / AFP
Symbole

Nouvelle Marianne sur les timbres… Mais n’aurait-elle pas perdu un peu de son importance aux yeux des Français ?

Publié le 23 juillet 2018
Emmanuel Macron a dévoilé cette semaine le nouveau visage de Marianne. Ce portrait sera imprimé sur les futurs timbres de la Poste. Cette tradition conservent-elle la même forme de sacralité ou de ritualisation ?
Olivier Ihl est Professeur de sociologie historique. Il occupe également les fonctions de professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Grenoble, de directeur honoraire de l’Institut d’études politiques de Grenoble. Olivier Ihl est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Ihl
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Ihl est Professeur de sociologie historique. Il occupe également les fonctions de professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Grenoble, de directeur honoraire de l’Institut d’études politiques de Grenoble. Olivier Ihl est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a dévoilé cette semaine le nouveau visage de Marianne. Ce portrait sera imprimé sur les futurs timbres de la Poste. Cette tradition conservent-elle la même forme de sacralité ou de ritualisation ?

Atlantico.fr : Emmanuel Macron a dévoilé cette semaine le nouveau visage de Marianne, à l'effigie duquel seront imprimés les futurs timbres de la Poste. Ce moment revêt-il toujours une forme de sacralité ou de ritualisation ?  

Olivier Ihl : L'exercice a perdu beaucoup de sa sacralité. Il est vrai que le mail remplace progressivement le timbre... Quant aux leçons de l'histoire, elles se dissipent à leur tour. Songeons à l’Association des Maires de France qui, sous la Vème République, a voulu associer à Marianne les traits d'une chanteuse (Mireille Mathieu, 1978), d'une actrice (Catherine Deneuve, 1985) ou d'un mannequin (Inès de la Fressange, 1989). C'était se méprendre sur la valeur de ce signe de majesté. 
Son exemplarité ? Elle est celle d'une souveraineté à la fois anonyme et collective. Marianne doit donc rester désincarnée. C'est une allégorie. Une forme de représentation qui, en république, ne peut être celle d'un individu en particulier. C'est pourquoi cette figure fut empruntée à l'antique. Elle était destinée à visualiser une abstraction : selon l'époque, la liberté universelle, les institutions de la république, l'esprit de résistance...  Il faut en prendre acte : nous n'avons pas, en France, d'équivalent de ces "pères fondateurs" chers à la république des États-Unis. Le statut égalitaire de la citoyenneté y fait obstacle. 
 

L'histoire de nos Marianne est-elle un reflet de l'histoire politique française ?   

Moins qu'on ne le dit, plus qu'on ne le pense. Qu'on ne le dit : les présidents de la république en ont d'abord fait l'image de leur propre sensibilité. M. Macron se revendique d'une "Marianne engagée". Giscard d'Estaing demanda qu'elle tourne la tête à droite en arborant une couronne d'épi de blé. François Mitterrand substitua un bonnet phrygien et inversa l’inclination de sa tête. Nicolas Sarkozy jeta son dévolu sur les étoiles de l’Union européenne. Quant à François Hollande, il valida un modèle inspiré du visage d'une des fondatrices de l'organisation féministe Femen. C'était là des choix personnels. 
 
Toutefois, la tradition républicaine n'a pas déserté ce portrait. La nouvelle Marianne le montre. Et plus qu'on ne le pense. Conquérante, elle porte un bonnet écarlate hérité du pileus romain. Un emblème qui marquait l'émancipation des esclaves à Rome. La tête est lancée en avant, les cheveux soulevés par le vent et ornés d'une cocarde tricolore... Cette Marianne de place publique, anonyme et conquérante, renoue stylistiquement avec la figure de la liberté, celle que la Convention adopta le le 5 septembre 1792 pour fixer le sceau de l'Etat. Celle qu'à l'automne, Guillaume Lavabre - le chansonnier occitan dont l'historien Maurice Agulhon a fait connaître les écrits - appela "la Garisou de Marianne". On est loin de la symbolique de la « mère patrie » qui protège ses enfants. Mais ce nouveau profil ne tourne pas le dos à l'histoire.  

 

Les Français sont-ils très attachés à la figure de Marianne ? Et à la République ?

Cela dépend des époques. Le dédain et l'exaltation ont souvent alterné. Le profil lui-même a évolué, sur les timbres comme sur les pièces de monnaie ou avec les bustes de mairie, Il est des moments où c'est son intrépidité qui a séduit, d'autres où c'est sa sagesse qui la fit chérir. Les orientations politiques sont ici déterminantes. Pour les uns, elle est la république, pour les autres, la France. C'est pourquoi Marianne s'est montrée tantôt poitrine découverte, tantôt lourdement cuirassée, tantôt les cheveux au vent, tantôt affublé d'un casque. Elle a eu tant de visages différents... jusque et y compris celui d'une icône concurrençant la Vierge Marie. Le symbole se définit plus par ses usages que par une signification arrêtée une fois pour toute.
 
Son nouveau visage ? C'est celui d'une république de combat. Comme si le temps était au retour de l'adversité. Hier, Marianne était dénoncée comme la « gueuse » par les Camelots du Roi puis méprisée par Vichy. Aujourd'hui, elle doit devenir un symbole reconnu, celui de l'attachement des citoyens à la liberté, à l'égalité et la fraternité. Un défi tout aussi redoutable...
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

05.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires