En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

06.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

07.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 14 min 5 sec
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 4 heures 6 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 5 heures 23 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 16 heures 59 sec
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 18 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 20 heures 12 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 20 heures 50 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 44 min 2 sec
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 4 heures 15 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 5 heures 51 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 16 heures 15 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 20 heures 27 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 21 heures 54 min
© YASUYOSHI CHIBA / AFP
© YASUYOSHI CHIBA / AFP
La Chine en orbite

Comment la Chine construit aussi ses nouvelles routes de la soie dans l’espace

Publié le 20 juin 2018
En 2013, la Chine a lancé la Belt and Road Initiative (BRI) aussi surnommée route de la soie. Près de 65 pays asiatiques et européens sont concernés, ce qui représente près de 55% du PIB mondial et touche près de 70% de la population mondiale. Depuis plus d'une décennie elle s'est aussi lancée à l'assaut de l'espace par la vente de satellites à des pays en voie de développement comme le Laos, le Pakistan, le Nigéria, la Mongolie ou le Myanmar.
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2013, la Chine a lancé la Belt and Road Initiative (BRI) aussi surnommée route de la soie. Près de 65 pays asiatiques et européens sont concernés, ce qui représente près de 55% du PIB mondial et touche près de 70% de la population mondiale. Depuis plus d'une décennie elle s'est aussi lancée à l'assaut de l'espace par la vente de satellites à des pays en voie de développement comme le Laos, le Pakistan, le Nigéria, la Mongolie ou le Myanmar.

Atlantico: Le BEIDOU, système de navigation et de positionnement par satellite chinois (opérationnel d'ici à 2020) est développé par près de 60 entreprises de l'industrie chinoise . Quelles sont ses ambitions précises et enjeux stratégiques ? Pourquoi suscite -il autant d'intérêt et à qui va t-il profiter? 


Olivier Sanguy: Avec Beidou la Chine a l'ambition de constituer un système de positionnement par satellites dont les performances sont comparables au GPS américain. L'enjeu stratégique est tout simplement celui de l'affirmation de la souveraineté de ce pays en matière spatiale. N'oublions pas que si le GPS est utilisable par tous à travers le monde, il reste un système américain qui est même sous la responsabilité du département de la défense des États-Unis. À ce titre, aucun accord international n'oblige les États-Unis à laisser accessible le signal permettant une localisation à quelques mètres et ils peuvent donc à loisir revenir vers un mode partiel où le GPS civil aura par exemple une précision réduite à quelques centaines de mètres. Ce serait bien évidemment une décision très critiquée et aussi très difficile si on prend en compte les nombreuses applications qui dépendent aujourd'hui du GPS. Mais les États-Unis sont logiquement seuls maîtres à bord de leur GPS. C'est pourquoi l'Europe a décidé de se doter de son propre système de localisation par satellites appelé Galileo. Avec Beidou, la Chine applique cette même logique d'indépendance !

 

Ces pays ont-ils les moyens de prétendre à une telle technologie  sans contreparties risquées pour leur économie?

La Chine n'est plus une puissance spatiale émergente. C'est une puissance spatiale à part entière et la technologie de la localisation par satellites ne lui pose pas de problèmes de compétence. La mise au point d'un tel système fait appel à des technologies poussées (horloges atomiques), tout en nécessitant des dizaines de satellites et donc les lancements associés sans oublier les stations de contrôle au sol : bref, un ensemble d'activités qui dynamisent le tissu universitaire et industriel chinois.​ Plus qu'un risque pour leur économie, cela peut même être une aubaine. L'Europe estime ainsi que Galileo crée entre 15000 et 20000 emplois pour le programme et 2000 permanents après pour son exploitation. Je ne vois pas pourquoi la Chine ne serait pas capable d'en faire autant.

Quelles sont les conséquences possibles de  l'exportation de satellites made in China dans de nombreux pays en développement ?

La conséquence est que les industriels européens comme Airbus ou Thales Alenia Space peuvent perdre des parts de marché. Ces entreprises ne font d'ailleurs pas l'erreur de considérer comme acquises leurs avancées technologiques sur le spatial chinois. Mais tout ne se joue pas que du côté des performances opérationnelles. La Chine utilise aussi le spatial comme un moyen d'étendre son influence diplomatique, ce qui va de pair avec sa volonté de devenir une superpuissance. Aujourd'hui, la Chine peut proposer à des pays en développement une sorte de "package" qui comprend le ou les satellites nécessaires à mieux gérer les ressources naturelles et/ou les télécommunications avec la prestation de lancement, l'installation des stations au sol pour exploiter les satellites et même le financement de toute l'opération par des banques chinoises ! Ce type d'accord négocié au niveau étatique comprend souvent des contreparties qui donnent par exemple à la Chine un accès garanti ou prioritaire à certaines ressources naturelles du pays en développement. Même à l'ère du NewSpace et des start-ups innovantes dans le domaine astronautique, le spatial reste plus que jamais un indéniable instrument de souveraineté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires