En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 3 heures 44 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 7 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 9 heures 24 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 10 heures 26 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 13 heures 49 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 17 heures 9 sec
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 9 heures 11 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 13 heures 29 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 14 heures 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 17 heures 22 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Trouver des parents à un enfant ou un enfant à des parents ?

L’adoption est-elle un champ social où la lutte contre les discriminations peut devenir un objectif de rang 1 ?

Publié le 22 juin 2018
Jugées discriminant et stigmatisant, les propos d’une responsable de Seine-Maritime au sujet de l’adoption par les couples homosexuels ont provoqué une vaste polémique.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jugées discriminant et stigmatisant, les propos d’une responsable de Seine-Maritime au sujet de l’adoption par les couples homosexuels ont provoqué une vaste polémique.

Atlantico : En raison de leur caractère jugé discriminant et stigmatisant les propos d’une responsable de Seine-Maritime au sujet de l’adoption par les couples homosexuels ont provoqué un tollé.  Faisant allusion au fait que les couples homosexuels refusent d’adopter des enfants difficiles celle-ci a déclaré que « quand on est atypique par rapport à la norme biologique et sociale  on doit pouvoir supporter des enfants atypiques ». À quoi elle a ajouté : « Ce n’est pas aux parents d’avoir un droit à l’enfant mais à l’enfant d’avoir droit à des parents ».  Au-delà de cet incident la question de la discrimination ne tend-t-elle pas à devenir aujourd’hui une obsession ? Dans le cas de l’adoption pourquoi le droit à l’enfant devrait-il l’emporter sur le droit à des parents ?

Bertrand Vergely. Bien évidemment en rappelant que les couples homosexuels sont atypiques cette responsable s’est mise dans son tort. À l’heure où le discours officiel de la société et des medias repose tout entier sur deux formules à savoir 1 « zéro discrimination » et 2. « pas de dérapage », rappeler que les homosexuels sont atypiques revient à franchir la ligne jaune en bravant l’interdit. D’où le tollé contre cette responsable. Cela dit, cet incident fait ressortir un problème de fond.

Quand Lionel Jospin, ancien premier ministre socialiste,  a mis en place le PACS, celui-ci s’est prononcé contre le mariage homosexuel et contre l’adoption par les couples homosexuels en expliquant que l’humanité ne se divisait pas entre homos et hétéros mais entre hommes et femmes et qu’il existait non pas un droit de l’enfant mais un droit à l’enfant. Lionel Jospin était alors d’accord avec l’idée que le couple homme-femme est le couple fondateur de l’humanité et de la société et que la famille se fonde de ce fait sur un père et une mère. Propos repris à cette époque par Elisabeth Guigou, ancienne garde des sceaux, elle aussi socialiste, à l’Assemblée Nationale. Dans cette perspective, était reconnu à l’enfant le droit d’avoir pour parents un père et une mère en n’étant pas privé de fait de père et de père. D’où, à l’époque, le refus d’accorder l’adoption d’un enfant à une femme seule, un homme seul ou bien encore un couple homosexuel. Pour un enfant, ne pas être orphelin de père ou de ère apparaissait comme légitime.  Les choses ont changé.

Aujourd’hui plus personne ne parle du droit de l’enfant. En revanche il est devenu normal de parler du droit à l’enfant. Et l’adoption d’un enfant par une femme seule, un homme seul ou un couple homosexuel n’est plus vécue comme suppression pour un enfant de son père ou de sa mère. Pour satisfaire le désir d’enfant chez l’adulte le droit à l’enfant à évincé le droit de l’enfant.

Si cette substitution ne choque plus personne ce n’est pas le cas de la responsable de Seine Maritime. D’où ses propos. Il faut imaginer la scène. Un couple homosexuel vient la voir en désirant adopter un enfant. Celle-ci propose à ce couple différents types d’enfants dont des enfants difficiles. Le couple se récrie. « Un enfant difficile. Surtout pas ». La discussion s’engage. « Pourquoi pas ? Pourquoi l’enfant difficile est-il réservé aux couples hétéros ? ». Le ton monte. La responsable s’emporte. Le couple aussi. Pour se justifier il invoque le droit. Les homosexuels ont désormais des droits. Ils sont des couples comme les autres. Il faut les respecter comme tels. On n’a pas à leur attribuer les efants dont on veut pas. Énervement de la responsable qui finit par lâcher : « Et l’enfant ? Vous ne croyez pas qu’il a des droits lui aussi, notamment le droit d’avoir des parents ? ». Propos destiné à faire taire. Propos néanmoins blessant en rappelant que les couples homosexuels ne sont pas des couples comme les autres. Propos révélateur d’un problème de fond.

     En 2013, quand il a voté le mariage pour tous avec adoption, le législateur a pensé qu’il était possible d’établir une équivalence entre tous les couples, homos et hétéros. Il n’a pas voulu entendre ceux et celles qui expliquaient que ce n’est pas possible. L’heure était alors au rêve. Égalité. Égalité, calmait-on. Un monde d’égalité, ici, maintenant, tout de suite. Et pour y parvenir, à défaut de pouvoir le faire par l’économie, le faire par les mœurs en obligeant les mentalités à changer grâce au mariage gay. Ce que révèle l’incident qui s’est produit en Seine Maritime c’est que ce n’est pas si simple.

Quand il a voté le mariage gay le législateur n’a pas vu une chose. Il n’a pas vu la question de l’enfant. On ne plaisante pas avec l’enfant. Or, on est en train de plaisanter avec lui. Un enfant a besoin d’un père et d’une mère. Ce rappel n’est pas pris au sérieux. Idéologie familialiste, est-il dit. Papa, maman, bébé. Un modèle d’un autre âge qui nous amène droit à Vichy et au pétainisme. Travail. Famille. Patrie. Amalgame facile. Famille fondée sur le père et la mère = familialisme. Familialisme = pétainisme. À bas la réaction. Le fascisme ne passera pas. Tant pis. Vous n’avez pas voulu entendre quand on vous disait casse cou. Ne jouez pas avec la famille. Ne jouez pas avec l’enfant. Vous ne voulez toujours pas entendre quand on vous le dit. L’enfant sera la croix du mariage pour tous. Les choses ne font que commencer. On n’a pas fini d’en parler.

Les minorités  ethniques, religieuses ou sexuelles qui entendent se faire reconnaître ne sont-elles pas en train d’abuser de la notion de droit ? 

Oui et elles ne sont pas les seules. En Janvier dernier Le Parisien a sorti son édition du matin avec en une un article sur la génération C’est mon droit. C’est une professeur d’histoire Barbara Lefebvre qui a signalé ce problème à travers un livre Génération « J’ai le droit ». Bergson a fait cette remarque : « La démocratie est née du projet de protéger les individus. Elle périra à cause de l’égoïsme des individus ». Nous y sommes. C’est exactement ce qui se passe. Les droits de l’homme ont donné le mauvais exemple en parlant des droits et jamais des devoirs de l’homme. Résultat, les droits de l’homme qui ont comme vocation de protéger les hommes contre la violence par le droit finissent par légitimer la violence des minorités au nom du droit. Racine au XVIIème siècle a vu qu’avec la société bourgeoise allait apparaître un monde de plaideurs faisant des procès à tout bout de champ  afin de faire valoir leurs droits. Ce monde nous y sommes. 

Sur quoi s’est appuyé le mariage pour tous ? Sur le droit. Vive le mariage comme contrat. Vive le mariage comme droit. Vive le mariage bourgeois reposant sur le contrat et le droit, a-t-il été dit, afin de parvenir à l’égalité en matière de couples. On a le droit de s’aimer. Donc, on a le droit e se marier, le droit d’avoir des enfants, le droit d’être une famille comme une autre. Le mariage pour tous s’est servi du droit pour gommer les différences. Jeu dangereux. Le mariage n’est pas qu’un contrat. Il ne doit pas l’être, souligne Hegel dans ses Principes de la philosophie du Droit. Le droit n’a pas à se mêler de tout et à tout réguler. Quand tel est le cas on est dans la violence et non dans le droit. Que l’on sache, un couple c’est tout de même autre chose qu’un contrat !

À chaque fois que l’on a affaire à des phénomènes de discrimination réels ou vécus comme tels ces minorités réclament une réponse immédiate des pouvoirs publics. Une telle pratique n’est-elle pas en train de modifier complètement les relations sociales, leur construction ainsi que le champ des valeurs ?

Oui. Et cela va dans le même sens que ce qui vient d’être dit. Tout comme le droit a tendance à se mêler de tout l’État a tendance, lui aussi, à se mêler de tout. Si bien qu’il sort de son rôle. C’est aux hommes de régler les affaires des hommes. C’est à la société de régler les affaires de la société. Ce n’est pas à l’État entendu comme administration.

Tocqueville pensait que la démocratie n’est pas le contraire de la tyrannie mais sa version douce et voyait dans l’État l’expression de cette tyrannie. Je vois disait-il une foule d’homme affairés et tenus par des désirs médiocres avec au-dessus d’elle un État s’occupant de tout par plaisir de s’occuper de tout mais aussi parce que la foule le lui demande. Je vois, disait-il, une foule haletante réclamant d’être prise en charge et un État se faisant un plaisir de venir la prendre en charge. Nous y sommes, l’heure étant à l’État nounou. Dans cette relation infantile qui est en train de s’établir entre l’État et la société un phénomène est particulièrement inquiétant, en l’occurrence la surveillance des pensées et des consciences à travers la surveillance des mots, des phrases et des discours. Une responsable de Seine Maritime tient des propos jugés discriminants. Cela devient un drame national. Sous prétexte de prévenir le racisme et l’exclusion on bascule peu à peu dans un totalitarisme soft. Il faut lutter contre le racisme, est-il dit. Et pour cela il faut dénoncer les dérapages. Pas de dérapage. Certes. Et c’est cela qui est inquiétant. Comme on ne peut rien rétorquer à ce type d’argument - on ne va tout de même pas justifier les dérapages – une police de la pensée et du langage est tranquillement en train de se mettre en place via des observatoires de la démocratie et des discriminations et des scènes de lapidation médiatique pour les contrevenants au nouvel ordre mental.

Ces minorités ne sont-elles pas en train d’envahir la majorité  en imposant leurs  comportements et en dictant ainsi ce que doit être le droit ?

Une chose m’a frappé dernièrement : le fait que sans rien demander à personne l’administration a remplacé le mot sexe par le mot genre et les termes père et mère par parent 1 et parent 2. La théorie du genre n’est qu’une théorie. Elle est si peu une théorie constituée que l’on parle même à son sujet de théories au pluriel et non plus de théorie au singulier. Or, que voit-on ? Cette théorie est aujourd’hui admise et devient la norme. De quel droit ? De quel droit impose-t-on l’idée selon laquelle le sexe n’est qu’une construction culturelle ? De quel droit m’impose-t-on l’idée comme quoi je ne suis pas de sexe masculin mais du genre masculin ? À la rentrée la théorie du genre va être enseignée au lycée, j’imagine au cours de science naturelle. Il s’agit là d’un changement majeur. L’humanité s’est toujours pensée à travers la notion de sexe. Aujourd’hui, on lui impose de se penser à travers la notion de genre. De quel droit ? Il y a une réponse à cela. Le transgenre est en train de prendre le pouvoir et d’imposer sa vision du monde en pratiquant un déni total de démocratie. Ce qui est stupéfiant. On vole à l’humanité le fait d’être une humanité sexuée. On l’oblige à se penser comme une humanité genrée. On impose à tout le monde l’idéologie du transgenre en s’immiscant dans la partie la plus intime d’elle-même qui est son sexe. Et personne ne dit rien. On veut un exemple de minorité s’emparant de la majorité afin de lui dicter ses normes et d’établir le droit. On en a là une démonstration magistrale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 23/06/2018 - 15:00
Origine du Monde
Quant à l'origine du monde, pas le tableau de Courbet, mais le véritable processus de la création de l'Univers, cela reste un mystère intégral, auquel les religions n'apportent aucune réponse, elles ne fournissent que des mots et des légendes naïves! Si j'utilise ces allégories, c'est pour me mettre au niveau des abonnés de ce site, et les ridiculiser ! Aucune loi n'est ''divine'', ce ne sont que des réglementations temporaires, qui évoluent suivant les votes des parlements.
Ganesha
- 23/06/2018 - 14:52
Opium du Peuple
Les religions sont l'opium du peuple. Leurs fondateurs, tels Bouddha et Jésus, peuvent être des personnages respectables, mais leurs textes sacrés ont été écrits par d'autres, et contiennent un grand nombre de fariboles. Quant aux Églises qui se sont développées, tels des cancers, sur ces croyances, ce sont de redoutables nuisances, et leur disparition une véritable libération.
Benvoyons
- 23/06/2018 - 14:11
Ou est l'Amour quand tu choisis ce que tu veux comme enfant??
A part l'amour que tu te portes à toi même pour éviter d'avoir un être différent car malheureusement la nature n'est pas parfaite !! :)::))
Franchement Dieu a été homophobe en choisissant Marie et le miracle de faire naître Jésus sans la semence humaine. Ou alors malgré qu'il soit Dieu il n'a pu passer par un homme car incompatible même avec ses miracles. En effet vu le résultat ainsi obtenu, je comprends la Haine de la Religion chez certains hommes sans Haines