En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 11 heures 8 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 48 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 53 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 34 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 59 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 56 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 46 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 17 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 59 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 41 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 20 heures 18 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Bonnes feuilles

La souveraineté : ultime enjeu européen avant le Brexit ?

Publié le 27 juillet 2018
Alors que l'Europe s'est déchirée sur la crise des migrants et que le Brexit approche, Bruno Alomar dévoile les complexités de l'UE et les courants entre les souverainistes et les fédéralistes. Extrait du livre de Bruno Alomar, "La réforme où l'insignifiance Dix ans pour sauver l'Union européenne" aux éditions de l'école de guerre, ligne de front (1/2).
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'Europe s'est déchirée sur la crise des migrants et que le Brexit approche, Bruno Alomar dévoile les complexités de l'UE et les courants entre les souverainistes et les fédéralistes. Extrait du livre de Bruno Alomar, "La réforme où l'insignifiance Dix ans pour sauver l'Union européenne" aux éditions de l'école de guerre, ligne de front (1/2).

Ce qu’il faut faire : l’indispensable clarification politique par la réaffirmation de la primauté des États-nations

L’hétérogénéité culturelle, géographique, historique, politique, linguistique conduit à une conclusion nette : en l’état, car il n’est pas interdit de penser qu’un long processus sur plusieurs générations invalide cette analyse, il n’y a pas de peuple européen. La souveraineté n’existe et ne doit exister qu’au niveau des États-nations. L’Union européenne est une organisation internationale au service de ses États membres.

Réaffirmer ce qui nous semble des évidences ne suffit pourtant pas.

Sur le plan juridique, il faut clarifier la question de la primauté des droits constitutionnels nationaux sur le droit européen, en ce compris les traités européens, et inscrire clairement dans les traités européens que, quelles que soient les compétences qui lui sont attribuées, l’Union européenne ne dispose pas de l’attribut de la souveraineté, aux seules mains des États qui la composent.

La question, cependant, est essentiellement politique. La clarification du lieu où se situe la souveraineté doit permettre de mettre fin à ce qui est sans doute l’un des effets les plus négatifs de la construction européenne : l’incapacité à distinguer clairement qui est responsable de quoi. Si l’on considère en effet le rapport à l’Union européenne, par exemple en France, il se  partage en deux attitudes diamétralement opposées, mais qui se nourrissent de l’ambiguïté que crée le brouillage des responsabilités respectives entre le niveau national et le niveau européen.

D’un côté, les fédéralistes veulent voir l’Union européenne comme une souveraineté latente, ce qui justifie chez eux les abandons de souveraineté au niveau national. D’un autre côté, les souverainistes n’ont de cesse de proclamer que la souveraineté a échappé aux États-nations, ce qui est largement faux. Opposés dans leur but, souverainistes et fédéralistes sont solidaires dans leur mécompréhension, pour partie réelle, pour partie feinte, d’une Union européenne qu’ils voient, espèrent, ou redoutent beaucoup plus importante qu’elle n’est en réalité. À cet égard, l’un des effets positifs du Brexit est incontestablement la fin proche de ce jeu de défausse permanent entre le niveau national et le niveau européen : pour le pire ou pour le meilleur, à compter de 2019, les Britanniques seront à nouveau maîtres de leur destin, et ne pourront plus chercher le salut ou la cause de leurs malheurs à Bruxelles. Il leur restera à répondre à cette question : que signifie être maître de son destin dans un monde interconnecté, et quand, parce qu’il s’agit du Royaume-Uni, l’ouverture au monde est l’ADN des Britanniques.

Extrait de "La réforme où l'insignifiance Dix ans pour sauver l'Union européenne", de Bruno Alomar, aux éditions de l'école de guerre, ligne de front

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 07/07/2018 - 15:50
Une petite nuance
L'ouverture DU monde est l'ADN des britanniques.
L'ouverture AU monde n'est justement pas l'ADN des britanniques, et explique,en partie, le Brexit et, complètement, la situation à Calais, sans compter la quarantaine pour les animaux.
Le libre échange est une doctrine britannique élaborée pour ses intérêts : que les autres ouvrent leurs frontières pendant que les frontières terrestres et maritimes de la Grande Bretagne restent impossibles à ouvrir!!