En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 min 49 sec
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 1 heure 29 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 1 heure 50 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 2 heures 24 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 54 sec
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 1 heure 23 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 1 heure 59 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 2 heures 24 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 18 heures 42 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 22 heures 19 min
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Libérez-vous

Quand l'excès de règles tue en France

Publié le 15 juillet 2018
Dans sa série de livres "Les Décisions absurdes", Christian Morel explore des situations où les individus ont pris collectivement des décisions singulières et ont agit avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché.
Christian Morel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Morel, a effectué une carrière de cadre dans des grands groupes français. Il a terminé cette carrière comme directeur des ressources humaines. Parallèlement à ces fonctions, il a mené une réflexion dans le domaine de la sociologie des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans sa série de livres "Les Décisions absurdes", Christian Morel explore des situations où les individus ont pris collectivement des décisions singulières et ont agit avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché.

Atlantico : Dans votre série de livres "Les Décisions absurdes", dont le troisième tome vient de sortir chez Gallimard, vous décryptez des situations qui, bien que les règles aient été suivies à la lettre, ont viré à la catastrophe. Comment vous est venue l'idée d'entamer l'écriture de cette série de livres?

Christian Morel : C’est d’abord parce que j’ai travaillé toute ma vie en entreprise dans un grand groupe (Renaud pour ne rien vous cacher). Quand on travaille dans des organisations telles que celle-là, on est frappé par le fait qu’il y ait des décisions aberrantes qui sont prises. Je me posais la question : comment se fait-il que des individus intelligents avec un haut niveau d’éducation vont prendre des décisions stupides du fait d’être en groupe ? Il y a des phénomènes collectifs qui conduisent les individus à faire des choses idiotes.

Une deuxième raison, je suis passionné par la technologie et notamment l’aéronautique. Par intérêt, j’ai lu un grand nombre de rapports d’accidents d’avion, car je voulais savoir pourquoi la majorité des accidents étaient dus à des erreurs de pilotages. Parmi ces accidents, j’en ai trouvé quelques-uns complètement absurdes. J’ai alors eu l’idée de faire une analyse transversale de ces décisions stupides que les individus prennent. Cela m’a permis de comparer des décisions dans des organisations, mais aussi dans des situations de hautes technologies.

Est-il possible se défaire de l'enfer des règles et éviter les pièges tendus par les pouvoirs publics et les organisations privées ?

C’est ce que j’ai essentiellement développé dans mon second livre, le tome 2 des décisions absurdes. J’ai développé des grands principes à respecter quand on veut assurer la fiabilité des décisions. Je me suis beaucoup inspiré de ce qui se fait dans l’aéronautique ou des organisations très fiables. Ce sont des principes tels que la collégialité, le débat contradictoire, la non-punition des erreurs, les retours d’expérience, etc... Pour éviter ces décisions absurdes, il faut investir dans ces principes qui proviennent d’une culture de la fiabilité. Il s’agit de créer les conditions d’un travail collectif fiable. J’ajoute que pour ce qui est de l’enfer des règles, il faut d’avantage faire confiance à ce que j’appelle la compétence augmentée. Ça ne sert à rien de multiplier les règles si les acteurs ne sont pas suffisamment formés. Par exemple, dans le domaine de l’aéronautique, les compagnies aériennes avaient multiplié les procédures. Vous trouviez des procédures des constructeurs (Boeing, Airbus) et les compagnies en rajoutaient. Les pilotes se retrouvaient alors avec deux modes d’emploi. Cela fait beaucoup. Et il y avait beaucoup de contradictions. Aujourd'hui, les compagnies, notamment Air France, ont supprimé les règles spécifiques aux compagnies pour ne laisser que celle des constructeurs.

Tout cela est alors complété par les compétences du pilote. C’est ce qui va assurer le vide entre la documentation constructeur et le pilotage.

Pensez-vous que la culture juste (la non-punition des erreurs), la modestie et l'humanisme puissent triompher à nouveau face au poids de l'enfer des règles, à l'hyper-réglementation, aux dérives et aux multiples cas aberrants d'erreurs dans la société, dont vous parlez dans votre ouvrage ? Comment inverser cette tendance ?

Il faut un engagement politique, du management et de la formation pour éviter les grandes erreurs collectives. Il faut passer par un engagement du sommet de l’organisation. Vous ne pouvez rien faire s'il n’y a pas un engagement du patron. Par ailleurs, il faut de la formation, mais pas de la formation classique au management, mais au secteur humain où l'on aide les gens à comprendre les mécanismes sociologiques, cognitifs qui jouent dans les relations humaines de travail. C’est comme ça que ça s'est passé dans l’aéronautique. Il y a eu un engagement de l'organisation et puis les pilotes suivent des formations "facteur humain" en plus de leurs formations de pilotage.

Pouvez-vous nous parler des obstacles dont dispose la société et les citoyens pour faire face au poids de l'erreur ?

En matière d’enfer des règles, c’est le fait de croire que l'on peut tout régler à l’avance par des règles et des procédures. On sous-estime la détermination du comportement humain.

Un autre obstacle, presque philosophique, on n’admet pas que les situations soient indéterminées. Or ça ne se passe jamais comme prévu.

Le principe de la non-punition des erreurs, c’est le fait de ne pas punir les erreurs non-intentionnelles de façon à ce que les acteurs de ces erreurs évitent qu’elles se reproduisent. Ce principe se heurte à de multiples obstacles : la justice pénale, qui s’empresse de mettre en accusation des responsables, les proches des victimes qui recherchent des coupables. Ne pas punir, c’est quelque chose qui n’est pas facilement diffusable.

Enfin, pour éviter les décisions absurdes, il faut communiquer, verbaliser ce que l'on fait, mais on a pour habitude de peu s'exprimer. J’ai assisté à beaucoup d’opérations où il n’y avait pas assez de communication. Parce qu’on pense que ce n’est pas nécessaire. Or, beaucoup d’accidents surviennent parce qu’on n'a pas assez communiqué.

L'humanité court-elle à sa perte, face à la lourdeur et à l'emprise des règles, si aucune inflexion n'est donnée ?

Je ne pense pas qu’il faille aller jusque-là. Mais on peut être inquiet, car l'idée que les règles vont tout résoudre est très profondément ancrée dans la culture, la pensée des gens et l’esprit des hommes politiques. Or, ce n’est pas le cas.

Avez-vous eu la sensation d'avoir épuisé le sujet avec ce troisième tome ou avez-vous découvert encore de nouveaux éléments pour un quatrième volet lors de vos recherches et de l'écriture de cet ouvrage ? Pensez-vous par exemple que l'intelligence artificielle pourrait être en quelque sorte le bras armé des « Décisions absurdes » dans les années à venir ?

J’ai l’impression d’avoir fait le tour de la question. Le troisième tome a été motivé par le fait que dans les deux tomes précédents, je n’avais pas suffisamment traité la question des règles. J’ai eu envie d’approfondir cela. J’ai un peu le sentiment d’avoir fait le tour de ce que je pouvais dire. Il y aurait effectivement beaucoup de choses à développer concernant l’intelligence artificielle. Mais c’est un domaine pour lequel je n’ai pas du tout d’expertise. Je ne pense pas aller vers cela.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/07/2018 - 00:32
Oui, article assez instructif!
Il est dommage que l’interlocuteur ne se tourne pas vers les dérives de l’intelligence artificielle, car c’est un vrai sujet! L’IE sera faite de ce que les hommes y auront mis...des hommes qui ne seront pas mus par le principe de réalité, mais par le principe d’anticipation, doublé du principe de précaution pour les plus lâches...ne rien faire!...la volupté totale! Air France a parfaitement perçu le danger d’oublier le principe de réalité et cette entreprise a compris qu’on ne pouvait pas multiplier les règles, sans faire courir un risque insensé aux hommes... Qu’en sera-t-il de l’intelligence artificielle, toute entière dévolue aux normes et aux règles?...et à l’ideologie des minorités?...aux mains de pervers manipulateurs comme ceux qui pervertissent la justice, l’éducation, les médias?...quel immense danger contre la démocratie feront aussi courir ceux qui aiment manipuler le peuple (Ooooooh, populiste!) et le pervertir?...il faudra répondre à cette question-la, aussi...
POLITQ
- 15/07/2018 - 21:43
REGLES TUENT
Oui. Je travaille en psychiatrie et nos médecins sont paniqués par les règles qui sont édictées par on ne sait qui, jamais on ne nous montre le texte originel.....
S'il se passe quelque chose de délictueux, ou supposé tel, entre 2 patients, ou entre un patient et un soignant, nos médecins ne réfléchissent plus.....
Aussitôt on embraye une procédure pénale, séparation des individus, casse immédiate du processus thérapeutique en cours. Et pour quoi au final?... La plupart du temps c'est parole contre parole, invérifiable. Mais ces connards de trous du cul se croient couverts.....
Alors qu'en fait il faut rencontrer, parler, évaluer la parole des patients. Celle-ci est inévitablement liée à leur pathologie. Leur "plainte" est-elle actuelle? En lien avec un vieil événement de plusieurs jours, semaines, mois, années? Quel rapport avec son ou ses fantasmes? Quelle est l'évolution du discours au bout de quelques heures, jours?... Quelle est la vraie demande qui peut être derrière?
Mais non. Ces connards de trous du cul ne prennent absolument pas SOIN !!!!! Ils remplissent des formulaires, balisent la situation autour d'eux. Et après, si on retrouve le patient, on doit reprendre ......
Anguerrand
- 15/07/2018 - 15:36
La règle du 80 km/ heures
Encore une contrainte que l’etat veut nous enfiler par des spots de tv faux. En effet Auto Moto a fait lui même ses essais et la différence n’est pas de 13 km mètres entre 90 et 80 mais selon les voitures de 7 à 8 mètres. L’etat ne cessent de nous mentir en nous prenant pour des imbéciles. Il est question que des milliers de radars miniaturisés ( achetés en Chine);soient cachés derrière les panneaux de signalisation. Ainsi on pourra ainsi être contrôlé parfois tous le 20 m. Au volant on va devenir fou. Malheur à vous si vous doublez un camion qui cache un panneau.