En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Nasa / Afp
Caliente
Le ralentissement du Gulf Stream pourrait menacer le climat modéré de l’Europe dans les 20 ans à venir
Publié le 22 juillet 2018
Contrairement à ce que l'on peut voir dans les films de science-fiction, le ralentissement du Gulf Stream ne provoquerait pas le retour de l'âge de glace mais plutôt une hausse des températures.
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à ce que l'on peut voir dans les films de science-fiction, le ralentissement du Gulf Stream ne provoquerait pas le retour de l'âge de glace mais plutôt une hausse des températures.

Atlantico : Contrairement à ce que l'on pensait jusqu'alors, le ralentissement du courant du Gulf Stream n’entraînerait pas une baisse, mais plutôt une hausse des températures. Comment expliquer cette nouvelle théorie ?

Frédéric Decker : Tout d’abord, il s’agit d’une théorie parmi tant d’autres. Le gulf stream est un courant océanique prenant sa source vers les Bahamas et remontant vers le nord de l’Europe, faisant partie d’un réseau complexe de courants océaniques mondiaux. Le mythe veut que ce courant adoucisse le climat de l’Europe. Ce n’est pas tout à fait vrai. Car si ce courant tiède adoucit principalement le sud du Groenland, l’Islande ou encore la Norvège, c’est beaucoup moins le cas ailleurs.

L’arrêt du gulf stream était annoncé dès les années 2000 et devait être très rapide. La constatation est toute autre, avec des variations de rapidité du courant marin depuis 18 ans, à la baisse mais aussi parfois temporairement à la hausse. Comme tous les phénomènes naturels et climatiques, il est irrégulier même si certains cycles existeraient.

Le seule corrélation qui semble la plus évidente entre les baisses de vitesse du gulf stream et des perturbations climatiques seraient la récurrence des blocages anticycloniques, en particulier en Europe. Ce qui ne signifie pas forcément un réchauffement du vieux continent, mais plutôt des variations thermiques plus marquées, entre hivers plus froids et plus longs, et étés plus chauds, plus durables également. Mais attention : Paris ne se transformera pas en Montréal : du simple fait de la rotation de la Terre et de la force de Coriolis, la France et l’Europe resteront toujours sous les courants d’ouest dominants, océaniques et modérant les écarts thermiques comme sur toutes les façades occidentales de tous les continents pour les mêmes raison. Le scénario du film « Le jour d’après » n’arrivera pas.

Lorsque l'on parle de  réchauffement , s'attend-on à une hausse conséquente des températures ? Quel continent serait le plus touché ? 

Selon les consensus du GIEC, le réchauffement actuel va se poursuivre. Au moins jusqu’à la fin du siècle, avec une hausse de 1 à 2 degrés au moins, voire plus. Dans ce cas, les zones arctiques seraient les plus concernées par ce réchauffement persistant : nord du Canada, Groenland, Norvège, Finlande, nord de la Russie… A l’inverse des zones équatoriales ne connaissant quasiment pas de réchauffement.

Toutefois, certaines influences naturelles pourraient venir contrarier cette poursuite du réchauffement attendu : la chute de l’activité solaire ces prochains mois et prochaines années, des désordres dans les courants océaniques justement, sans compter une éventuelle reprise de l’activité volcanique et son effet refroidissant en raison des fumées et cendres formant un écran dans la haute atmosphère, activité particulièrement calme au XXème siècle, expliquant d’ailleurs en partie le réchauffement qu’a connu ce siècle. En dehors de 2015 et 2016, années nettement réchauffées par le phénomène El Nino, la température moyenne globale terrestre n’a quasiment pas bougé depuis 1998, avec une hausse de 0,14 degré (chiffres NOAA) sur les deux dernières décennies. Le seuil fatidique de 1 degré, atteint sporadiquement entre décembre 2015 et avril 2016 puis en mars 2017 reste difficile à atteindre.

Quels autres conséquences le ralentissement du courant du Gulf Stream peut -il entraîner ?

Outre des écarts thermiques plus importants entre hiver et été en Europe, il pourrait aussi modifier la distribution et la chronologie des précipitations, en particulier sur l’Europe en raison des éventuels blocages anticycloniques récurrents. Un climat qui pourrait alors ressembler à celui des derniers mois, alternant périodes très sèches et, au contraire, des épisodes de temps très pluvieux. Pour se retrouver finalement dans des quantités de précipitations proches des chiffres habituels sur un an, par effets de compensations.

Comme le climat en général, et contrairement à l’idée que l’on pourrait s’en faire, le gulf stream n’est pas « réglé »… et donc pas déréglé non plus. Il subit des variations de vitesse plus ou moins cycliques, et ce n’est pas le réchauffement climatique moderne qui changera grand chose. Les précédentes périodes climatiques chaudes, même bien plus chaudes que de nos jours, n’ont jamais « tué » le célèbre courant océanique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
thierry_st_malo
- 25/07/2018 - 09:14
Une foutaise écolo de plus
Sans autre commentaire.
docmaboul
- 23/07/2018 - 20:19
ça ne m'étonne pas
le bigleux du GICE qui vient toujours parler du réchauffement climatique à une t^te qui ne me revient pas ! ça c'est un argument scientifique !
Phlt1
- 23/07/2018 - 16:39
Bon....
Ce que dit Frédéric Decker est intéressant, mais c'est une analyse globale et pas locale. Il aurait pu mentionner que le Gulf Stream sert à tempérer l'Europe, et qu'en conséquence lorsqu'il baisse d'intensité, l'air qu'il projette sur l'Europe ne permet plus de tenir à l'écart l'air chaud qui monte du Maghreb ou l'air froid qui descend de Sibérie, d'où ces écarts importants de température qui affolent la faune, la flore et le genre humain. Il y a bien un vrai changement, dont on ne sait s'il oscillera vers plus de chaud ou plus de froid. Comme d'habitude les réactions des internautes confondent réchauffement climatique et pollutions: il est urgent de comprendre que réduire la pollution est une priorité pour le genre humain.!. Le réchauffement est une autre histoire, quelquefois liée à la pollution. mais une chose est certaine, il faut d'urgence dépolluer la planète. Et pas en se disant"Il faut sauver la planète", parce que la planète elle survivra, mais pas le genre humain.Enfin je peux affirmer en tant que témoin que les prévisions du GIEC/IPCC se sont déroulées depuis 2004 exactement comme prévu par ce groupe de scientifiques...qui ne dit pas que des conneries.!.