En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 13 min 3 sec
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 2 heures 3 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 3 heures 32 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 4 heures 51 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 5 heures 29 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 1 jour 16 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 46 min 38 sec
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 1 heure 30 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 4 heures 34 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 5 heures 8 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 7 heures 5 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 1 jour 31 min
© MIGUEL MEDINA / AFP
© MIGUEL MEDINA / AFP
Une piscine qui fait des remous

Tempête sur une piscine : mais comment expliquer le syndrome “Marie-Antoinette” qui aveugle les élites bien au-delà du Fort de Brégançon ?

Publié le 22 juin 2018
Le couple Macron souhaite construire une piscine dans la résidence de Brégançon, lieu de villégiature présidentielle. Le symbole d'un véritable aveuglement ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le couple Macron souhaite construire une piscine dans la résidence de Brégançon, lieu de villégiature présidentielle. Le symbole d'un véritable aveuglement ?

Atlantico : Une semaine après la polémique relative à la formule du "pognon de dingue" utilisée par Emmanuel Macron concernant le coût des aides sociales, le Figaro et l'Express révélaient ce jeudi 21 juin la demande formulée par le couple présidentiel aux​ services de la présidence à propos de la construction d'une piscine à Brégançon, résidence estivale du chef de l'Etat. Alors que derrière l’anecdote d'une piscine, la question du symbole politique ne semble pas atteindre l'Elysée, malgré l'environnement social actuel, comment peut-on expliquer ce que l'on pourrait appeler le "syndrome Marie-Antoinette" d'un isolement sociologique ayant un effet aveuglant sur le sort des autres ? Comment expliquer cet aveuglement face aux risques politiques encourus ? 

Edouard Husson : Ça tombe mal pour le Président en effet. Un effet boomerang de la « fake video » diffusée à la veille d’un discours sur la refonte des aides sociales. La polémique est facile: d’un côté, les revenus minimaux coûteraient un « pognon de dingue » et reviendraient à arroser le sable; mais le président fait construire dans la résidence d’été des présidents une piscine dont on nous dit qu’elle est démontable, mais qui coûte 3 ans de RSA d’un couple avec enfant; six ans de RSA d’une personne célibataire. Evidemment, le raisonnement, posé ainsi, est idiot: d’abord, l’entretien des résidences présidentielles crée des emplois; ensuite, il peut y avoir des raisons de sécurité: ne vaut-il pas mieux que le président nage dans la zone de protection étroite que représente la résidence plutôt de que faire déployer un cordon de sécurité lui permettant de nager dans la mer mais qui, lui aussi, « coûtera au contribuable ». Cependant les communiquant de l’Elysée vont avoir du mal à faire passer de tels messages. La logique du « en même temps » est devenue soudain inefficace. Imaginez l’effet de cette annonce sur ces centaines de milliers de familles qui ne peuvent pas partir en vacances, faute de moyens. La prochaine fois que Gavroche croisera le président, il lui demandera: « Eh! Manu, tu plonges? Je peux venir avec toi? ».

​Quels sont les biais, aussi bien cognitifs, sociologiques, ou psychologiques pouvant expliquer cet aveuglement ? 

René Girard nous a appris que le plus vieux mécanisme politique, la chasse au bouc émissaire, est véritablement constitutif des communautés humaines. C’est un mécanisme religieux avant d’être politique. Pour sortir de la potentielle guerre de tous contre tous que suscite le désir mimétique d’acquisition, les hommes n’ont trouvé, originellement qu’une façon de faire, réconcilier tous contre un seul. Les sociétés archaïques ne comprennent pas ce qu’elles font mais elles reproduisent régulièrement ce sacrifice originel, en le ritualisant.  Girard, s’appuyant sur deux siècles d’observations anthropologiques explique très bien comme « le roi » est à l’origine une victime destinée au sacrifice qui a réussi à convaincre la communauté de ne pas le sacrifier. Quand elle a décidé de reproduite rituellement le meurtre qui ramène la paix civile, la communauté désigne une victime; elle peut décider de lui laisser quelques jours, au cours desquelles la future victime aura droit à tous les privilèges: mets somptueux, partenaires sexuels, vie de luxe. C’est une façon aussi de justifier le meurtre qu’est le sacrifice: la victime avait exagéré, s’était accaparé les ressources de la communauté. On raconte que dans la vieille tribu celte des Ambiani, le rejeton d’une famille de Saramobriva (Amiens) - appelé Macro selon certaines sources - ait eu suffisamment d’éloquence pour différer le jour fatal. Il réussit à convaincre les druides de surseoir au sacrifice. N’était-il pas le plus éloquent, le plus énergique....? Avec talent, il convainquit la communauté d’attendre cinq étés et cinq hivers avant qu’il accepte de se soumettre au sacrifice. Il se disait que ce serait bien suffisant pour asseoir son pouvoir. Evidemment, il commença par distribuer généreusement les biens qui lui avaient été accordés, assurant sa popularité et rendant plus difficile pour les druides, cinq ans plus tard, de réclamer sa vie, due à Bélénos ou Toutatis. Je suppose qu’Emmanuel Macron ne connaît pas l’histoire de cet ancêtre. Et il n’a peut-être pas cet instinct de survie des très grands fauves politiques, qui n’ont pas lu les anthropologues mais qui savent que le chef est toujours en danger de (re)devenir le bouc émissaire des frustrations de la communauté. 

Comment expliquer ce paradoxe d'élites modérées mondialisées, cherchant à incarner la démocratie libérale et le respect des droits humains, et leur soutien aveugle à une mondialisation qui creuse les écarts, qui semble avoir mis fin à l’ascenseur social ? Comment expliquer que la texte de Raymond Aron, sur la définition du libéralisme qui indiquait  "On ne doit pas fermer les yeux aux évidences : la plupart des individus ont une conscience malheureuse de la dureté de l’univers économique dans lequel ils vivent, des contraintes auxquelles ils doivent se soumettre pour répondre aux défis de la science, de leurs concurrents, du dedans et du dehors." ne soit plus d'actualité ?

Raymond Aron écrit dans une société encore largement imprégnée de christianisme. Contrairement à ce que nous ont seriné les philosophes des Lumières ou toute la philosophie allemande, les évangiles sont le livre le e plus réaliste jamais écrit sur les impasses anthropologiques de l’humanité et les moyens d’en sortir. Vous n’avez pas besoin d’être croyant pour voir le lien entre l’évangile et la naissance du capitalisme. A une société où les fortunes se constituent largement par le pillage, la thésaurisation et les dépenses somptuaires, le Christ explique le bon usage de l’argent: il doit circuler, être redistribué, volontairement, par l’individu, pour fructifier. L’épargne et l’investissement sont des enfants du christianisme. Les historiens ont bien identifié la naissance du capitalisme dans les monastères cisterciens ainsi que dans les réseaux bancaires d’Italie du Nord aux Xè-XIè siècles. Ce que Max Weber a identifié pour les patrons calvinistes est en fait antérieur de plusieurs siècles. La force du capitalisme, c’est la frugalité personnelle de ceux qui épargnent et investissent le capital. Ce n’est pas un hasard que les mêmes villes italiennes, qui inventent la banque d’investissement, soient aussi le berceau de la démocratie urbaine, toujours au Moyen-Age. Le christianisme a aussi bouleversé la réalité du pouvoir. Jésus savait avant Lord Acton que « Tout pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument ». Mais le Christ n’est pas libertarien: il suggère de développer une autre pratique du pouvoir: exercer un pouvoir, c’est se mettre au service de la communauté. Les inventeurs du capitalisme préféraient la démocratie à la monarchie, qu’il s’agît de la démocratie urbaine italienne ou de l’élection des abbés dans les monastères. Le grand drame du néo-libéralisme, c’est qu’il est largement un néo-paganisme. Le grand travail de réforme de Margaret Thatcher, la fille d’épicier méthodiste, a été largement détourné de son sens par la génération du « jouir sans entraves ».  Ce qu’Aron nous dit, c’est que le libéralisme n’est supportable que s’il reste enraciné dans le terreau chrétien ou dans tout autre vision qui donne un sens aux communautés humaines. 

Qu'avons-nous perdu en abandonnant une forme de paternalisme, ou même de cynisme - notamment lorsque Bismarck cherche à priver le socialisme de sa raison d'être en mettant en place l'assurance sociale - qui prenait alors en compte cette réalité des conditions de vie de la population ? 

Bismarck est un luthérien, jusqu’à la moelle. Il lit la Bible tous les soirs. Disraëli est bien moins religieux que Bismarck mais il est imprégné de l’éthique de la société victorienne. Notre difficulté, aujourd’hui, à inverser la dynamique du néo-libéralisme, c’est que ses adversaires ne sont pas animés par une grande vision de l’homme et de la société: C’est aussi la raison pour laquelle nous sommes désemparés aussi bien par l’islamisme - nous n’avons plus idée de la manière dont une croyance peut porter les individus au point de les pousser au sacrifice d’eux-mêmes - que par le patriotisme des Israëliens ou des Russes. Au fond, Macron s’est lancé en politique pour sauver le monde issu du néo-libéralisme. Est-il lui-même animé par une croyance qui le dépasse? On a pudiquement jeté le voile sur les exaltations de fin de meeting politique, constatées à quelques reprises. Elles faisaient plus peser à un gourou qu’à un aspirant-président. On ne peut qu’être frappé par l’idéalisme européen dont fait preuve le président dans beaucoup de ses discours. Mais le côté gourou New Age ou père de l’Europe ne nous mettent pas sur la piste d’une vision d’intégration de la société française. A suivre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 25/06/2018 - 19:58
@ kelenborn scatophile taré
Espèce d'étron nauséabond que la merde inspire, t-es vraiment qu'un résidu de fausse couche.
vangog
- 24/06/2018 - 13:17
C’est Macrouille qui est hors-sol...
il plane tellement, le President-soleil, qu’il se mouillera à peine..
Le gorille
- 24/06/2018 - 11:16
Proberbe... si bien connu !
Les chiens aboient, la caravane passe ! En fait si les chiens aboient, c'est parce que la caravane passe. Bref ! ce sont "des lanceurs d'alerte" dit-on aujourd'hui ! * - * - * - * - * Au fait pour la piscine... petit détail... la Mare Nostrum n'est pas toujours de bonne composition et peut être froide en plein été... La piscine, elle, elle est à l'abri... Eh ! c'est qu'on y fait de la voile sur planche dite surf dans le coin, avec tout le tralala des fondus ! Et elles vont vite, ces petites planches ! Pas bien loin de Brégançon : une belle petite base (et ça bloque la circulation sur la route...)