En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

04.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

07.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 5 heures 12 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 9 heures 24 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 10 heures 1 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 11 heures 57 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 13 heures 15 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 15 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 17 heures 22 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 5 heures 27 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 9 heures 38 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 11 heures 6 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 12 heures 36 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 15 heures 38 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 16 heures 7 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 17 heures 46 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Prétention jupitérienne

"L’Europe, c’est moi" : le jeu dangereux d’Emmanuel Macron

Publié le 29 juin 2018
Macron croit pouvoir rejouer le rôle d’unique recours face au chaos populiste… Seulement, Paris n’est pas l’Europe, et Macron joue là un jeu dangereux pour cette Union politique dont il se veut le champion.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Macron croit pouvoir rejouer le rôle d’unique recours face au chaos populiste… Seulement, Paris n’est pas l’Europe, et Macron joue là un jeu dangereux pour cette Union politique dont il se veut le champion.

Il n’y a pas qu’en politique intérieure qu’Emmanuel Macron puisse être comparé à OSS 117. Au plan européen, il incarne la caricature de cette arrogance moralisatrice que l’on prête hélas à notre pays. Ainsi, sur l’asile et l’immigration, ce tenant de l’Europe politique devrait se réjouir de tenir enfin un vrai débat qui intéresse tous les Européens. Las, Macron n’a de cesse de dégrader ce débat en le réduisant à une confrontation entre pro et anti-européens. Ainsi, il n’a pas de mots assez durs pour Matteo Salvini - et pourtant, lequel des deux suspend Schengen pour refouler les demandeurs d’asile sur la Riviera, faisant de Vintimille un Calais au soleil ? Macron. Salvini serait-il donc plus “européen” que Macron ? Cherchez l’erreur…

L’erreur réside dans cette prétention jupitérienne à incarner l’Europe : qui n’est pas avec lui est anti-européen. Macron croit pouvoir rejouer le rôle d’unique recours face au chaos populiste… Seulement, Paris n’est pas l’Europe, et Macron joue là un jeu dangereux pour cette Union politique dont il se veut le champion. En effet, si l’UE s'identifie elle-même à une seule ligne politique possible, et si elle discrédite l'asile en le laissant être une filière d'immigration clandestine par son impuissance à rapatrier les demandeurs déboutés, alors l'opposition à cette seule politique pourrait mener au rejet de l’UE dans son ensemble.

Diaboliser ses adversaires ne fonctionnera pas au niveau européen, et Macron va devoir faire face aux contradictions entre Schengen, Dublin et les refuzniks de l’allocation centralisée de réfugiés. Un triangle d’incompatibilités d’où l’on ne sortira que par des rapatriements conséquents - ou par la renationalisation de ces politiques. Car dehors, c’est le vrai monde : plus les positions des Etats seront éloignées sur asile-immigration, moins ces politiques demeureront européennes et plus elle redeviendront nationales.

La question est donc simple : quelle politique voulons-nous mener ensemble ? Distinguer les réfugiés des migrants non éligibles à l’asile, certes - mais encore ? Accueillir d’abord et trier ensuite, ou l’inverse ? Continuer à traiter les demandes en Europe serait tenable si les États d’origine reprenaient leurs ressortissants. Or, les dirigeants africains, par un froid calcul économique d’exportation de la pauvreté, leur refusent les laissez-passer. Ainsi se crée un fait accompli migratoire en Europe, aggravé par les nombreuses possibilités de régularisation, et en France par le droit du sol.

C’est ce fait accompli qui fausse tout le débat, et dégrade la perception des réfugiés, de même que chez Molière les faux dévots nuisent à la piété authentique. Les Européens ne sont pas devenus soudainement hostiles à l’asile : il n’y aurait pas cette crispation si la grande majorité des demandes n’étaient pas infondées, et si leur rejet ne restait pas sans effet.

Cette défiance est aggravée par le discours technocratique selon lequel il est vain de vouloir contrôler ses frontières car les mouvements de population sont trop profonds pour être arrêtés, et qui forge dans l’opinion l’image d’une Afrique réservoir inépuisable de misère. Dès lors, comment croire que les Européens se résignent à leur propre dilution sans réagir ?

Quant à l'Italie, elle était prise au piège d’un contrat qu’elle était seule à honorer, constatant que les autres pays sont “européens” quand il s’agit de lui renvoyer les migrants arrivés par ses ports (Dublin), mais pas pour les laisser circuler sans contrôle (Schengen) et surtout pas pour accueillir les quotas de réfugiés (votés en 2015)... Il est normal qu’elle veuille en sortir en déroutant les bateaux vers d’autres pays de première arrivée.

L’alternative est donc simple pour l’UE : soit elle parvient à contrôler les flux - entrants mais aussi sortants avec les reconduites - soit il faudra mettre fin à l’espace Schengen, car c’est lui qui attire les flux migratoires vers l’Italie ou la Grèce. Il va donc falloir impliquer sérieusement les dirigeants africains, grands absents du récit des migrations alors que leur  malgoverno est un facteur premier de l’exode de leurs populations.  Ici, l’UE pourrait avoir une forte valeur ajoutée, en sortant la France de son huis clos postcolonial avec l’Afrique du Nord et de l’Ouest, et en pesant de tout son poids économique pour inciter ces dirigeants experts en chantage à l’instabilité à devenir des partenaires loyaux. Ces pistes, évoquées par la Commission la semaine dernière, sont la clef pour sortir de l’actuel statu quo, mortifère à tous les égards.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 30/06/2018 - 16:38
Il se disait Jupiter. Voilà
Il se disait Jupiter. Voilà qu'il se rêve en Napoléon. Attention, ça a mal fini. C'est que les autres Européens ne l'ont pas élu, eux. Et franchement, il est du style indigeste ...
A M A
- 30/06/2018 - 16:01
Ses patrons vont le sacrifier
Ses patrons vont le sacrifier sur l'autel de l'Europe. Il déraille.
cloette
- 30/06/2018 - 11:26
de plus Macron s'en fout
car " il suffit de dissoudre le peuple et d'en élire un autre " Bertold Brecht