En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 27 min 13 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 10 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 12 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 57 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 39 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 56 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 19 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Prétention jupitérienne

"L’Europe, c’est moi" : le jeu dangereux d’Emmanuel Macron

Publié le 29 juin 2018
Macron croit pouvoir rejouer le rôle d’unique recours face au chaos populiste… Seulement, Paris n’est pas l’Europe, et Macron joue là un jeu dangereux pour cette Union politique dont il se veut le champion.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Macron croit pouvoir rejouer le rôle d’unique recours face au chaos populiste… Seulement, Paris n’est pas l’Europe, et Macron joue là un jeu dangereux pour cette Union politique dont il se veut le champion.

Il n’y a pas qu’en politique intérieure qu’Emmanuel Macron puisse être comparé à OSS 117. Au plan européen, il incarne la caricature de cette arrogance moralisatrice que l’on prête hélas à notre pays. Ainsi, sur l’asile et l’immigration, ce tenant de l’Europe politique devrait se réjouir de tenir enfin un vrai débat qui intéresse tous les Européens. Las, Macron n’a de cesse de dégrader ce débat en le réduisant à une confrontation entre pro et anti-européens. Ainsi, il n’a pas de mots assez durs pour Matteo Salvini - et pourtant, lequel des deux suspend Schengen pour refouler les demandeurs d’asile sur la Riviera, faisant de Vintimille un Calais au soleil ? Macron. Salvini serait-il donc plus “européen” que Macron ? Cherchez l’erreur…

L’erreur réside dans cette prétention jupitérienne à incarner l’Europe : qui n’est pas avec lui est anti-européen. Macron croit pouvoir rejouer le rôle d’unique recours face au chaos populiste… Seulement, Paris n’est pas l’Europe, et Macron joue là un jeu dangereux pour cette Union politique dont il se veut le champion. En effet, si l’UE s'identifie elle-même à une seule ligne politique possible, et si elle discrédite l'asile en le laissant être une filière d'immigration clandestine par son impuissance à rapatrier les demandeurs déboutés, alors l'opposition à cette seule politique pourrait mener au rejet de l’UE dans son ensemble.

Diaboliser ses adversaires ne fonctionnera pas au niveau européen, et Macron va devoir faire face aux contradictions entre Schengen, Dublin et les refuzniks de l’allocation centralisée de réfugiés. Un triangle d’incompatibilités d’où l’on ne sortira que par des rapatriements conséquents - ou par la renationalisation de ces politiques. Car dehors, c’est le vrai monde : plus les positions des Etats seront éloignées sur asile-immigration, moins ces politiques demeureront européennes et plus elle redeviendront nationales.

La question est donc simple : quelle politique voulons-nous mener ensemble ? Distinguer les réfugiés des migrants non éligibles à l’asile, certes - mais encore ? Accueillir d’abord et trier ensuite, ou l’inverse ? Continuer à traiter les demandes en Europe serait tenable si les États d’origine reprenaient leurs ressortissants. Or, les dirigeants africains, par un froid calcul économique d’exportation de la pauvreté, leur refusent les laissez-passer. Ainsi se crée un fait accompli migratoire en Europe, aggravé par les nombreuses possibilités de régularisation, et en France par le droit du sol.

C’est ce fait accompli qui fausse tout le débat, et dégrade la perception des réfugiés, de même que chez Molière les faux dévots nuisent à la piété authentique. Les Européens ne sont pas devenus soudainement hostiles à l’asile : il n’y aurait pas cette crispation si la grande majorité des demandes n’étaient pas infondées, et si leur rejet ne restait pas sans effet.

Cette défiance est aggravée par le discours technocratique selon lequel il est vain de vouloir contrôler ses frontières car les mouvements de population sont trop profonds pour être arrêtés, et qui forge dans l’opinion l’image d’une Afrique réservoir inépuisable de misère. Dès lors, comment croire que les Européens se résignent à leur propre dilution sans réagir ?

Quant à l'Italie, elle était prise au piège d’un contrat qu’elle était seule à honorer, constatant que les autres pays sont “européens” quand il s’agit de lui renvoyer les migrants arrivés par ses ports (Dublin), mais pas pour les laisser circuler sans contrôle (Schengen) et surtout pas pour accueillir les quotas de réfugiés (votés en 2015)... Il est normal qu’elle veuille en sortir en déroutant les bateaux vers d’autres pays de première arrivée.

L’alternative est donc simple pour l’UE : soit elle parvient à contrôler les flux - entrants mais aussi sortants avec les reconduites - soit il faudra mettre fin à l’espace Schengen, car c’est lui qui attire les flux migratoires vers l’Italie ou la Grèce. Il va donc falloir impliquer sérieusement les dirigeants africains, grands absents du récit des migrations alors que leur  malgoverno est un facteur premier de l’exode de leurs populations.  Ici, l’UE pourrait avoir une forte valeur ajoutée, en sortant la France de son huis clos postcolonial avec l’Afrique du Nord et de l’Ouest, et en pesant de tout son poids économique pour inciter ces dirigeants experts en chantage à l’instabilité à devenir des partenaires loyaux. Ces pistes, évoquées par la Commission la semaine dernière, sont la clef pour sortir de l’actuel statu quo, mortifère à tous les égards.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 30/06/2018 - 16:38
Il se disait Jupiter. Voilà
Il se disait Jupiter. Voilà qu'il se rêve en Napoléon. Attention, ça a mal fini. C'est que les autres Européens ne l'ont pas élu, eux. Et franchement, il est du style indigeste ...
A M A
- 30/06/2018 - 16:01
Ses patrons vont le sacrifier
Ses patrons vont le sacrifier sur l'autel de l'Europe. Il déraille.
cloette
- 30/06/2018 - 11:26
de plus Macron s'en fout
car " il suffit de dissoudre le peuple et d'en élire un autre " Bertold Brecht