En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Coronavirus
Des étudiantes françaises bloquées par la quarantaine à l'entrée de la ville chinoise de Wuhan
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 17 heures 34 sec
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 17 heures 39 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 18 heures 35 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 16 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 18 heures 56 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 1 jour 10 heures
Sans frontières ?

Schengen, un échec ? Un faux débat pour de vraies questions sur l'élargissement de l'UE

Publié le 29 avril 2012
Le ministre de l'Intérieur s'est rendu jeudi à Luxembourg pour plaider une réforme de Schengen. A savoir la possibilité pour un pays de rétablir unilatéralement les contrôles à ses frontières pendant trente jours en cas de flux migratoire important et incontrôlé. Une position française non iconoclaste, qui ne doit toutefois pas laisser entendre que Schengen serait responsable de tous les maux européens.
Henri Labayle est professeur agrégé des Facultés de droit françaises, en poste à la Faculté de Bayonne à l’Université de Pau.il dirige le CDRE, laboratoire de recherches spécialisé en matière européenne et notamment en matière de droits fondamentaux, d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Labayle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Labayle est professeur agrégé des Facultés de droit françaises, en poste à la Faculté de Bayonne à l’Université de Pau.il dirige le CDRE, laboratoire de recherches spécialisé en matière européenne et notamment en matière de droits fondamentaux, d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Intérieur s'est rendu jeudi à Luxembourg pour plaider une réforme de Schengen. A savoir la possibilité pour un pays de rétablir unilatéralement les contrôles à ses frontières pendant trente jours en cas de flux migratoire important et incontrôlé. Une position française non iconoclaste, qui ne doit toutefois pas laisser entendre que Schengen serait responsable de tous les maux européens.

Point trop n’en faut. L’instrumentalisation de Schengen dans le débat électoral français doit-elle d’être prise au sérieux ? Faut-il n’y voir qu’un clin d’œil appuyé aux souverainistes, pour ce qui est du procès en sorcellerie européenne, et à l’extrême droite, pour celui fait à l’immigration irrégulière ? Et quand bien même ce serait le cas, cette réussite de la construction européenne est-elle entièrement exempte de critiques ?

Schengen, c’est la disparition des contrôles aux frontières intérieures séparant les États membres de l’Union et leur report harmonisé aux frontières extérieures les séparant d’un État tiers. Conçu à l’époque du rideau de fer, entre cinq États homogènes (la France, la RFA, et les trois États du Benelux), ce « laboratoire » n’envisageait ni la dislocation de la frontière orientale de l’Europe ni la formidable pression migratoire caractérisant aujourd’hui la planète. Est-il iconoclaste d’avancer que, vingt ans plus tard, ce dispositif souffre de difficultés sérieuses ? Bien sûr que non. Est-il sérieux de prétendre qu’il est la source de tous les maux ? Pas davantage.

Construit par et pour des États, Schengen est l’objet d’une polémique curieuse, à front renversé. Ses concepteurs le décrivent comme l’hydre d’une technocratie européenne qu’ils ont pourtant mise soigneusement à l’écart. La Commission dénonce vigoureusement sa mise en cause, oubliant qu’elle l’a longtemps combattu, parce qu’il était géré de manière concurrente par les États membres …

Briser le thermomètre n’a jamais fait baisser la fièvre et Schengen n’est qu’un instrument. Ses auteurs l’imaginèrent parce qu’ils leur devenait techniquement de plus en plus difficile d’assurer l’imperméabilité de leurs frontières. Établir des listes communes de pays soumis à visas, harmoniser les documents et procédures de franchissement des frontières, responsabiliser les transporteurs furent les réponses qu’ils gravèrent dans la convention d’application de Schengen en 1990. S’il fut accompagné d’une vigilance soupçonneuse, l’utilité de ce rapprochement ne fut discuté ni à droite, ni à gauche, de Robert Pandraud à Élisabeth Guigou… Du blocage français de Schengen en réaction au « narco-Etat » qu’étaient les Pays Bas jusqu’aux polémiques liées à la clause de sauvegarde ou à la menace, déjà, d’en sortir lors de la vague d’attentats terroristes de 1995, la méfiance fut de règle.

Le problème est ailleurs. Il touche au tabou de l’élargissement de l’Union européenne. Le dispositif Schengen était cohérent en 1991, entre États contigus et dotés d’une culture administrative et policière identique, partageant les mêmes aspirations et niveaux sécuritaires. Mettre en doute cette homogénéité dans une Europe à 27 n’est faire injure à personne mais rend compte simplement de la réalité. En 1985, Schengen n’avait quasiment pas de frontière terrestre avec l’extérieur, le rideau de fer étant infranchissable. Aujourd’hui, à l’Est, plusieurs milliers de kilomètres la composent. En 1985, nul n’imaginait la défaillance d’un partenaire. Aujourd’hui, elle est patente à propos de la Grèce, la majeure partie de l’immigration irrégulière européenne ayant transité par son territoire. La crise du printemps arabe n’a pas davantage donné le beau rôle à l’Italie, sans réaction particulière de l’Union.

Aussi, la semaine dernière, lorsqu’une lettre conjointe du ministre allemand et du ministre français de l’Intérieur à la Présidence danoise de l’UE évoque le besoin d’un « mécanisme de compensation » en cas de défaillance d’un État Schengen, elle traite d’un vide juridique autant qu’elle exprime la vision commune des deux États. Rien n’a été prévu dans Schengen pour y faire face et l’inertie de la Commission dans les cas précités démontre que les procédures ordinaires du traité n’ont pas été plus efficaces.

Là est la question, le reste n’est que littérature ou polémique politicienne. Y compris dans la menace d’un rétablissement unilatéral permanent des contrôles aux frontières, évidemment contraire aux traités. Il demeure d’ailleurs à prouver qu’il serait matériellement possible.

Est en jeu la crédibilité d’un projet migratoire et sécuritaire européen où il faudra bien, un jour, mettre les discours en phase avec les actes. Comment réclamer dans le même temps à la Grèce les restrictions que l’on sait en matière de services publics et imaginer qu’elle puisse respecter ses obligations de surveillance des frontières ? Comment accuser Schengen de tous les maux, quand la responsabilité individuelle de chaque État membre devrait être mise en question ? Comment critiquer impunément ces « technocrates européens » qui ont bon dos en oubliant que la responsabilité de Schengen a été confiée aux préfets qui nous gouvernent ?

Jusqu’à quand faire semblant d’ignorer que, politiquement, pour une bonne part des États membres, la question migratoire n’en est pas vraiment une. Pourquoi seulement une soixantaine de demandes d’asile en Estonie en 2011 pour plus de 56 000 en France et moins de 500 décisions positives en Pologne quand la Suède en accorde près de 9 000 la même année ? Y répondre est comprendre que les mots des traités, « solidarité », « partage », « équitable » ont encore un sens à trouver dans l’Union.

Alors, crise de croissance ou crise de confiance ? Le mimétisme de la crise de Schengen avec celle qui nous affecte en matière budgétaire et financière incline à pencher pour la seconde. Les mêmes causes ne produisent-elles pas les mêmes effets ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fifi90
- 30/04/2012 - 21:45
Un vrai débat
Schengen est un vrai débat, il faut arrêtez de fermer les yeux, les oreilles pour fuir la réalité, pour fair plaisir aux étrangers, les européens ne peuvent plus recevoir toute la misère du monde, avec quels moyens? C'est toujours le contribuable qui paie, nous voulons payer quand nos poches sont pleines, mais quand nos poches sont vides, il faut nous épargenr de subir l'immigration.