En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Bonnes feuilles

La souveraineté : ultime enjeu européen avant le Brexit ?

Publié le 27 juillet 2018
Alors que l'Europe s'est déchirée sur la crise des migrants et que le Brexit approche, Bruno Alomar dévoile les complexités de l'UE et les courants entre les souverainistes et les fédéralistes. Extrait du livre de Bruno Alomar, "La réforme où l'insignifiance Dix ans pour sauver l'Union européenne" aux éditions de l'école de guerre, ligne de front (1/2).
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'Europe s'est déchirée sur la crise des migrants et que le Brexit approche, Bruno Alomar dévoile les complexités de l'UE et les courants entre les souverainistes et les fédéralistes. Extrait du livre de Bruno Alomar, "La réforme où l'insignifiance Dix ans pour sauver l'Union européenne" aux éditions de l'école de guerre, ligne de front (1/2).

Ce qu’il faut faire : l’indispensable clarification politique par la réaffirmation de la primauté des États-nations

L’hétérogénéité culturelle, géographique, historique, politique, linguistique conduit à une conclusion nette : en l’état, car il n’est pas interdit de penser qu’un long processus sur plusieurs générations invalide cette analyse, il n’y a pas de peuple européen. La souveraineté n’existe et ne doit exister qu’au niveau des États-nations. L’Union européenne est une organisation internationale au service de ses États membres.

Réaffirmer ce qui nous semble des évidences ne suffit pourtant pas.

Sur le plan juridique, il faut clarifier la question de la primauté des droits constitutionnels nationaux sur le droit européen, en ce compris les traités européens, et inscrire clairement dans les traités européens que, quelles que soient les compétences qui lui sont attribuées, l’Union européenne ne dispose pas de l’attribut de la souveraineté, aux seules mains des États qui la composent.

La question, cependant, est essentiellement politique. La clarification du lieu où se situe la souveraineté doit permettre de mettre fin à ce qui est sans doute l’un des effets les plus négatifs de la construction européenne : l’incapacité à distinguer clairement qui est responsable de quoi. Si l’on considère en effet le rapport à l’Union européenne, par exemple en France, il se  partage en deux attitudes diamétralement opposées, mais qui se nourrissent de l’ambiguïté que crée le brouillage des responsabilités respectives entre le niveau national et le niveau européen.

D’un côté, les fédéralistes veulent voir l’Union européenne comme une souveraineté latente, ce qui justifie chez eux les abandons de souveraineté au niveau national. D’un autre côté, les souverainistes n’ont de cesse de proclamer que la souveraineté a échappé aux États-nations, ce qui est largement faux. Opposés dans leur but, souverainistes et fédéralistes sont solidaires dans leur mécompréhension, pour partie réelle, pour partie feinte, d’une Union européenne qu’ils voient, espèrent, ou redoutent beaucoup plus importante qu’elle n’est en réalité. À cet égard, l’un des effets positifs du Brexit est incontestablement la fin proche de ce jeu de défausse permanent entre le niveau national et le niveau européen : pour le pire ou pour le meilleur, à compter de 2019, les Britanniques seront à nouveau maîtres de leur destin, et ne pourront plus chercher le salut ou la cause de leurs malheurs à Bruxelles. Il leur restera à répondre à cette question : que signifie être maître de son destin dans un monde interconnecté, et quand, parce qu’il s’agit du Royaume-Uni, l’ouverture au monde est l’ADN des Britanniques.

Extrait de "La réforme où l'insignifiance Dix ans pour sauver l'Union européenne", de Bruno Alomar, aux éditions de l'école de guerre, ligne de front

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 07/07/2018 - 15:50
Une petite nuance
L'ouverture DU monde est l'ADN des britanniques.
L'ouverture AU monde n'est justement pas l'ADN des britanniques, et explique,en partie, le Brexit et, complètement, la situation à Calais, sans compter la quarantaine pour les animaux.
Le libre échange est une doctrine britannique élaborée pour ses intérêts : que les autres ouvrent leurs frontières pendant que les frontières terrestres et maritimes de la Grande Bretagne restent impossibles à ouvrir!!