En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 17 min 45 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 26 min 47 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 41 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 4 heures 54 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 21 min 37 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 3 heures 54 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 14 heures 4 min
© STAFF / AFP
© STAFF / AFP
Bonnes feuilles

Didier Deschamps : un sélectionneur en or qui a gagné plus de titres comme entraîneur que comme joueur

Publié le 14 juillet 2018
L'équipe de France de football a rendez-vous avec son destin ce dimanche dans le cadre de la finale de la Coupe du monde. Didier Deschamps pourrait à jamais entrer dans l'histoire du football français avec un nouveau sacre à la tête des Bleus. Extrait du livre de Philippe Grand, "Didier Deschamps, face à l'histoire" aux éditions Mareuil. (1/2)
Philippe Grand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Grand est chef du service des sports du Courrier Picard. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur le football.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'équipe de France de football a rendez-vous avec son destin ce dimanche dans le cadre de la finale de la Coupe du monde. Didier Deschamps pourrait à jamais entrer dans l'histoire du football français avec un nouveau sacre à la tête des Bleus. Extrait du livre de Philippe Grand, "Didier Deschamps, face à l'histoire" aux éditions Mareuil. (1/2)

« Didier Deschamps gagnera plus de titres comme entraîneur que comme joueur. » 

La prédiction est de Michel Platini. On sait pourtant que le grand Michel (triple Ballon d’or France Football) n’est pas particulièrement fan du petit (1,74 m) Didier. 

Mais si l’ex-président de l’UEFA, dont la réputation est désormais écornée, a toujours soufflé le chaud et le froid à propos du capitaine des champions du monde 1998, sa science du football lui a souvent permis de voir juste, à l’image de ses passes et tirs millimétrés du temps de sa splendeur (triple Ballon d’or France Football : 1983, 1984, 1985). Dès lors, son propos était de bon augure à l’heure de la nomination de Didier Deschamps à la tête de l’équipe de France. Celle-ci intervint officiellement le 8 juillet 2012, après une semaine de tergiversations. 

L’ancien Nantais voulait notamment, entre autres garanties, ménager son prédécesseur Laurent Blanc, parti brouillé avec le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët. Une louable intention. Mais un vœu pieu puisque, finalement, les deux anciens compères, champions du monde 1998 et champions d’Europe 2000, dont on prête conjointement la plus grande influence sur le vestiaire bleu des années françaises de conquêtes, ne « partiront pas en vacances ensemble », selon l’expression popularisée par le regretté Thierry Roland, quand il s’agissait de dépeindre une situation conflictuelle. 

« Ce n’est jamais agréable que l’un prenne la suite de l’autre, s’est expliqué plus tard Deschamps. Je croyais vraiment qu’il allait continuer. Alors je ne veux simplement pas qu’il y ait d’ambiguïté sur le fait que je me sois libéré de Marseille au moment de son [NDE : Blanc] départ. Moi je pensais me libérer dès la fin mai. Je n’avais rien programmé. Les deux actualités se sont entremêlées, c’est tout. La chose la plus importante c’est que je peux me regarder dans la glace. Les circonstances peuvent être troublantes. Mais je n’ai rien calculé. Rien du tout. » 

La nomination d’un sélectionneur est de toute façon rarement autre chose qu’une conjonction de situations. En la circonstance, elle tient ici à la volonté du président Le Graët qui, de notoriété publique, ne considérait pas Laurent Blanc comme l’homme idoine. Pour preuve, il avait refusé de lui reconduire son contrat après la qualification à l’Euro 2012, repoussant sa décision au lendemain de la compétition. 

Or, avec un bilan sportif décevant, marqué par un match contre l’Espagne où les Bleus ont terriblement souffert de la comparaison (2-0), Blanc est ressorti fragilisé du championnat d’Europe. En outre, il n’a pas su imposer l’autorité nécessaire pour empêcher plusieurs « sales gosses » de l’équipe de faire ressurgir le spectre de Knysna et de la traumatisante Coupe du monde 2010 ! 

Bref, malgré certains appuis, son sort était scellé dans l’esprit de Noël Le Graët qui, parallèlement, a toujours eu la volonté de confier les clés de l’équipe de France à Didier Deschamps. Encore fallait-il que son favori soit disponible. Une question de temps, car Deschamps n’en pouvait plus de l’OM, dont il était devenu l’entraîneur en juin 2009. 

Il avait pourtant permis à Marseille de redevenir champion de France en 2010, mettant fin à dix-sept ans de disette (dixhuit, si l’on considère que le dernier titre officiel des Marseillais date de la saison 1991-1992, puisque celui de 1992-1993 a été annulé suite à l’affaire VA-OM). Il a aussi réussi avec Marseille un inédit triplé en remportant trois Coupes de la Ligue consécutives (2010-2011-2012). Mais son fort caractère et son exigence continuelle (« quand je fais quelque chose, je le fais à fond ») lui ont vite valu certaines inimitiés. En particulier celle du tout-puissant José Anigo. Originaire des quartiers nord de la ville, l’ancien minot qui a tout vu et tout connu à l’OM, dont il fut joueur et entraîneur avant d’en être le directeur sportif, est viscéralement et sincèrement attaché à ce qui reste pour toujours son club « plus important que moi », même s’il fut contraint de le quitter fin 2016, écarté par le nouvel actionnaire, Franck McCourt. 

Avec son caractère entier et son tempérament bouillant, Anigo n’a peur de rien ni de personne quand Marseille est au centre d’un débat. S’opposer à Didier Deschamps ne l’arrête donc pas. Entre le Basque têtu et le Phocéen sanguin, les désaccords s’accumulent, les piques se multiplient et la cohabitation est infernale au milieu des clashes successifs. Jusqu’au point de non-retour durant la saison 2011-2012. « J’étais très mal. C’était pénible, voire violent par moments, ça se voyait physiquement », a fini par souligner Deschamps, sans trop détailler : « Sinon je vais encore recevoir des lettres recommandées. » 

Dans ces conditions, son départ était inévitable. Il n’a pas été évité d’autant qu’à l’OM, ne pas avoir à honorer les deux dernières années de contrat de Deschamps et son staff (son adjoint Guy Stephan, l’entraîneur des gardiens Nicolas Dehon, le préparateur physique Antonio Pintus) permettait de réaliser une économie salariale importante (plus de 12 millions d’euros pour les deux ans), à l’heure où le club avait sérieusement besoin de réduire la voilure. 

Néanmoins, la négociation entre les deux parties a été longue et âpre : du 20  mai, date de la dernière journée du championnat de Ligue 1, jusqu’à l’officialisation du divorce, il s’est passé 43 jours ! Ainsi, l’annonce de la libération de Didier Deschamps de son engagement à l’OM n’a pu être rendue publique que le lundi 2 juillet 2012… au moment où Laurent Blanc n’était pas reconduit à la tête des Bleus ! Une formidable coïncidence pour Le Graët. La voie était libre. Le président breton pouvait enfin nommer l’entraîneur basque. Sauf que celui-ci, épuisé, lassé, usé par la fin de son cycle marseillais, n’a d’abord pas donné suite. Avant de prendre conscience de l’opportunité qui se présentait, lui le candidat malheureux à l’éventuelle succession de Domenech en 2008, après – déjà – un Euro raté ! On se souvient de la suite : Raymond Domenech a été confirmé, en bénéficiant notamment de l’appui de… Noël Le Graët ! 

Grossière erreur qui conduisit à un marasme comme jamais. Marasme au sortir duquel Laurent Blanc avait été missionné pour redorer le blason français, avant de passer amèrement le relais à son « ami » Didier, qui a donc fini par accepter le challenge, une semaine après avoir résilié son contrat à l’OM. 

Comme par enchantement, sous sa coupe, le climat s’est apaisé. Finies les attitudes déplacées. Les Bleus sont redevenus respectables et respectés. Car au-delà de sa rage de vaincre, de sa haine de la défaite, de son sens tactique et de son flair, La Dèche impose ses valeurs sans transiger. Certains ne s’y feront pas, ne s’en remettront pas. Ils balanceront même dans les médias. Et si intérieurement, Didier Deschamps bouillonnera parfois, jamais il n’entrera dans le jeu de l’ego. Le collectif doit primer. Il primera. Quitte à se passer au fil du temps d’individualités talentueuses mais clivantes. Les chiens aboient, la caravane passe. Le sélectionneur sélectionne, le joueur joue. Chacun son rôle et si nécessaire, DD recadre : « Je ne suis pas méchant, mais je ne suis pas là pour être gentil. Dans le vestiaire un peu de crainte est salutaire. La plupart savent comment je fonctionne. Le cadre est identique pour tout le monde, ils sont tous importants. Après ils jouent ou ils ne jouent pas mais ils ont tous un rôle collectif. Ils sont dans un collectif. » 

Un modus operandi qui ramène d’abord les Bleus dans le Top 8 mondial en 2014 au Brésil, avec la malchance de tomber en quarts de finale sur le futur vainqueur, l’Allemagne (1-0), dont la France aura été le plus difficile adversaire de la Coupe du monde. Deux ans plus tard, Deschamps est à un poteau du titre de champion d’Europe. Enfin, il est aujourd’hui en Russie parmi les favoris au titre de champion du monde, vingt ans après avoir brandi le trophée suprême en tant que capitaine des Bleus.

Si l’issue devait être celle espérée, le moins surpris serait encore Michel Platini, volontiers vachard au moment de résumer la carrière de DD : « Didier a toujours eu de la chance. Je me demande d’ailleurs s’il n’est pas tombé dans un bénitier quand il est né. » 

Les chapitres qui suivent vont pourtant démontrer le contraire. Deschamps n’a jamais rien gagné dans la facilité. Il a toujours dû initialement lutter contre des vents contraires avant de finir par s’imposer et en imposer, par sa persévérance, sa méthode et son mental d’acier. Que ce soit en club ou en équipe de France, ses plus grands succès se sont construits au sortir de périodes d’échecs ou de doutes. Le joueur puis l’entraîneur ont connu les mêmes trajectoires. Idem avec la sélection nationale, où le capitaine Didier Deschamps a d’abord survécu au fiasco de 1993, et où le sélectionneur Deschamps Didier a dû continuellement renverser des tendances sportives et extra-sportives négatives pour redonner des couleurs aux Bleus. Cet ouvrage a donc naturellement exploré la vie de DD dans ses clubs successifs, puis avec l’équipe de France, ou dans les deux cas, le joueur devenu capitaine annonçait à l’évidence l’entraîneur qu’il allait être, et dont on saura bientôt jusqu’où son destin peut le conduire.

Extrait du livre de Philippe Grand, "Didier Deschamps, face à l'histoire" aux éditions Mareuil

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 14/07/2018 - 15:15
La Coupe du monde est en réalité un tournoi
où le pays qui est le plus chanceux gagne. Les matches tirés au sort sont trop rapprochés et les groupes de poule avantagent certaines équipes. La France n'a pas plus de mérite que des battus courageux de la première heure qui ont tout donné. Même avec des jeunots et certains joueurs quasi invisibles sur le terrain, la France va gagner...