En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 29 min 32 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 45 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 5 heures 22 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 6 heures 26 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 7 heures 26 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 40 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 51 min 57 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 58 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 46 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 7 heures 24 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 43 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 52 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 55 min
© Ilmars ZNOTINS / afp
© Ilmars ZNOTINS / afp
Avenir en pointillés

Euro crash : Mario Draghi ne pourra pas tout faire pour sauver l’Europe cette fois-ci (ou les dangers de n’avoir misé que sur l’économie pour construire l’Union)

Publié le 29 juin 2018
Sans Mario Draghi, cela fait plusieurs années que l’euro aurait éclaté. Mais son mandat touche à sa fin... et des questions cruciales restent en suspens.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans Mario Draghi, cela fait plusieurs années que l’euro aurait éclaté. Mais son mandat touche à sa fin... et des questions cruciales restent en suspens.

Atlantico : Alors que depuis 10 années, c'est à dire depuis la crise de 2008, les problèmes de l'Europe ont été suivis principalement sous l'angle économique, une situation qui a permis une sortie progressive de crise grâce à l'action de Mario Draghi à la tête de la BCE, ne peut-on pas voir le Conseil européen se déroulant ces 28 et 29 juin comme étant le révélateur d'une crise politique plus profonde qui dure depuis 10 ans ? Les mots de Mario Draghi "Whatever it takes", prononcés en 2012, ont-ils en réalité finalement masqué l''immobilisme et les difficultés politiques des dirigeants européens ?

Edouard Husson : Il est intéressant qu’à quelques années d’intervalle ce soit deux fois les Italiens qui cherchent à tempérer les conséquences de décisions allemandes dogmatiques. Sans Mario Draghi, cela fait plusieurs années que l’euro aurait éclaté. Et sans Matteo Salvini, jamais la question du bon fonctionnement de l’espace Schengen n’aurait été posée aussi rapidement. Les dirigeants italiens ne font jamais que mitiger la situation. Ils n’y apportent pas de solution globale. Draghi a fait en sorte que la zone euro ne soit pas complètement asphyxiée; le résultat est imparfait car ce sont largement les banques qui ont profité de l’assouplissement quantitatif, pas les sociétés les plus touchées: l’Italie du Sud, la Grèce, l’Espagne du Sud, la France périphérique. De même, Salvini, en refusant de continuer à jouer le jeu cynique, des passeurs, oblige l’UE à un débat. Maintenant vient, comme vous le pressentez, l’heure de vérité se rapproche. Le mandat de Mario Draghi à la tête de la Banque Centrale Européenne se termine à l’automne 2019. Qui pour lui succéder? Si l’Allemagne s’obstine à imposer Jens Weidmann, ce sera la fin de l’euro. La France aura-t-elle le courage de pousser un autre candidat - pourquoi pas Christine Lagarde? Quant à la crise des Accords de Schengen, la menace que fait peser l’immobilisme est immédiate. Angela Merkel peut perdre sa majorité si elle sort du Conseil européen avec un accord pas assez restrictif. Je ne comprends pas pourquoi Emmanuel Macron n’appuie pas, lui aussi, une solution restrictive, de manière à conforter Angela Merkel, dont il a besoin par ailleurs. 

En quoi les problèmes actuels, de la question de l'immigration à la guerre commerciale, nécessitent-ils une prise en considération politique qu'aucune institution ne pourra traiter ? En quoi ces sujets mettent-ils finalement les dirigeants européens au pied d'un mur qui existe pourtant depuis de longues années ? 

Le grand rêve de Jean Monnet était d’abolir la politique. Il voulait substituer, comme il le disait, l’administration des choses au gouvernement des hommes. C’était fondé sur une lecture erronée des causes des deux guerres mondiales. Il les pensait causées par le choc des politiques nationales alors que la Première Guerre mondiale est largement due au choc des politiques impériales russe, austro-hongroise et allemande; et que la Deuxième Guerre mondiale est le résultat d’une conjugaison entre la politique rooseveltienne de rapatriement systématique des capitaux américains aux USA et la volonté fasciste, en particulier hitlérienne , de déclencher une nouvelle expérience de guerre totale.  Les successeurs de Monnet l’une des plus remarquables bureaucraties du monde, qui ressemble à toutes les bureaucraties en ce qu’elle est incapable de sécréter une analyse, et a fortiori une décision politiques. Les gouvernements ont abdiqué devant la logique de la technocratie: l’Allemagne parce qu’elle croit que l’on gouverne par la simple force de la règle; la France parce que les haut-fonctionnaires y ont largement confisqué le gouvernement. On sent bien, dans un certain nombre de pays, un réveil de l’envie politique de changer le cours des choses: populismes de gauche il y a quelques années; populismes de droite ou conservatisme aujourd’hui. Mais il n’y a pas encore de chef de file du camp conservateur en Europe. L’Union est donc menacée de paralysie, sinon d’éclatement. 

Comment anticiper la suite de l'aventure européenne dans un tel climat, un tel contexte ? Quels sont les éléments nécessaires à une réelle "refondation" du projet européen ? 

Angela Merkel est à bout de souffle politiquement parlant. Il n’est pas impossible qu’elle perde sa majorité dans les prochains mois; c’est le premier choc endogène que pourrait connaître l’Europe. A l’échéance d’un an, et même un peu moins, on peut parier raisonnablement sur une victoire des populistes et des conservateurs aux élections européennes; il pourrait en résulter un choc frontal entre la Commission et un Parlement Européen qui lui serait hostile. Il y aura aussi des chocs externes. L’exigence trumpienne de revenir à un commerce international plus équilibré, la poussée migratoire des régions en guerre au sud et à l’est de la Méditerranée sont deux exemples évidents. La grande question c’est de savoir dans quelle mesure une coalition suffisante de pays se formera pour refonder, sinon l’Union, en tout cas la politique européenne. Emmanuel Macron est sans doute celui qui serait susceptible de le faire mais, selon un vieux défaut des politiques communautaires françaises, il n’a pas tissé un réseau d’alliés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 30/06/2018 - 09:37
L’UE est un empire technocratique
conçu ailleurs et appliqué via des courroies de transmission comme Jean Monnet. Pas du tout à partir des peuples Européens à qui on a caché l’enfer qui les attendait sous un vernis de bonnes intentions apparentes donc de gros mensonges pour les y entraîner à leur insu. Cela je crois ne peut que mal se terminer dans des délais plus ou moins longs, avec de la chance de manière non violente sinon dans la violence. Il y a trop de réveils contre cette hydre actuellement pour espérer constituer encore le troupeau pan européen concocté après la guerre. Réformer l’Europe est pour moi une illusion tant ses principes sont gravés dans le marbre. La dictature se défend becs et ongles mais il semble que ses soutiens externes soient moins fermes actuellement avec Trump, peut-être transitoirement, ce qui peut faciliter la résistance et une chute spontanée comme l’URSS
Benvoyons
- 29/06/2018 - 15:04
kelenborn commentant une connerie à Sylvestre & en y rajoutant
sa propre connerie ! Article Jean-Marc Sylvestre | Publié le 27/06/2018 - 06h42 La France dépense 280Mds€ de plus que l'Allemagne kelenborn dit : Division faite, on a bien 82.6 millions d'habitants pour l'Allemagne et 66.9 pour la France ( Hein on révise avant de gratouiller , Sylvestre) Mais Sylvestre nous dit que la dépense publique fait 56.6% du PIB en France contre 44.4 en Allemagne! Si on fait les calculs , cela fait 1543 MM en Allemagne et 1395 en France! Bon pas de quoi se flatter mais l'Allemagne dépnse 150MM de plus
que la France! ==================
Problème kelenborn avec intelligence pour répondre à la connerie de Sylvestre, ajoute une connerie car il manque un paramètre pour déterminer le coût de l'Allemagne et le coût de la France le nombre d'habitants. Donc en fait nous avons toujours la France qui dépense plus que l'Allemagne. Car autrement en effet si l'Allemagne dépense 1€ par habitant 82,6 millions elle dépensera toujours plus que la France avec 1€ par habitant & 66,8 millions. Pour ça pas besoin de calcul. C'est pour ça qu'il faut toujours ramener la dépense aux nombres d'habitants autrement cela n'a aucun sens .
kelenborn
- 29/06/2018 - 11:29
aahhhh
"Bien sur des agrégats vont s'accumuler sur ce texte par ces mêmes courants de penser qui n'existent qu'avec la décrépitude qui leur convient à leur maintien de redresseur de rien, en fait." .................................Ah ...Voila une phrase qui devrait être gravée en lettres d'or à l'entrée de chaque centre d'aide par le travail de France! Non, être con n'est pas inéluctable si vous arrivez à mettre bout à bout une trentaine de mots! Là Brighelli pique une attaque et Finkielkraut un AVC ! Vangode te remercie...il comprend qu'il est un génie