En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif

06.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

07.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 4 heures 39 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 5 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 6 heures 35 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 10 heures 20 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 11 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 17 heures 9 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 18 heures 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 5 heures 6 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 7 heures 53 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 10 heures 52 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 4 heures
© STF / AFP
© STF / AFP
Tout vient à point...

Les élections européennes 2019 pourraient-elles permettre au rêve giscardien de recomposition par le centre d’aboutir avec 40 ans de retard ?

Publié le 14 juillet 2018
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
BVA POP2017
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
POP2017, ou Plateforme des Opinions Publiques est un dispositif inédit mis en place par BVA et Salesforce dans la perspective des élections présidentielle et législatives de 2017. Il s’agit d’un laboratoire d’analyse des opinions politiques permettant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

Une récente enquête de BVA pour L’Obs, consacrée à « L’union des droites, avenir crédible ou impasse politique », permet de mieux comprendre l’un des points les plus stratégiques des évolutions en cours de notre vie politique. Des éléments du décor de ce à quoi elle pourrait ressembler d’ici 5 à 10 ans commencent à émerger : parmi ceux-ci, la grande question est celle du rapprochement ou bien de la guerre à mort entre Les Républicains et le Rassemblement national. Lequel mangera l’autre, lequel obligera l’autre à un partenariat, lequel survivra (et dans quel état) à l’une ou l’autre des stratégies, entre fusion, fission, absorption ? Au-delà du cas de la droite, c’est toute la question de la permanence des lignes de clivages politiques et idéologiques qui se pose. Trois grands enseignements peuvent en être retirés. 

Tout d’abord, les deux grandes familles politiques qui ont rythmé les alternances politiques en France au cours des dernières décennies, la gauche et la droite, peuvent trouver quelque espoir (et réconfort) dans la résilience attestée du clivage gauche-droite dans sa dimension d’identification politique. Les données montrent clairement que le clivage gauche-droite fait de la résistance : 36% des personnes interrogées se positionnent à gauche, 37% à droite et seulement 10% au centre tandis 15% ne se déclarent « ni à droite, ni à gauche ». En cela, les résultats de l’enquête BVA s’inscrivent parfaitement dans l’ensemble des données aujourd’hui disponibles dans les pays européens et même au plan mondial.  Contrairement à la thèse selon laquelle les citoyens rejetteraient à présent le clivage gauche-droite et seraient idéologiquement « désaffiliés ». Toutes les enquêtes comparatives internationales récentes montrent qu’une large majorité continue de se positionner à gauche ou à droite. Ainsi, dans les vagues récentes de la grande enquête électorale mondiale CSES (Comparative Study of Electoral Systems) on constate qu’une très large proportion des personnes interrogées peut se positionner et se classer sur une échelle graduée de 0 (position la plus à gauche), à 10 (position la plus à droite). Cette proportion atteint près de 90% dans les démocraties libérales les plus anciennes. 

Une seconde observation vient néanmoins nuancer le constat d’une forte résilience du clivage gauche-droite. L’enquête s’est attachée à comprendre ce qui unit et ce qui différencie la famille des droites (on pourrait sans doute faire les mêmes constats sur la famille des gauches). A droite, on voit que si le soutien à des rapprochements électoraux entre les différents partis de droite (LR, DLF et RN l’ex FN) est majoritaire (65% des personnes se déclarant de droite pourraient voter pour une liste d’union de ces partis lors des européennes de 2019) et semble donc accréditer la thèse d’une appartenance idéologique à la même famille, cette thèse touche aussi ses limites : tous les indicateurs de l’enquête montrent que l’hypothèse d’une « fusion des droites » n’est en réalité fortement soutenue et portée que par les fractions les plus à droite ou les moins centristes. Les électeurs qui se déclarent « plutôt à droite » ne soutiennent pas majoritairement cette hypothèse : seuls 39% d’entre eux le souhaitent contre 70% de ceux qui se classent « à droite » et 96% de ceux qui se classent « très à droite ». Cette asymétrie dans l’hypothèse d’une « fusion des droites » se retrouve d’ailleurs, et encore davantage marquée, lorsque l’on interroge ces électeurs de droite sur leur souhait de voir se généraliser à toutes les élections des candidatures communes LR-DFL et RN (ex-FN). Le soutien à cette hypothèse dispose d’une courte majorité chez les sympathisants du RN mais il est très minoritaire chez les sympathisants LR. 

Troisième observation et non des moindres. Les valeurs politiques et les convictions des électeurs des droites ne sont pas homogènes : si des nuances existent dans leur soutien généralement élevé aux valeurs du travail, du patriotisme, de la famille, de l’autorité, des différences fondamentales existent sur les questions économiques et surtout sur la question de l’Europe. C’est d’ailleurs sans doute parce que la question européenne implique des choix économiques et les contraint que les différences sur ces deux sujets restent fortes entre les familles des droites. Le paradoxe n’est donc qu’apparent entre le soutien majoritaire des droites à l’hypothèse d’une liste commune aux élections européennes et leur forte différence sur la question européenne : faire liste commune pour les différentes droites lors des européennes de 2019 répond surtout à une préoccupation tactique, faire mordre la poussière à Emmanuel Macron et à LREM. 

L’enquête de BVA montre en tout cas que la partie la plus centre-droit de la droite peut potentiellement basculer et jouer pleinement la carte de la recomposition : ceux qui se positionnent « plutôt à droite » se déclarent surtout proches de LREM ou de l’UDI et voient davantage dans Xavier Bertrand et Valérie Pécresse l’incarnation de leurs idées que dans Laurent Wauquiez. La question de l’Europe jouera à cet égard un rôle de catalyseur, accélérant la recomposition des droites et des centres. 

Au fait, lors des prochaines élections européennes, on fêtera les quarante ans de l’élection au suffrage universel direct du Parlement européen. Quarante ans, le bel âge pour voir le rêve giscardien d’une recomposition politique au centre et sur la question de l’Europe ? Ou alors, scénario plus sombre de l’ombre fatale pour ce projet du repli national et des peurs, ou encore scénario de la contestation de l’Europe en termes sociaux ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/07/2018 - 14:44
Cautrès fait partie des derniers Mohicans socialistes...
ceux qui avaient réussi à inverser le sens des mots eta faire gober ça aux moutons n’en ont plus que pour un an à vous enfumer...après, ça sera la liberté de pensée...attention à la lumière aveuglante à l’orée de la grotte!
kelenborn
- 14/07/2018 - 14:27
Comme d'habitude
Cautrès sur jambe de bois
GP13
- 14/07/2018 - 12:29
Que veut dire "repli national" ?
Quand la France renonce à sa souveraineté pour cause d'Europe elle effectue un repli, à l'image d'une armée en difficulté qui se replie et abandonne du terrain.
Quand la France met en avant son indépendance et sa souveraineté, elle effectue non pas un repli, un abandon, mais un ressourcement, avec une capacité renforcée de dialogue avec ses partenaires.
Taxer de repli national l'exigence élémentaire de souveraineté, et donc d'authentique démocratie, c'est tenir la France pour un pays définitivement vaincu......