En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 8 min 6 sec
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 1 heure 1 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 1 heure 36 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 15 heures 20 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 16 heures 27 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 20 heures 24 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 21 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 37 min 46 sec
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 1 heure 19 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 1 heure 41 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 15 heures 36 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 17 heures 16 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 21 heures 1 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 21 heures 21 min
© AFP
© AFP
Bonnes feuilles

Simone Veil sur l’impossible pardon après l’enfer d’Auschwitz

Publié le 24 juin 2018
22 décembre 2004. Pour la première fois, Simone Veil retourne à Auschwitz avec les siens. Le reportage publié dans « Paris Match » avait bouleversé les lecteurs par l’intensité de l’émotion qui s’en dégageait. A l’origine de ce « voyage », Alain Genestar, alors directeur de la rédaction du magazine. Il avait réussi à convaincre Simone Veil de revenir sur les lieux où 1 million de Juifs et 120 000 autres déportés ont été assassiné par les nazis. Extrait de "Pour mémoire" d'Alain Genestar, aux éditions Grasset (2/2).
Alain Genestar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Genestar, journaliste et romancier, a dirigé la rédaction du Journal du Dimanche puis celle de Paris Match, avant de diriger Polka Magazine. Il est l'auteur, chez Grasset, de Les Péchés du Prince (1992), Français, si vous rêviez (1995), Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
22 décembre 2004. Pour la première fois, Simone Veil retourne à Auschwitz avec les siens. Le reportage publié dans « Paris Match » avait bouleversé les lecteurs par l’intensité de l’émotion qui s’en dégageait. A l’origine de ce « voyage », Alain Genestar, alors directeur de la rédaction du magazine. Il avait réussi à convaincre Simone Veil de revenir sur les lieux où 1 million de Juifs et 120 000 autres déportés ont été assassiné par les nazis. Extrait de "Pour mémoire" d'Alain Genestar, aux éditions Grasset (2/2).

Alain Genestar : Lors de ma première visite, il y a un mois [en novembre 2004], notre guide nous a raconté qu’un jour elle avait accompagné un groupe d’Allemands. Ils ont passé la journée ensemble et au moment de remonter dans le bus, l’un d’eux lui a confié qu’il était un ancien gardien SS du camp. Si vous l’aviez rencontré, que lui auriez-vous dit ?

Simone Veil :  Je crois que je l’aurais ignoré. Les mots n’ont aucune valeur. Quand j’étais au Parlement européen, je considérais l’âge des Allemands, et je me posais la question de savoir ce qu’ils faisaient pendant la guerre.

Mais à partir du moment où on a décidé de faire l’Europe ensemble, ce n’est plus le lieu pour s’interroger. Je savais que certains avaient été très bien, ou étaient trop jeunes. Pour les autres, c’était une question que je préférais mettre de côté.

Alain Genestar : Avez-vous pardonné ?

Simone Veil : Non, jamais. Pour moi, la question ne se pose pas en termes de pardon. Moi, je suis vivante, je suis là. Ce n’est pas à moi de pardonner lorsqu’il s’agit de 6 millions de Juifs exterminés. Si on parle de pardon, ce doit être de façon globale. Et on ne peut pas pardonner globalement ce qui a été fait. On ne peut pas pardonner d’avoir décidé de tuer un enfant avant même qu’il naisse. On ne peut pas pardonner d’avoir décidé d’emmener tous les Juifs à Auschwitz pour les exterminer.

Quand je pense à Auschwitz [Silence], le pire c’est de penser à tous les enfants, certains très jeunes, qui ont été parfois tout seuls jusqu’à la chambre à gaz. C’est insupportable. Lorsque je vais à Yad Vashem, en Israël, ou en France à l’exposition de photos que Serge Klarsfeld avait présentée, je ne peux m’empêcher de pleurer. Et je pense à ce que seraient devenus tous ces enfants si beaux, si vifs, s’ils n’avaient pas été massacrés.

Pardonner, ce n’est pas possible. Il faut essayer de tout faire pour que ça ne se reproduise pas. Il ne suffit pas de dire qu’on se réconcilie et qu’on fonde l’Europe. Il faut qu’elle soit basée sur des engagements les uns vis-à-vis des autres. Tous les pays européens ont maintenant adhéré à la Convention européenne des droits de l’homme, et la Cour européenne sanctionne les atteintes qui y sont portées. Mais surtout, très peu de temps après la guerre, la République fédérale d’Allemagne s’est engagée à faire la lumière sur ce qui s’est passé. Beaucoup d’historiens allemands sont allés loin dans la recherche historique pour savoir la vérité. Chaque année, le président du Bundestag invite, le 27 janvier, à l’occasion de la commémoration de la libération d’Auschwitz, une personnalité généralement étrangère pour parler de la Shoah. J’ai moi-même prononcé un discours devant les parlementaires allemands.

 

Extrait de "Pour mémoire" d'Alain Genestar, aux éditions Grasset

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires