En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 4 heures 23 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 9 heures 9 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 10 heures 23 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 11 heures 38 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 13 heures 14 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 13 heures 15 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 13 heures 15 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 8 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 9 heures 26 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 10 heures 37 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 11 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 13 heures 15 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 13 heures 18 min
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
Oursins

Otan ou Europe, « ils ne veulent pas payer » : mais d’où vient le mal allemand ?

Publié le 12 juillet 2018
Les Allemands plus que réticents à ce que leur pays augmente ses dépenses militaires pour qu'elles atteignent les 2% du PIB exigé par l'Otan. L'explication est autant historique que politique.
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Allemands plus que réticents à ce que leur pays augmente ses dépenses militaires pour qu'elles atteignent les 2% du PIB exigé par l'Otan. L'explication est autant historique que politique.

Atlantico : Selon un sondage publié par Die Welt, seuls 15% des allemands seraient favorables à ce que l'Allemagne augmente ses dépenses militaires jusqu'au seuil de 2% du PIB, conformément aux règles de l'OTAN. Pour 24% d'entre, un seuil de 1.5% serait acceptable mais 36% estiment que cela est déjà trop.​ Comment expliquer cette réticence allemande à financer des dépenses militaires ? Faut-il y voir une conséquence du poids de l'histoire, une peur du retour d'un passé​ allemand, ou le résultat d'une simple volonté de "ne pas payer" ? 

Rémi Bourgeot : Plusieurs éléments se superposent en effet, et il est intéressant de voir que la réticence à accroître les dépenses militaires s’ancre en Allemagne dans l’opinion populaire et qu’il ne s’agit pas que d’une option de la classe politique.

L’aspect financier n’est pas l’unique cause naturellement si l’on prend une perspective de long terme, mais c’est un élément central, dans le contexte de la politique de désendettement du gouvernement allemand et de maximisation de l’excédent budgétaire. A partir où une garantie de défense est apportée par l’Otan notamment, on observe un réflexe qui évoque l’approche que les dirigeants allemands ont eue et ont encore de la gestion de la zone euro.

Le paradoxe n’est qu’apparent entre d’un côté une vision qui est restée essentiellement nationale de la responsabilité politique et le fait de dépendre en grande partie de garanties de défense des alliés du pays. Le paradoxe est levé d’une part par la remise en cause progressive en Allemagne des menaces sur lesquelles se concentre l’Otan et, de l’autre, par la doctrine non-interventionniste qui est au cœur de la politique allemande depuis les débuts de la République fédérale.

On peut opérer une distinction entre certains milieux d’experts géopolitiques allemands qui ont souvent été en pointe par exemple sur la thématique de la menace russe qui pèserait sur l’ensemble du continent européen et l’évolution de la perception des milieux politiques et économiques. On pouvait ainsi entendre dans certains milieux d’experts en Allemagne comme en France, vers 2014 -2015, que la Russie menaçait, après la Crimée, d’envahir les pays baltes. Après une phase d’observation de la situation, les milieux politiques et d’affaires se sont en général repositionnés, au-delà des clivages politiques, sur une stratégie plus proche d’une certaine conception de la real-politik et sur les intérêts économiques du pays en termes de débouchés commerciaux et d’approvisionnement énergétique, comme le montre la construction de Nord Stream II.

Autant l’élite allemande s’est longtemps considérée comme parfaitement intégrée à un système mondial emmené par les Etats-Unis et centré sur la participation à l’Otan, autant la mode néoconservatrice a fini par entrer en collision avec le non-interventionnisme allemand, comme en 2003 dans le rejet de l’invasion de l’Irak aux côtés de la France, et au moment de l’intervention en Libye. On observe en Allemagne un scepticisme assez général face au discours géopolitique de ses partenaires, en particulier sur les sujets relatifs au Moyen-Orient mais aussi de plus en plus sur la Russie.

Cette participation limitée à l’effort de défense commune trouve un écho particulier dans le pays au fur et à mesure que certaines des menaces pointées du doigt sont jugées peu tangibles du point de vue allemand.

Ce retrait demeure néanmoins sur des sujets cruciaux comme le Sahel ou plus généralement sur ce que pourrait être une approche coordonnée dans la lutte contre le terrorisme. En d’autres termes, la faiblesse de la contribution allemande relève d’une constante politique profonde et n’est pas simplement conditionnée aux errements de ses partenaires et de l’Otan. Une redéfinition du rôle de l’Otan dans un sens davantage centré sur les défis réels ne suffirait pas en tant que tel à éveiller en Allemagne la volonté d’une plus forte participation.

​Quelles sont les conséquences réelles de cette situation sur le pays et sur l'Europe ? Faut-il voir l'Allemagne comme un pays "à part"​ au sein de l'OTAN ? 

L’Allemagne peut être vue comme un pays à part au sein de l’Otan dans la mesure où la faiblesse de sa contribution et son non-interventionnisme dépasse la question des menaces évoquées. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni demeurent des piliers de l’alliance, ce qui se traduit notamment par des dépenses plus conséquentes. Les problèmes liés à la question de la redéfinition des finalités de l’Otan et à certaines interventions plus que discutables, notamment en Libye, ont néanmoins indéniablement agrandi ce fossé et conforté l’Allemagne dans son retrait. La fracture au sein de l’Otan s’est ainsi considérablement aggravée et on ne peut imaginer un rééquilibrage d’un point de vue quantitatif sur les montants en jeu et qualitatif sur la capacité d’intervention qu’au terme d’une véritable concertation sur le rôle de la défense commune. Le fait que Barack Obama, et encore davantage Donald Trump, aient pointé du doigt la faiblesse des dépenses militaires allemandes a sans aucun doute créé un malaise qui oblige d’ores et déjà les dirigeants allemands à faire un effort dans une certaine mesure. Mais un rééquilibrage de long terme nécessiterait un véritable débat sur les doctrines stratégiques en vue d’un modèle de coopération qui puisse convaincre les responsables politiques ainsi que la population de la pertinence de l’approche commune.

Les conceptions politiques évoluent ces derniers temps dans un sens qui pourrait en réalité, sur le fond, rendre plus accessible un dialogue au terme duquel il serait possible d’afficher des exigences dès lors légitimes à l’Allemagne. Du fait des constructions administratives liées à l’Otan, mais aussi désormais de la thématique encore évanescente de l’Europe de la défense, ce qui fait office de doctrine commune ne représente pas nécessairement l’évolution des positions des uns et des autres ni même d’un éventuel consensus. Dans le contexte du jeu politique actuel, on voit ainsi Donald Trump accuser l’Allemagne d’être maillotée par le Kremlin ; ce qui ne peut qu’apparaître paradoxal au vu de ses idées personnelles en matière de relations internationales et des accusations auquel il fait face en ce qui concerne sa campagne présidentielle. Derrière la mise en scène autour du sommet de Bruxelles se dessine une reconfiguration qui dépasse l’Otan elle-même et qui voit ses acteurs jouer avec les codes qui la caractérise sans nécessairement les embrasser.

Ne peut-on pas également voir cette situation comme étant également le résultat des intérêts économiques recherchés par Berlin, notamment dans le contexte spécifique de la guerre commerciale initiée par l'administration américaine ? 

L’aspect économique entre naturellement en compte dans ce jeu sur les codes de la défense commune. A la critique de sa politique commerciale Trump répond en pointant du doigt le manque d’engagement de Berlin dans le système interétatique qu’est l’Otan. On voit donc un jeu symbolique de mise sous pression des dirigeants allemands renvoyés à leurs propres arguments sur l’unilatéralisme américain, mais aussi un enjeu plus strictement lié aux dépenses de défense elles-mêmes. Trump pointe la faiblesse des dépenses essentiellement pour dénoncer le poids financier qui pèse sur les Etats-Unis, où les dépenses militaires représentent 3% du PIB, mais aussi au passage pour pointer la question du modèle allemand de compression des dépenses et des investissements publics. Le président américain trouve là un moyen de pression qui est à la fois en ligne avec la doctrine de retrait relatif des affaires mondiales du type « America first » et qui repose sur la critique de politiques non-coopératives. Cette approche a notamment trouvé un écho au Royaume-Uni, qui consacre 1.8% de son PIB aux dépenses militaires et où de nombreux analystes s’accordaient à critiquer l’approche allemande en matière de dépenses militaires, alors que l’élite britannique se montre généralement critique des mesures commerciales de Donald Trump. On voit aussi un certain débat prendre forme en France, où la part du PIB consacré à la défense s’élève à 2.2%.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 16/07/2018 - 09:49
@moneo
J'essai d'éviter de dire n'importe quoi, donc avant mon post, j'avais été voir là http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/JPN/fr/MS.MIL.XPND.GD.ZS.html et là https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/MS.MIL.XPND.GD.ZS?locations=JP&view=chart.
Par contre vous pouvez envoyez un mail à libération pour que leur journaliste apprenne le calcul d'un pourcentage parce que 5190 milliards de yens ça fait 46,13 milliards de dollars, pour un pib 2018 anticipé de 5063 milliards de dollars,déja ça saute aux yeux que le budget militaire est de moins de 1% de pib, je ne sais pas comment le journaliste a pu trouver "le Japon va consacrer plus de 5% de son budget total aux dépenses militaires", ... et par la même occasion vous induire en erreur ...
moneo
- 13/07/2018 - 18:24
japon anti militariste ?
http://www.liberation.fr/planete/2017/12/22/au-japon-shinzo-abe-appuie-sur-la-gachette-des-depenses_1618470

faut réviser le connaissances
moneo
- 13/07/2018 - 16:05
@Philippe de commynes
des solutions plus intelligentes , lesquelles ?
nous n'aurons jamais d'armée européenne ça commencé en 56 et maintenant avec l'arme nucléaire.. faut oublier

Par contre on peut penser qu'une tendance Allemande existe pour se rapprocher de la Russie et donc de le'x bloc soviétique ( compliqué quand même avec le pays limitrophes de la Russie qui sont eux totalement phobiques vis à vos de leur ancien maître)
si l'UE explose alors la question se posera
Mais si l'immigration non maitrisée amène au Pouvoir les nationalistes allemand alors tout e l 'equation changera...
l'UE est defendue par l'Otan .la France a une place à part tant que technologiquement des adversaires potentiels considéreront il n' y a pas intérêt à déclencher une riposte nucléaire... si nous ne suivons pas la cadence technologique alors nous serons nous aussi face à la question centrale qui doit défendre le pays avec quelles conséquences?
La vraie question devrait être peut on faire partie d l 'UE et acheter du matériel militaire non UE? ou sont les alliances militaires de fabricants UE ?
OU sont le les drones UE? les successeurs du rafale? les missiles ?